Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Celui qui vit et croit en moi,
ne mourra pas.

Alléluia, alléluia, alléluia.

2 Corinthiens 12,1-10

Il faut se glorifier ? cela ne vaut rien pourtant et bien ! j'en viendrai aux visions et révélations du Seigneur.

Je connais un homme dans le Christ qui, voici quatorze ans - était-ce en son corps ? je ne sais ; était-ce hors de son corps ? je ne sais ; Dieu le sait - ... cet homme-là fut ravi jusqu'au troisième ciel.

Et cet homme-là - était-ce en son corps ? était-ce sans son corps ? je ne sais, Dieu le sait -, je sais

qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de redire.

Pour cet homme-là je me glorifierai ; mais pour moi, je ne me glorifierai que de mes faiblesses.

Oh ! si je voulais me glorifier, je ne serais pas insensé ; je dirais la vérité. Mais je m'abstiens, de peur qu'on ne se fasse de moi une idée supérieure à ce qu'on voit en moi ou à ce qu'on m'entend dire.

Et pour que l'excellence même de ces révélations ne m'enorgueillisse pas, il m'a été mis une écharde en la chair, un ange de Satan chargé de me souffleter - pour que je ne m'enorgueillisse pas !

À ce sujet, par trois fois, j'ai prié le Seigneur pour qu'il s'éloigne de moi.

Mais il m'a déclaré : " Ma grâce te suffit : car la puissance se déploie dans la faiblesse. " C'est donc de grand cœur que je me glorifierai surtout de mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ.

C'est pourquoi je me complais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les détresses, dans les persécutions et les angoisses endurées pour le Christ ; car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu,
dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul commence la deuxième partie de son discours d’autodéfense. Si dans le texte précédant il parlait des privilèges de son appartenance ethnico-religieuse et pouvait énumérer la longue liste des souffrances endurées au nom de l’Évangile, il dévoile à présent le cœur même de sa passion missionnaire. C’est un passage crucial de la lettre. Sans en décrire tout le contenu, qu’il n’a pas lui-même compris en profondeur, Paul révèle avoir eu une expérience spirituelle extraordinaire. Notons qu’ici l’apôtre ne parle plus à la première personne, mais qu’il parle d’« un fidèle du Christ qui, voici quatorze ans, a été enlevé jusqu’au troisième ciel – je ne sais pas si c’était avec son corps ou si c’était une vision » (v. 2). Il ne peut décrire son expérience dans les détails, n’ayant pas lui-même tout compris. Ce qui apparaît clairement, c’est que l’apôtre a été pour ainsi dire dépossédé de lui-même. Ce n’est plus le « moi » qui parle, mais justement « un fidèle du Christ ». Cette mystérieuse rencontre avec Jésus l’a profondément transformé. Ailleurs il dira : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20). Tout chrétien se trouve exactement sur cette même voie, celle de l’identification au Christ. C’est un itinéraire spirituel qui se poursuit tout au long de notre vie. Mais c’est aussi le seul chemin qui nous mène à la plénitude. Une vie pleine et sauvée n’est autre que notre communion au Christ. Et c’est à ce moment que l’apôtre introduit une distinction dans sa défense. Il se glorifie de cet homme qui s’est laissé saisir par le Christ, mais « pour moi-même, je ne mettrai mon orgueil que dans mes faiblesses » (v. 5). L’apôtre révèle aux Corinthiens une expérience personnelle de faiblesse qui devait l’affaiblir physiquement : l’« écharde » (ou peut-être plutôt un « piquet ») dans « la chair ». Nous ne savons pas bien à quoi se réfère l’apôtre, les conséquences devaient cependant être dures, au point qu’à trois reprises il a demandé au Seigneur d’en être délivré. Paul reçoit pourtant du Seigneur une réponse qui lui permet de construire sa vie non pas tant sur sa sagesse et sa force que sur cette puissance qui vient du Seigneur : « Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse » (v. 9). Bien plus, l’apôtre découvre que c’est justement dans la faiblesse de sa vie mise tout entière au service de l’Évangile que la force du Seigneur s’est manifestée. Voilà une grande leçon spirituelle et pastorale, malheureusement souvent tout à fait négligée. Très souvent dans notre vie, la faiblesse et les difficultés deviennent des excuses pour reculer face à l’Évangile, ou bien ce sont autant de justifications à nos manques d’engagement. Mais c’est justement dans sa faiblesse qu’un disciple découvre la force extraordinaire du seigneur et sa grâce. C’est bien dans l’exigüité de nos moyens et l’essoufflement de nos possibilités que nous faisons l’expérience de la foi. Même petite comme un grain de sénevé, elle accomplit des miracles au point de déplacer les montagnes. De plus en plus souvent, nous devrions dire avec l’apôtre : « Lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort » (v.10).


20/06/2015
Prière de la Vigile


Calendrier de la semaine
F&E
26
Dimanche 26 février
Le jour du Seigneur
F&E
27
Lundi 27 février
Prière pour les pauvres
F&E
28
Mardi 28 février
Prière avec Marie, mère du Seigneur
MAR
1
Mercredi 1 mars
Mercredi des Cendres
MAR
2
Jeudi 2 mars
Prière pour l'Église
MAR
3
Vendredi 3 mars
Prière de la Sainte Croix
MAR
4
Samedi 4 mars
Prière de la Vigile
MAR
5
Dimanche 5 mars
Le jour du Seigneur