Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ceci est l'Évangile des pauvres
la libération des prisonniers
la vue aux aveugles
la liberté des opprimés.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Hébreux 10,19-31

Ayant donc, frères, l'assurance voulue pour l'accès au sanctuaire par le sang de Jésus,

par cette voie qu'il a inaugurée pour nous, récente et vivante, à travers le voile - c'est-à-dire sa chair -,

et un prêtre souverain à la tête de la maison de Dieu,

approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs nettoyés de toutes les souillures d'une conscience mauvaise et le corps lavé d'une eau pure.

Gardons indéfectible la confession de l'espérance, car celui qui a promis est fidèle,

et faisons attention les uns aux autres pour nous stimuler dans la charité et les œuvres bonnes ;

ne désertez pas votre propre assemblée, comme quelques-uns ont coutume de le faire, mais encouragez-vous mutuellement, et d'autant plus que vous voyez approcher le Jour.

Car si nous péchons volontairement, après avoir reçu la connaissance de la vérité, il n'y a plus de sacrifice pour les péchés.

Il y a, au contraire, une perspective redoutable, celle du jugement et d'un courroux de feu qui doit dévorer les rebelles.

Quelqu'un rejette-t-il la Loi de Moïse ? Impitoyablement il est mis à mort sur la déposition de deux ou trois témoins.

D'un châtiment combien plus grave sera jugé digne, ne pensez-vous pas, celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, tenu pour profane le sang de l'alliance dans lequel il a été sanctifié, et outragé l'Esprit de la grâce ?

Nous connaissons, en effet, celui qui a dit : À moi la vengeance. C'est moi qui rétribuerai. Et encore : Le Seigneur jugera son peuple.

Oh ! chose effroyable que de tomber aux mains du Dieu vivant !

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Fils de l'homme
est venu pour servir.
Que celui qui veut être grand
se fasse le serviteur de tous.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Après avoir expliqué le point de doctrine au sujet de Jésus grand prêtre, l’auteur rappelle aux croyants les conséquences qu’ils doivent en tirer. L’union avec la « chair » du Christ, avec son corps, nous introduit dans le sanctuaire où il est entré. Par ces mots, nous devinons que l’auteur parle de l’Eucharistie au sens où elle est le chemin le plus direct pour entrer dans le sanctuaire, c’est-à-dire pour rencontrer le Seigneur, directement et personnellement. La communion au Corps du Christ est, en fait, une communion directe avec Dieu et donc avec tous nos frères. L’auteur emploie le terme grec parrhésie qui indique, dans le contexte de la Grèce ancienne, la liberté de tout dire, c’est-à-dire le droit d’être des citoyens de la ville à plein titre. Recevoir le droit de parrhésie veut dire avoir la liberté de s’adresser à Dieu sans intermédiaires et donc de pouvoir lui parler avec la confiance totale des enfants. C’est le chemin que Jésus a inauguré pour nous et que notre lettre nous exhorte à suivre sans crainte : « Approchons-nous avec un cœur sincère, dans la plénitude de la foi, les cœurs nettoyés de toutes les souillures d’une conscience mauvaise et le corps lavé d’une eau pure ». Suivre le chemin que Jésus nous a ouvert signifie vivre dans la communauté, en participant à la Sainte Liturgie, à la communion fraternelle, à l’amour des plus pauvres, à l’effort pour que la vie de tous soit plus sereine. C’est pourquoi la lettre exhorte les croyants à s’encourager mutuellement « à la charité » et à la générosité dans les « œuvres bonnes ». Celui qui déserte les réunions communes doit savoir qu’il s’éloigne ainsi du sanctuaire et de Dieu même. Le danger d’apostasie, c’est-à-dire l’abandon de la foi, avant même d’être une question théorique, est un problème de cœur, ou pour le dire mieux, de choix de s’en remettre au Seigneur. Nous devons comprendre que l’abandon ne vient pas tout d’un coup. On commence par délaisser des rendez-vous, se taire, jusqu’à glisser tout doucement vers la rupture de la communion. De la sorte – nous avertit la lettre – nous « foulons aux pieds le Fils de Dieu » et nous « outrageons l’Esprit de la grâce ». Et la prévarication peut, malheureusement, devenir irréversible. Pour celui qui se laisse entraîner, l’issue est tragique.


17/06/2013
Prière pour la paix


Calendrier de la semaine
NOV
27
Dimanche 27 novembre
Le jour du Seigneur
NOV
28
Lundi 28 novembre
Prière pour les pauvres
NOV
29
Mardi 29 novembre
Prière avec Marie, mère du Seigneur
NOV
30
Mercredi 30 novembre
Prière avec les Apôtres
D&E
1
Jeudi 1 décembre
Prière pour l'Église
D&E
2
Vendredi 2 décembre
Prière de la Sainte Croix
D&E
3
Samedi 3 décembre
Prière de la Vigile
D&E
4
Dimanche 4 décembre
Le jour du Seigneur