Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - nos amis de la rue - padoue (...egidio contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Padoue (Italie) : congrès sur le thème « Ville du Saint, ville de tous : Padoue et les pauvres de la rue » organisé par la Communauté de Sant’Egidio


 
version imprimable

Padoue (Italie) : congrès sur le thème « Ville du Saint, ville de tous : Padoue et les pauvres de la rue » organisé par la Communauté de Sant’Egidio

Le 7 novembre, s’est déroulé à Padoue le congrès sur le thème : « Ville du Saint, ville de tous : Padoue et les pauvres de la rue » organisé par la Communauté de Sant’Egidio, auquel 200 personnes ont participé, parmi lesquelles de jeunes étudiants, des habitants impliqués dans différentes initiatives de service auprès des pauvres, de nombreux religieux et religieuses, des prêtres, des hommes politiques et différentes personnes intéressées par le sujet.

Avec les premiers froids, la situation de ceux qui vivent dans la rue devient chaque jour plus dure. Ces conditions difficiles qui sont le lot des sans domicile fixe toute l’année se font plus dramatiques à cette saison. Partir d’en bas, de la rue, pour comprendre notre ville semblait de ce fait constituer une exigence commune pour mieux connaître la réalité des pauvres de la rue et chercher des solutions concrètes, dans la conviction qu’une ville plus généreuse avec ceux qui vivent dans la rue est une ville plus humaine pour tous.

Le Pr. Augusto D’Angelo, de l’Université de Rome « La Sapienza » et de la Communauté de Sant’Egidio a pris la parole au congrès, présidé par Alessandra Coin de la Communauté de Sant’Egidio de Padoue, pour faire le point sur la nécessaire mise en œuvre de services permanents destinés aux sans domicile fixe, en sortant de l’idée d’urgence et de la représentation qui consiste à ne considérer les pauvres de la rue que comme un problème d’ordre public. Cinq propositions concrètes ont été lancées, de la nécessité de donner à tous la résidence administrative à la nécessité de modalités d’interventions qui relient les pauvres à un réseau de services, en déterminant des projets ad personam passant par l’instauration de relations humaines stables, avec des durées d’intervention élargies et un accompagnement social adapté.

Mirko Sossai de la Communauté de Sant’Egidio de Padoue a présenté les chiffres sur la réalité de la rue de Padoue collectés pendant le service qu’effectuent de nombreux bénévoles (jeunes étudiants, travailleurs, professionnels) qui apportent chaque soir dans les gares des sandwiches et des boissons, mais aussi des liens et de l’amitié. Parmi les autres besoins déterminés, celui qui concerne l’assistance sociale et sanitaire des sans domicile fixe sortis de l’hôpital. 

Don Gianfranco Zenatto de la Caritas diocésaine a dressé un tableau de l’engagement capillaire des bénévoles dans l’assistance aux plus nécessiteux, en présentant à la fin de son intervention les données du dernier rapport de Caritas-Zancan : « aujourd’hui les pauvres de la rue ont changé : ils sont plus jeunes, ce sont des italiens et des immigrés, des hommes mais aussi des femmes, majoritairement au chômage, séparés, souffrant d’addictions ou de fragilité psychologique ».

Le Pr. Massimo Santinello de l’Université de Padoue a posé la question suivante : de qui relève le problème des sans domicile fixe, des services ou de la ville ? Sa réponse implicite et logique invitait à chercher des réponses communes et à impliquer la population notamment pour prévenir le phénomène. Il a insisté sur l’importance des relations sociales et de la possibilité pour tous d’être utiles, notions-clés pour la « maraude » des pauvres de la rue dans le cadre du concept de « responsabilisation ».

Pour finir, l’adjoint au maire chargé des politiques sociales, Claudio Sinigaglia, présentant l’expérience de Padoue de la « coordination sans domicile fixe » avec toutes les réalités des secteurs publics et du privés qui interviennent dans le domaine, a réaffirmé la nécessité d’ouvrir en politique une saison nouvelle d’humanité, capable de dépasser la culture du rejet et du refus d’accueillir et de cesser de considérer l’éloignement comme la seule solution aux problèmes liés à la pauvreté.

Nos amis de la rue


NOUVELLES EN RELATION
26 Mai 2011

Lima (Pérou) - "Fête de l'espoir" avec les amis qui vivent dans la rue

IT | EN | ES | DE | FR | PT | NL | RU
9 Août 2010

Naples (Italie) : "Cocomerata" au milieu de l'été avec les personnes sans domicile

IT | DE | FR
25 Mars 2011

Würzburg (Allemagne) - Prière en mémoire de ceux qui sont morts après avoir vécu dans la rue

IT | EN | DE | FR | PT | NL
27 Février 2011

A Gênes, la mémoire de Pietro et de tous ceux qui sont morts dans la rue

IT | ES | DE | FR | CA | NL
22 Février 2011

A Naples, la mémoire de ceux qui sont morts dans la rue. LA VIDEO

IT | DE | FR | NL | RU
14 Février 2011

Prière en mémoire des sans domicile morts à Kiev (Ukraine)

IT | DE | FR | RU | UK
toutes les nouvelles connexes

ASSOCIATED PRESS
15 Août 2017
Corriere della Sera - Ed. Roma
Comunità di Sant’Egidio, festa di Ferragosto con i più bisognosi
14 Août 2017
Vatican Insider
Ferragosto, Sant’Egidio: si fa festa con rifugiati, anziani, rom e senza dimora
13 Août 2017
La Repubblica - Ed. Genova
La fame non va in vacanza, l'estate degli invisibili in coda per un panino
12 Août 2017
La Repubblica - Ed. Genova
Quella città invisibile fatta di poveri
10 Août 2017
La Repubblica
Le città della cura
tous les dossiers de presse

PHOTOS

1600 visites

1597 visites
tous les médias associés