Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 20,1-16

" Car il en va du Royaume des Cieux comme d'un propriétaire qui sortit au point du jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne.

Il convint avec les ouvriers d'un denier pour la journée et les envoya à sa vigne.

Sorti vers la troisième heure, il en vit d'autres qui se tenaient, désœuvrés, sur la place,

et à ceux-là il dit : "Allez, vous aussi, à la vigne, et je vous donnerai un salaire équitable. "

Et ils y allèrent. Sorti de nouveau vers la sixième heure, puis vers la neuvième heure, il fit de même.

Vers la onzième heure, il sortit encore, en trouva d'autres qui se tenaient là et leur dit : "Pourquoi restez-vous ici tout le jour sans travailler ?" -

"C'est que, lui disent-ils, personne ne nous a embauchés. " Il leur dit : "Allez, vous aussi, à la vigne. "

Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : "Appelle les ouvriers et remets à chacun son salaire, en remontant des derniers aux premiers. "

Ceux de la onzième heure vinrent donc et touchèrent un denier chacun.

Les premiers, venant à leur tour, pensèrent qu'ils allaient toucher davantage ; mais c'est un denier chacun qu'ils touchèrent, eux aussi.

Tout en le recevant, ils murmuraient contre le propriétaire :

"Ces derniers venus n'ont fait qu'une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le fardeau de la journée, avec sa chaleur. "

Alors il répliqua en disant à l'un d'eux : "Mon ami, je ne te lèse en rien : n'est-ce pas d'un denier que nous sommes convenus ?

Prends ce qui te revient et va-t'en. Il me plaît de donner à ce dernier venu autant qu'à toi :

n'ai-je pas le droit de disposer de mes biens comme il me plaît ? ou faut-il que tu sois jaloux parce que je suis bon ?"

Voilà comment les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. "

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

La parabole rapportée par Matthieu a dû sembler très étrange aux auditeurs de Jésus : elle est absolument étrangère à la justice salariale commune. Le geste du patron de la vigne, qui donne la même paye à ceux qui ont travaillé tout le jour et à ceux qui n’ont travaillé qu’une heure, est tout à fait inhabituel. Le récit a pour sujet l’initiative d’un viticulteur qui, tout au long du jour, se préoccupe d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il sort de chez lui pas moins de cinq fois dans la journée pour appeler des ouvriers. Avec les premiers ouvriers, appelés à l’aube, il convient de la rémunération d’un denier (c’était la paye ordinaire pour une journée de travail). Il sort de nouveau à neuf heures du matin, à midi, à trois heures et enfin à cinq heures. La réponse que donnent ces derniers ouvriers à son invitation (« personne ne nous a embauchés ») fait penser aux nombreux jeunes et moins jeunes au chômage, sans travail rémunéré et surtout sans la perspective d’un travail qui leur permettrait de construire une vie solidaire. Nombreux sont ceux qui sont au chômage dans ce sens : ce sont des jeunes déçus ou bien dominés par le consumérisme, qui se replient sur eux-mêmes, à la fois acteurs et victimes. Ils sont victimes de l’oisiveté parce que « personne ne les a embauchés ». La parabole se poursuit : le soir venu, on procède à la rémunération. Les derniers reçoivent chacun un denier. Les premiers, en voyant ce qui se passe, pensent recevoir davantage. Il est logique peut-être même juste de le penser. Ils sont étonnés d’être traités comme les derniers et se mettent à murmurer contre le patron : « Ce n’est pas juste », sont-ils tentés de dire. Les auditeurs de la parabole (peut-être nous aussi) ont tendance à partager ce sentiment. Mais c’est justement là que se marque la distance entre la manière de penser de Jésus et la nôtre. Il faut préciser que Jésus n’entend pas donner une leçon de justice sociale, ni représenter un des patrons classiques de ce monde qui récompense en fonction des prestations fournies. Il présente un personnage absolument exceptionnel qui traite ses subalternes en dehors des procédures légales. Jésus veut montrer un Père extraordinaire, sa bonté, sa générosité, sa miséricorde qui dépassent de beaucoup la conception habituelle des hommes. « Autant que le ciel est plus haut que la terre », écrit Isaïe. Hélas, aujourd’hui encore, la bonté et la miséricorde de Dieu sont motifs de murmure et de scandale. Dieu ne distribue pas ses récompenses selon sa fantaisie en donnant plus aux uns et moins aux autres. Dieu ne commet pas d’injustice. C’est sa grande bonté qui le pousse à donner à tous selon leurs besoins. La justice de Dieu ne dépend pas d’un principe abstrait d’équité mais des besoins de ses enfants. Quelle sagesse ! La récompense donnée à tous, c’est la consolation d’être appelé à travailler à la vigne du Seigneur, qu’on y passe beaucoup ou peu de temps.


20/08/2014
Prière avec les Saints


Calendrier de la semaine
D&E
4
Dimanche 4 décembre
Le jour du Seigneur
D&E
5
Lundi 5 décembre
Prière pour les malades
D&E
6
Mardi 6 décembre
Prière avec Marie, mère du Seigneur
D&E
7
Mercredi 7 décembre
Prière avec les Saints
D&E
8
Jeudi 8 décembre
Fête de l'Immaculée Conception
D&E
9
Vendredi 9 décembre
Prière de la Sainte Croix
D&E
10
Samedi 10 décembre
Prière de la Vigile
D&E
11
Dimanche 11 décembre
Le jour du Seigneur

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri