Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - amis en prison - libérer...sonniers - mozambiq...détenus contactsnewsletterlink

  

Mozambique : le travail de la Communauté de Sant'Egidio dans les prisons du pays pour la libération des détenus


 
version imprimable

Mozambique : le travail de la Communauté de Sant'Egidio dans les prisons du pays pour la libération des détenus
7 avril 2010

La situation des prisons au Mozambique

Les établissements pénitentiaires au Mozambique datent encore en grande partie de l’époque coloniale et sont en nombre absolument insuffisant pour accueillir la totalité des détenus. On en arrive ainsi à des situations où les détenus peuvent être jusqu’à 100 par cellule. Les structures sont souvent délabrées, notamment d’un point de vue de l’hygiène sanitaire. La plupart des prisons ne sont alimentées en eau que quelques heures par jour et il faut aller la chercher avec des seaux. La quantité d’eau disponible par personne pour boire, se laver, laver ses vêtements et utiliser les toilettes est insuffisante. De nombreuses maladies dermatologiques se répandent parmi les détenus (gale et mycoses par exemple) et souvent les médicaments pour se soigner font défaut. La nourriture aussi manque : on ne mange qu’une fois par jour, une assiette de polenta et quelques haricots.
Les données relatives aux prisons mozambicaines ont été rendues publiques à la fin de l’an dernier. Le nombre des établissements de peine dans le pays est de 119 pour un total de 13 453 personnes incarcérées. Le chiffre indique une croissance importante du nombre des prisonniers étant donné qu’en 2000 leur nombre s’élevait à 8 812. En moins de 10 ans, la population carcérale a augmenté de 6,75 %.
Sur le total de la population détenue, 13 166 sont des hommes et seulement 287 des femmes. Pour ce qui concerne leur situation juridique, 4 704 (soit 45,9%) sont des détenus en attente de jugement et 8 749 (soit 54,1%) sont déjà condamnés. Il s’avère que plus de la moitié des détenus ont moins de 26 ans. Il est particulièrement frappant de voir qu'en novembre 2009 les prisons mozambicaines détenaient quelque 4 840 prisonniers âgés entre 16 et 21 ans.
Plus de la moitié des détenus est analphabète ou privée d’une connaissance suffisante de la langue portugaise écrite. Il s’agit d’une urgence qui n’est pas uniquement scolaire. Celui qui ne sait ni lire ni écrire ne sait souvent pas non plus s’exprimer correctement en portugais. De nombreux détenus ne parlent que les langues locales ce qui porte un grave préjudice pour leur défense devant le tribunal.

L’intervention de la Communauté

La Communauté de Sant’Egidio est présente dans le monde carcéral mozambicain depuis 1995, date du premier repas de Noël dans la prison de Pemba. Depuis lors, la Communauté a continué d’étendre à l’ensemble du pays la visite et la solidarité à l’égard des détenus.
Les prisons qui reçoivent régulièrement le soutien de la Communauté sont au nombre de 33, répandues dans toutes les provinces du Mozambique, pour un total d’environ 5 400 détenus.
Les visites constituent un soutien on ne peut plus important, étant donné aussi le jeune âge de nombreux prisonniers et l’éloignement de leur famille.
Dans de nombreux établissements, la Communauté organise depuis des années des cours d’alphabétisation. Dans une prison, nous avons même organisé un cours de langue anglaise.
Noël représente un moment particulièrement intense. En 2009, il a été possible de confectionner le repas dans 17 établissements de réclusion, impliquant 2 662 détenus.
Grâce à l’aide des détenus italiens, qui se sont mobilisés pour soutenir leurs amis africains, il a été possible de réaliser dans plusieurs prisons mozambicaines des :


1.    distribution de savon
2.    distribution de médicaments
3.    soutien alimentaire
4.    fourniture de matériel scolaire (là où ont lieu les cours d’alphabétisation)

Dans différentes prisons, la Communauté anime depuis des années des temps de prière. Le chant, la lecture de la Parole de Dieu et la prière commune sont un rendez-vous fondamental pour plusieurs centaines de détenus.

« Libérer les prisonniers »

Une attention particulière a été portée aux problèmes juridiques tant du fait du grand nombre de détenus en attente de jugement qu'à cause de la particularité de la législation mozambicaine qui, pour des délits déterminés, divise la peine en deux parties : une peine de réclusion et une peine pécuniaire. Ceux qui n’ont pas les moyens de payer cette dernière partie de la peine (ce qui représente la majorité des cas) passent une période supplémentaire de détention en prison. C’est pour cette raison qu’a été lancé depuis quelques années déjà le projet « Libérer les prisonniers » qui a pour objectif de payer les amendes et permettre aux détenus de sortir de prison à l’échéance fixée.
Au cours de l’année 2009, le programme « Libérer les prisonniers » a connu une nouvelle impulsion permettant la remise en liberté de 20 détenus. Parmi eux, on nous a informés que certains, provenant de la province de Nampula, ont tenu à adresser des mots de remerciement :


B. T. :
Je suis très reconnaissant pour tout ce que la Communauté a fait pour moi, surtout pour m’avoir libéré, car ,s’il n’y avait pas eu votre aide, je serais encore en prison aujourd’hui. Merci aussi pour les visites que la Communauté m’a faites et pour les conseils et l’évangélisation qu’elle m’a donnés, car cela a beaucoup marqué ma vie. Même si je suis natif de cette ville où je vis avec ma tante, lorsque j’ai été arrêté et détenu pendant près de trois mois, elle n’est pas venu une seule fois me rendre visite, et je ne me souviens pas d’un seul jour où mon frère est venu me rendre visite depuis Nacala. Ainsi, je vous promets qu’à partir d'aujourd'hui  et pour les jours à venir je chercherai à changer mon cœur et je commencerai à faire partie de cette Communauté.

C. P. :
Merci beaucoup à la Communauté Sant’ Egidio de m’avoir libéré de cette douleur, car je ne pensais pas qu’un jour je quitterai cet endroit. Je viens du Congo et je suis ici comme réfugié. Je n’avais pas de famille ici à Nampula au Mozambique, mais du jour où j’ai commencé à recevoir des visites des frères de cette Communauté de Sant’Egidio, j’ai commencé à me sentir moi aussi mozambicain. Je suis très content et très heureux. A partir d’aujourd’hui, je veux aussi participer à cette Communauté.

A. E. :
je m’appelle E.A., fils de E.A.M. et de S., natif de Mecuburi et je vis actuellement dans le district de Mutauanha (Nampula). J’ai 18 ans.
J’ai été condamné à deux mois de réclusion dont un mois d’amende, et je ne pouvais pas payer l’amende, mais je remercie beaucoup la Communauté de Sant' Egidio qui m’a aidé à la payer.
Je suis très heureux car je ne pensais pas pouvoir sortir de cette souffrance et lorsque je retournerai chez moi, mes proches ne croiront pas que j’ai été libéré et pourront penser que je me suis échappé de prison, parce qu’eux non plus n’avaient pas l’espoir que je puisse sortir maintenant. Mais tout cela a été rendu possible par la Communauté de Sant’Egidio. Merci beaucoup à la Communauté Sant’ Egidio pour ce miracle qui a fait payer les amendes et m’a fait sortir de prison. Mille fois merci.

A. N. M. :
Je suis Manuel A. N. J’ai 21 ans, fils de P. et de M.-J., né à Nampula. Je vis dans le quartier de Piloto. J’ai été condamné à quatre mois de réclusion et à une amende d’un mois et je ne pouvais pas payer l’amende. Aujourd’hui, je me trouve hors de ma cellule grâce à la Communauté de Sant’Egidio qui m’a aidé à payer l’amende. Et je suis très heureux pour ce geste que la Communauté a fait pour moi. Je veux encore une fois remercier la Communauté de Sant’Egidio de m’avoir libéré de cette souffrance.

D. D. A. :
Je suis D.D.A., j’ai 26 ans, je suis le fils de A.D. et de M.A., natif de Nacala - Porto, je vis dans le quartier de Gato Preto.
J’ai été arrêté l’an dernier au mois d’octobre 2008 et j’ai été condamné à dix mois de prison dont deux mois d’amende. La punition a été grande, et je promets de ne pas commettre de nouveau le même type de crime.
Vraiment Dieu est grand car je ne m’attendais pas à pouvoir sortir de cette prison et je ne m’attendais même pas à être de nouveau heureux dans cette société. Mais avec l’amour de la Communauté de Sant’Egidio, tout a été possible.
C’est pourquoi je remercie beaucoup la Communauté de Sant’Egidio qui m’a aidé à payer les amendes, parce que mes parents sont pauvres et ne pouvaient pas se permettre de payer. Merci aussi à tous les frères de la Communauté pour l’amitié et l’attention qu’ils m’ont toujours données pendant les visites.

S. M. :
Je suis M.S., j’ai 30 ans, je suis le fils de S.W. et de B.A., natif de la province de Zambèze, district de Namorei.
J’ai été condamné à quatre mois de réclusion dont un d’amende. Je suis très heureux d’être déjà libéré de cette souffrance. Tout cela, grâce à la Communauté de Sant’Egidio. Quand mes frères m’ont dit hier que je serai relâché aujourd’hui j’ai pleuré de joie toute la nuit attendant l’arrivée de l’aube qui tardait à venir.
Je suis très reconnaissant pour cette aide.

M. M. :
Je suis M.l M., j’ai 21 ans, je suis le fils de M.A. et de A.S., né à Angoche et je vis maintenant ici à Nampula dans le quartier Muhala Expansão.
J’ai été condamné à sept mois de réclusion et à une amende d’un mois. Aujourd’hui je suis ici, hors de prison, grâce à la Communauté de Sant’Egidio qui m’a aidé à payer cette partie de la peine et sans cela, je serais encore dans cette souffrance. Je suis donc très reconnaissant à la Communauté de m’avoir libéré. Merci beaucoup vraiment.

N. F. :
Je suis F.N., fils de C.M. et de H.S., natif de Mecuburi et je vis ici à Nampula dans le quartier de Matadouro, mais je ne connais pas mon âge.
J’ai été arrêté l’an dernier en mai 2008 et j’ai été condamné à quatorze mois de réclusion dont deux d’amende. Je n’avais pas les moyens de payer cette amende. Aujourd’hui je suis très heureux car la Communauté de Sant’Egidio m’a aidé à sortir de prison, car durant les treize mois passés dans ma cellule je n’espérais pas pouvoir sortir et voir ma famille. Mais aujourd’hui, avec la force des frères de cette communauté, je suis redevenu heureux et je regrette beaucoup le délit que j’ai commis. Je promets de ne plus le refaire. Merci Communauté de Sant’Egidio.

P. O. :
Je suis O.P., j’ai 18 ans, fils de P.J. et de H., natif de Mogincual - Nampula, et je vis ici à Nampula dans le quartier de Namutequeliua.
J’ai été condamné à trois mois, dont un mois d’amende.
Je suis très heureux d’avoir été libéré et je remercie la Communauté de Sant’Egidio de m’avoir libéré. A partir d’aujourd’hui, je suis dans les mains de cette communauté.

Vidéo

Amis en prison

Campaña Liberar a los Prisioneros en África




Dons en ligne

NOUVELLES EN RELATION
8 Novembre 2016
DOUALA, CAMEROUN

Dans la prison de Douala, où, avec le passage de la Porte Sainte, s’est accompli le « miracle de la solidarité »


Depuis que le jubilé a été célébré dans la prison, les détenus ont créé un mouvement de miséricorde en soutenant les prisonniers les plus en difficulté.
IT | ES | DE | FR | PT
7 Novembre 2016

Là où on répond à la violence par le pardon, le cœur de celui qui a commis une faute peut être vaincu par l’amour


qui l’emporte sur toute forme de mal. Et ainsi, parmi les victimes et parmi les coupables, Dieu suscite d’authentiques témoins et artisans de miséricorde.
IT | EN | ES | DE | FR | PT
4 Octobre 2016

Sant’Egidio et le Mozambique, l’histoire d’une paix (et d’une amitié) qui fête aujourd’hui ses 24 ans


Des pourparlers pour la fin de la guerre civile au programme pour le soin du SIDA, en passant par l’inscription à l’état civil, la lutte contre la malnutrition. Aujourd’hui, aux côtés de la « génération de la paix »
IT | DE | FR | PT
30 Septembre 2016
BLANTYRE, MALAWI

A Blantyre, au Malawi, conférence sur le rôle public des jeunes pour la paix, le dialogue et le développement

IT | EN | ES | FR | ID
11 Septembre 2016

Le Jubilé de la Miséricorde à Pemba, au Mozambique, avec plus de 500 enfants

IT | ES | DE | FR | PT
9 Septembre 2016
DOUALA, CAMEROUN

Le pape François aux détenus de la prison de Douala : "Votre porte sainte est belle ; les matériaux sont modestes mais l'initiative est noble !"


Le Jubilé de la Miséricorde dans les prisons du Cameroun
IT | ES | DE | FR
toutes les nouvelles connexes

ASSOCIATED PRESS
24 Novembre 2016
Radio Vaticana
Sant'Egidio presenta riforme per umanizzazione delle carceri
19 Novembre 2016
RP ONLINE
Amerikanischer Traum endet in der Todeszelle
16 Novembre 2016
Radio Vaticana
Marazziti: grati a Francesco, non c'è pena giusta senza speranza
14 Octobre 2016
Avvenire
Sant'Egidio Camerun, a Douala aperta la Porta Santa mobile dei detenuti
4 Octobre 2016
Notizie Italia News
In Mozambico il popolo ha sete di pace e non vuole tornare indietro - Intervista a don Angelo Romano
tous les dossiers de presse

PHOTOS

263 visites

250 visites

178 visites

235 visites

159 visites
tous les médias associés

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri