change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - munich 2011 contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Sant'Egidio et la Muhammadiyah signent à Djakarta un nouvel accord pour la paix et le dialogue interreligieux

une délégation de la Communauté menée par Marco Impagliazzo se trouve en Indonésie

Sant'Egidio au conseil de sécurité de l'ONU pour un point sur la République centrafricaine

Mauro Garofalo : "Le succès de ce premier désarmement garantit la crédibilité de l'ensemble du processus en actes"

Donner à manger aux personnes âgées au Mozambique : distribuitions d'aides alimentaires aux plus pauvres dans la ville de Beira

Aidons les réfugiés rohingyas au Bangladesh

La Communauté de Sant’Egidio lance une collecte de fonds pour envoyer des aides dans les camps de réfugiés au Bangladesh, en collaboration avec l’Eglise locale

Tous les textes de la rencontre #Pathsofpeace

L'assemblée d'inauguration de la rencontre internationale Chemins de Paix

Chemins de 2017 : tout sur la rencontre internationale des religions du monde pour la paix

Le programme, les intervenants et les événements en direct streaming

Global friendship, #MoreYouthMorePeace : le message et l’engagement des Jeunes pour la paix à Barcelone

rendez-vous l’année prochaine à Rome !
24/11/2017
Prière de la Sainte Croix

La prière chaque jour


 
version imprimable
12 Septembre 2011 09:00 | Residenz, Herkulessaal

ELEMENTS D’INTERVENTION DE CHRISTOPHE DE MARGERIE



Christophe de Margerie


Président et directeur général de TOTAL, France

Je remercie la communauté de Sant’ Egidio de m’associer à nouveau à ses réflexions, et le Cardinal Reinhard Marx de nous accueillir dans sa ville de Munich pour cette rencontre au service de la paix.
Nous nous interrogeons sur l’Europe et sa mission pour le monde. La crise que nous traversons met en pleine lumière l’importance de la dimension économique pour nos vies quotidiennes et pour l’avenir de nos sociétés. L’Europe est particulièrement touchée par cette crise qui souligne son déclin relatif et la fait douter d’elle-même. Peut-elle encore se prévaloir d’une mission dans l’ordre économique ? Je le crois.
Comme chef d’entreprise, je voudrais vous apporter un message de confiance dans cette période de déprime en rappelant la place de premier plan de l’Europe dans le monde. Certes nos entreprises doivent s’adapter aux dures réalités de la compétition économique mondiale mais, à condition de le vouloir, elles peuvent le faire de manière responsable, attentive aux hommes et à l’environnement.

1. PARTIR DU CONSTAT QUE L’EUROPE OCCUPE DANS L’ECONOMIE MONDIALE UNE POSITION TRES FORTE PEUT SEMBLER UNE PROVOCATION DANS LE CONTEXTE ACTUEL FACE AU DYNAMISME DES GRANDS PAYS EMERGENTS.

Notre continent est en effet marqué par un chômage élevé, une croissance lente, de graves problèmes financiers et une perspective de déclin démographique. Il est vrai que la place de l’Europe dans le monde tend inévitablement à reculer sous l’effet de la progression plus rapide des autres mais n’oublions pas pour autant ce qu’elle représente aujourd’hui : la 1ère zone économique de la planète qui réalise le ¼ du PIB et des échanges mondiaux, un potentiel scientifique et technologique remarquable, 150 parmi les 500 premières entreprises mondiales, des positions clé dans de nombreux domaines de l’industrie et des services et la possession avec l’Euro d’une des deux grandes monnaies de réserves.

Le rayonnement économique de l’Europe va au-delà de ces éléments quantitatifs. Les pays européens, sous des formes diverses, se sont appliqués depuis la deuxième guerre mondiale à concilier efficacité économique et cohésion sociale par des mécanismes de solidarité protecteurs et redistributifs; ces systèmes appellent sans doute aujourd’hui des réformes nécessaires à leur pérennité mais ils demeurent à la base du pacte social européen  et ils jouent en période de crise un rôle essentiel. L’Europe est en avance par rapport au reste du monde dans le domaine de l’environnement et particulièrement du climat où elle veut, pour l’instant plutôt en solitaire, jouer un rôle exemplaire. L’Europe est aussi le premier pourvoyeur d’aide publique au développement. Elle joue actuellement un rôle majeur dans les réflexions sur la gouvernance financière mondiale.


2. L’EUROPE N’ECHAPPE PAS AUX REALITES DE LA COMPETITION ECONOMIQUE INTERNATIONALE.

Cette compétition est violente, nous le savons. Elle se traduit par des transferts d’activité et de richesse à un rythme accéléré par la mondialisation des échanges, par la rapidité des évolutions technologiques et par le rôle de la finance. Afin d’y résister une entreprise exposée à la concurrence internationale n’a pas d’autre choix que d’être elle-même compétitive, c'est-à-dire d’innover en permanence, d’aller à la recherche de nouveaux marchés, de maîtriser ses coûts et d’organiser son processus de production à l’échelle mondiale.

Si la mondialisation est source d’ajustements douloureux et d’inégalités, elle est d’abord un formidable instrument de création de richesse qui a favorisé une croissance mondiale soutenue. Des centaines de millions d’hommes et de femmes sont, grâce à elle, sortis de la pauvreté dans les pays émergents où est en train de se former une vaste classe moyenne. La demande de voitures explose en Chine. En abaissant le coût de nombreux produits, la mondialisation a aussi augmenté le pouvoir d’achat des consommateurs occidentaux. Ne nous y trompons pas. Les relais de croissance de nos économies en manque de souffle se trouvent d’abord dans la demande en plein essor des nouveaux pays.

Il est vrai que le développement des échanges et l’interpénétration des économies et des systèmes financiers se sont accomplis sans que soient posées en parallèle des règles du jeu et des disciplines communes. Les différences de normes environnementales et sociales, le manque de réciprocité dans l’ouverture des marchés, les subventions publiques à certains secteurs, l’évolution erratique des taux de change faussent la concurrence et exercent parfois des effets destructeurs.
Le protectionnisme n’est pourtant pas la bonne réponse à ces insuffisances et à ces distorsions, pas plus que le nivellement par le bas de toutes les normes. Un immense travail est à accomplir au plan international pour donner à la mondialisation économique et financière le cadre qui lui fait aujourd’hui défaut et créer un véritable level playing field.


3. JE CROIS QUE L’EXEMPLARITE DES ENTREPRISES EUROPEENNES PEUT FAIRE PROGRESSER LES NORMES INTERNATIONALES.

Pour tenter de vous faire partager cette conviction, je prendrai l’exemple de Total. Ce groupe est une multinationale, présent dans 130 pays avec des actionnaires d’origine géographique très variée mais notre culture est profondément européenne. A ce titre, nous avons plusieurs convictions fortes :

- Le sens de notre mission, qui est de répondre à la demande d’énergie de manière durable parce qu’il s’agit de satisfaire un besoin essentiel de l’homme, indispensable à la croissance de nos économies. Cela implique d’investir à long terme dans de nouveaux développements toujours plus complexes et de participer aux efforts de préparation de l’avenir, pour mettre au point de nouvelles énergies.

- Le respect de l’homme, qu’il s’agisse de nos collaborateurs, de nos clients et de communautés avec lesquelles nos activités nous mettent en relation. Notre activité n’a réellement de sens que si elle est au service des hommes et qu’elle est attentive à la promotion des droits humains à la santé, à l’éducation, à une vie meilleure. C’est au fond pour cela que les entreprises créent de la richesse.

- L’exigence éthique, qui implique de se comporter de manière loyale dans les relations d’affaires et notamment de refuser toute forme de corruption.

- La préservation de l’environnement et du climat, un enjeu particulièrement important pour notre industrie.

En témoignant de l’importance que nous attachons à ces valeurs, je crois que nous pouvons contribuer à faire évoluer vers le haut les pratiques des entreprises avec lesquelles nous sommes en rapport et des pays dans lesquels nous travaillons.

Pour conclure en quelques mots, je voudrais souligner à quel point dans cette période difficile nous avons besoin de l’Europe et de plus d’Europe. A l’intérieur de l’Union pour en préserver la cohésion et renforcer la solidarité entre ses membres. A l’extérieur parce que l’Europe est le continent le plus ouvert sur le monde et que sa voix est indispensable pour introduire plus d’ordre et plus de justice dans les relations économiques et financières internationales.


{PROGRAMMA_BOX_PP}

NOUVELLES EN RELATION
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
24 Juillet 2010

La prochaine rencontre de Prière pour la paix entre les religions mondiales se tiendra à Barcelone, en Espagne, du 3 au 5 octobre, sur le thème : "Famille de peuples, Famille de Dieu"

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
20 Juillet 2016

Les religions mondiales retournent à Assise pour faire entendre la soif de paix des peuples


Présentation aujourd’hui de la rencontre internationale pour la paix qui se tiendra du 18 au 20 septembre, trente ans après la prière historique voulue par Jean-Paul II
IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL
14 Juin 2011

Dresde (Allemagne) : l'engagement pour la vie, la défense des Roms, les thèmes de Sant'Egidio au Kirchentag 2011 de l'Eglise protestante allemande

IT | ES | DE | FR | CA | NL | RU
7 Mai 2011

Anvers (Belgique) - La manifestation "Ramer pour la paix" réunit des jeunes de toute origine ethnique, culturelle et religieuse

IT | ES | DE | FR | CA | NL | RU
27 Mai 2010

Le synode de l'Eglise luthérienne soutient l'appel de la Communauté de Sant'Egidio pour de meilleures conditions de vie dans les prisons en Italie

IT | ES | DE | FR | PT | CA
toutes les nouvelles connexes

24/11/2017
Prière de la Sainte Croix

La prière chaque jour