Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Cantique des Cantiques 1,1-4

Cantique des Cantiques, de Salomon.

Qu'il me baise des baisers de sa bouche. Tes amours sont plus délicieuses que le vin;

l'arôme de tes parfums est exquis; ton nom est une huile qui s'épanche, c'est pourquoi les jeunes filles t'aiment.

Entraîne-moi sur tes pas, courons! Le roi m'a introduite en ses appartements; tu seras notre joie et notre allégresse. Nous célébrerons tes amours plus que le vin; comme on a raison de t'aimer!

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Cantique - après un titre qui attribue la paternité de ce texte à Salomon - s’ouvre sur une requête de la femme demandant à être embrassée par le roi et à être ensuite introduite dans sa chambre nuptiale. C’est la demande d’une femme passionnée qui sollicite une réponse urgente. Si on lit ces paroles comme celles d’un poème d’amour entre Israël et son Seigneur, il faut remarquer que l’auteur n’attribue pas l’initiative au Seigneur, mais à Israël. C’est lui qui désire les caresses de son Seigneur, ses baisers, son parfum. Son bonheur consiste dans l’union avec le Seigneur. C’est un mouvement intérieur que Saint Augustin a bien décrit dans ses Confessions : « Tu nous a fait pour toi, et notre cœur est sans repos, tant qu’il ne demeure en toi ». Dans cette femme, c’est chacun de nous que l’on peut voir. C’est la communauté chrétienne elle-même qui désire être embrassée par le roi et entrer dans la chambre nuptiale pour s’unir à lui. En langage biblique, il est difficile d’entendre parler de « roi » sans penser au Seigneur à qui, ainsi que l’écrit le psaume « appartient le Règne » (Ps 22, 28) ; d’entendre parler d’huile pour l’onction sans saisir une référence au messie, roi d’Israël ; d’entendre parler de chambre nuptiale sans penser à la partie la plus intérieure du temple, là où Israël et son Seigneur s’étreignent. Quand Israël fut privé du temple, les rabbins interprétaient les baisers du Seigneur comme le don de la loi au Sinaï. La Torah, en effet (à la différence du temple, même quand il était debout), pouvait être transportée partout : « La loi elle-même alla voir chaque israélite et lui demanda : "Acceptes-tu de me garder... ?" Il répondit : "Oui, oui", et aussitôt la loi l’embrassa sur la bouche » (Targum). Pour nous, chrétiens, un tel appel du Cantique, nous pousse à prendre en considération l’intimité incontournable avec le Seigneur, une intimité qui, de toute manière, passe par les signes concrets qui manifestent la présence de Dieu. Les paroles passionnées de cette femme montrent, d’un côté, sa passion à l’égard du bien-aimé, et de l’autre, elles nous rappellent aussi la peur qui nous prend parfois du fait d’être aimés et d’être engagés jusqu’au bout dans l’amour du Seigneur. Que de fois ne préférons-nous pas sauvegarder ces espaces que nous pouvons gérer de nous-mêmes et pour nous-mêmes ! C’est la tentation de croire que l’autosuffisance (et donc l’indépendance vis-à-vis de qui que ce soit d’autre) est une dimension à sauver à tout prix. Cette femme sait bien cela : c’est pourquoi, elle demande à être introduite dans l’intimité la plus totale. L’indépendance, c’est le choix de la solitude. Ces paroles, à la tonalité fortement réaliste, nous rappellent le besoin que nous avons de « toucher » Dieu, d’aimer et d’être aimés jusque par des gestes concrets. Bernard de Clairvaux commente ce passage en le rattachant à celui de la femme qui oint les pieds de Jésus (Lc 7, 36-50) et il fait dire à cette femme : « Je ne puis me contenter de moins : il faut qu’il me baise du baiser de sa bouche. Je rends grâce de pouvoir embrasser son pied ou sa main, mais s’il m’aime vraiment, qu’il me baise du baiser de ses lèvres. Ce n’est pas que je suis ingrate, mais j’aime. J’ai reçu plus que je ne mérite..., mais moins que je ne désire. C’est le désir et non la raison qui me pousse. La modestie proteste, en vérité, mais l’amour l’emporte ». Au moment où nous nous mettons à l’écoute de ces pages du Cantique, laissons les parvenir jusqu’à notre cœur, le réchauffant d’amour pour le Seigneur. Nous en avons besoin.


28/11/2011
Prière pour les pauvres


Calendrier de la semaine
NOV
27
Dimanche 27 novembre
Le jour du Seigneur
NOV
28
Lundi 28 novembre
Prière pour les pauvres
NOV
29
Mardi 29 novembre
Prière avec Marie, mère du Seigneur
NOV
30
Mercredi 30 novembre
Prière avec les Apôtres
D&E
1
Jeudi 1 décembre
Prière pour l'Église
D&E
2
Vendredi 2 décembre
Prière de la Sainte Croix
D&E
3
Samedi 3 décembre
Prière de la Vigile
D&E
4
Dimanche 4 décembre
Le jour du Seigneur