Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Judith 4,9-15

Avec une ardeur soutenue, tous les hommes d'Israël crièrent vers Dieu et s'humilièrent devant lui.

Eux, leurs femmes, leurs enfants, leurs troupeaux, tous ceux qui vivaient avec eux, mercenaires ou esclaves, ceignirent leurs reins de sacs.

Tous les Israélites de Jérusalem, femmes et enfants compris, se prosternèrent devant le sanctuaire et, la tête couverte de cendres, étendirent les mains devant le Seigneur

Ils entourèrent d'un sac l'autel lui-même. À grands cris ils suppliaient unanimement et avec ardeur le Dieu d'Israël de ne pas livrer leurs enfants au pillage, leurs femmes au rapt, les villes de leur héritage à la destruction, le Temple à la profanation et à l'ironie outrageante des païens.

Attentif à leur voix, le Seigneur prit en considération leur détresse. Dans toute la Judée et à Jérusalem devant le sanctuaire du Seigneur Tout-Puissant le peuple jeûnait de longs jours.

Le grand prêtre Ioakim et tous ceux qui se tenaient devant le Seigneur, prêtres et ministres du Seigneur, le sac sur les reins, offraient l'holocauste perpétuel, les oblations votives et les dons volontaires du peuple,

et, le turban couvert de cendres, ils suppliaient intensément le Seigneur de visiter la maison d'Israël.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Les habitants de Juda se préparent à la bataille, sachant que leur meilleure arme est la prière. Dans le livre de Judith, il n’est jamais question d’une bataille rangée entre l’armée d’Israël et celle d’Holopherne. Ce n’est qu’après la mort de ce général, quand tout le peuple sort pour poursuivre l’armée ennemie en fuite, que nous assistons à une action guerrière. Les seules armes d’Israël dans ce combat sont la prière et la pénitence. Le judaïsme, comme le christianisme le fera plus tard, croit à l’efficacité de la prière, capable d’infléchir le cœur de Dieu. D’ailleurs, Israël ne pouvait rien contre Holopherne : sa petite armée était totalement inappropriée. Mais Dieu n’a pas donné au judaïsme – et plus tard à l’Église – des moyens humains pour lutter contre les pouvoirs de ce monde ; il a donné aux croyants le pouvoir de la prière. Il ne leur a pas donné le pouvoir sur les choses ou sur les hommes, ni la richesse, ni la force et les alliances militaires. Tout autre pouvoir que la prière compromettrait la pureté de la foi d’Israël en son Dieu, et risquerait même d’en faire le complice des puissances du monde. Israël gagne quand il s’en remet entièrement à Dieu. De même, Jésus a accompli sa mission de salut dans un abandon total à la volonté du Père et dans la prière, au Gethsémani et sur la croix. Il a voulu adhérer pleinement à la volonté de son Père et a prié pour ceux qui allaient le crucifier. Toute la vie chrétienne, vécue en union avec Dieu et avec le Christ, consiste à s’opposer au mal et à porter la création à son accomplissement, en préparant l’avènement des cieux nouveaux et de la terre nouvelle dont parle l’Apocalypse. En apprenant la décision de Nabuchodonosor d’exterminer Juda, le grand prêtre, les prêtres et tout le peuple de Dieu se vêtirent de sacs et levèrent les bras au ciel en signe de supplique. Même l’autel fut couvert d’un sac, comme dans le livre de Jonas où le roi de Ninive ordonne que tous, y compris les moutons et les bœufs, jeûnent et se vêtent de sacs (cf. Jonas 3,7 s.). La prière commune s’élève vers Dieu comme une supplique de toute la communauté, femmes et enfants compris. Cette prière est capable d’infléchir le cœur de Dieu. C’est le seul moyen pour vaincre le mal. Dieu donne le salut, parfois même par l’entremise d’une femme comme Judith. Les habitants de Béthulie attendent le secours de Dieu, mais la menace de l’ennemi se précise et le siège se renforce. Déjà, le peuple commence à mourir de soif et de faim. Alors que toute espérance humaine semble évanouie, Dieu intervient pour le sauver. Or il ne le fait pas à travers le grand prêtre, ni à travers Ozias, le chef de la ville, mais à travers une veuve, qui aura raison d’Holopherne.


12/07/2010
Prière pour les pauvres


Calendrier de la semaine
D&E
4
Dimanche 4 décembre
Le jour du Seigneur
D&E
5
Lundi 5 décembre
Prière pour les malades
D&E
6
Mardi 6 décembre
Prière avec Marie, mère du Seigneur
D&E
7
Mercredi 7 décembre
Prière avec les Saints
D&E
8
Jeudi 8 décembre
Fête de l'Immaculée Conception
D&E
9
Vendredi 9 décembre
Prière de la Sainte Croix
D&E
10
Samedi 10 décembre
Prière de la Vigile
D&E
11
Dimanche 11 décembre
Le jour du Seigneur

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri