Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome

Mémoire de la bienheureuse Mère Teresa de Calcutta.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Luc 6,6-11

Or il advint, un autre sabbat, qu'il entra dans la synagogue, et il enseignait. Il y avait là un homme dont la main droite était sèche.

Les scribes et les Pharisiens l'épiaient pour voir s'il allait guérir, le sabbat, afin de trouver à l'accuser.

Mais lui connaissait leurs pensées. Il dit donc à l'homme qui avait la main sèche : " Lève-toi et tiens-toi debout au milieu. " Il se leva et se tint debout.

Puis Jésus leur dit : " Je vous le demande : est-il permis, le sabbat, de faire le bien plutôt que de faire le mal, de sauver une vie plutôt que de la perdre ? "

Promenant alors son regard sur eux tous, il lui dit : " Étends ta main. " L'autre le fit, et sa main fut remise en état.

Mais eux furent remplis de rage, et ils se concertaient sur ce qu'ils pourraient bien faire à Jésus.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L’évangile de Luc prolonge la controverse en cours au sujet du sabbat. Jésus se trouve encore dans la synagogue et, selon son habitude, il se met à enseigner. Parmi les assistants, il y a un homme dont la main est paralysée. L’évangéliste ne nous dit rien quant aux dispositions de cet homme, à savoir s’il était là pour être guéri. Il est sûr que le fait d’avoir une main paralysée ne permet pas de travailler aisément. En lui, nous pouvons de toute façon voir tous ceux qui, aujourd’hui, sont exclus du travail, qu’ils soient malades, qu’ils aient perdu leur emploi ou qu’ils n’en aient point. Et de nos jours, malheureusement, le nombre de ces situations a augmenté et ces personnes sont souvent oubliées dans leur extrême détresse. Dans cette même synagogue, il y a des pharisiens qui, eux aussi, remarquent la présence de cet homme. L’évangéliste suggère que dans leur for intérieur ils s’attendent à un miracle, non pour se réjouir de la guérison de cet homme, mais plutôt pour pouvoir accuser Jésus. C’est un cœur détourné, à force de vouloir se défendre, soi-même et son rôle. Il s’agit de sentiments que chacun de nous connaît bien. Si, en plus, nous appliquons cette page aux conditions actuelles du monde du travail, nous trouvons que très souvent ce qui est considéré prioritaire c’est le gain, le profit et non la dignité de la personne qui travaille. Partout les accidents dans les lieux de travail sont très nombreux, parfois mortels, car ce qui compte ce n’est pas, comme on le disait, la dignité de celui qui travaille, mais bien le profit. Jésus, appelant cet homme afin qu’il se mettee au centre, nous rappelle justement qu’au centre il doit y avoir la personne, surtout lorsqu’elle est faible, pauvre, malade. Voilà ce qu’il faut mettre au centre de notre attention, ainsi qu’il arrive avec cet homme un jour de sabbat. Il a fallu que Jésus, par un ordre très clair, comme pour souligner la décision qu’on doit avoir en des cas semblables, dise à cet homme: «Lève-toi, et reste debout devant tout le monde». Et, avec l’autorité de l’amour qui vient de Dieu, Jésus explique que le «sabbat» est prescrit par la Loi pour le bien de l’être humain. C’est pourquoi, après avoir plongé son regard dans le cœur des présents, il s’adresse à l’homme à la main paralysée et lui dit «Etends ta main». L’homme obéit et il s’en trouve guéri. On croirait entendre, en écho, les mots de Dieu aux jours de la création, lorsque le monde prenait forme par les paroles du Créateur. Ce jour de sabbat-là, Jésus poursuivait l’œuvre de création, en rendant à cet homme la force pour travailler. Aujourd’hui, offrir du travail à des chômeurs veut dire en guérir plusieurs de la détresse et du désespoir. Défendre la dignité de ceux qui travaillent et ne pas en faire des pions au service du profit, veut dire assainir une situation malsaine. Chaque fois qu’un homme peut travailler avec dignité, on peut reprendre à son compte ces mêmes paroles de la Genèse: «Et Dieu vit que cela était bon». Il n’y a que des cœurs aveugles, comme l’étaient les pharisiens d’hier et comme le sont ceux d’aujourd’hui, pour s’attrister de cela.


05/09/2011
Prière pour les malades


Calendrier de la semaine
NOV
27
Dimanche 27 novembre
Le jour du Seigneur
NOV
28
Lundi 28 novembre
Prière pour les pauvres
NOV
29
Mardi 29 novembre
Prière avec Marie, mère du Seigneur
NOV
30
Mercredi 30 novembre
Prière avec les Apôtres
D&E
1
Jeudi 1 décembre
Prière pour l'Église
D&E
2
Vendredi 2 décembre
Prière de la Sainte Croix
D&E
3
Samedi 3 décembre
Prière de la Vigile
D&E
4
Dimanche 4 décembre
Le jour du Seigneur