change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - munich 2011 contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Sant’Egidio fête ses 49 ans avec le peuple de la Communauté

Une basilique Saint-Jean-de-Latran remplie de jeunes et de moins jeunes, de sans-abris et de réfugiés venus par les couloirs humanitaires. Marco Impagliazzo : « Nous croyons en une ville où la distinction entre eux et nous n’existe plus, mais où l’on peut construire ensemble une grande force de paix »

Rassemblement des Jeunes pour la Paix

Ose rêver, choisis la paix !

Liturgie pour le 49e anniversaire de la Communauté de Sant’Egidio

Basilique Saint-Jean-de-Latran, à 18h30

Lettre de Goma, au Congo : nous sommes devenus les porte-paroles des personnes âgées abandonnées dans la périphérie de la ville

Plus de 540 réfugiés syriens en sécurité avec les #couloirshumanitaires ! Merci à tous ceux qui ont permis de réaliser ce rêve !

Les nouvelles arrivées ce matin à Fiumicino
20/02/2017
Prière pour la paix

La prière chaque jour


 
version imprimable
13 Septembre 2011 17:00 | Centre of München - München

Prédication du Métropolite Filaret


Filaret


Métropolite orthodoxe, Exarque de Biélorussie, Patriarcat de Moscou

Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit !

Vos excellences les Evêques,
Chers pères
Frères et sœurs!

    Nous avons écouté aujourd´hui la lecture évangélique dans laquelle notre Seigneur Jésus Christ s´entretient avec les apôtres à la veille de son agonie au jardin de Gethsémani. Les apôtres sont égarés, car le Maître leur dit : «C´est pour peu de temps que je suis encore avec vous» (Jn 13, 33). La douleur paralyse le cœur des disciples. L’espérance d´Israël – pensent-ils – abandonne Sa maison.
    Combien de fois, nous aussi, avec nos perplexités, ressemblons-nous aux disciples du Sauveur ! Combien de fois avons-nous l´impression que le sens des événements nous échappe et nous laisse orphelins. (Jn 14,18).
    Nous avons réfléchi ces jours-ci sur la tragédie survenue il y a dix ans à New York. Souvent la vie nous fait passer par des maladies, des faiblesses, des incompréhensions de la part des gens et par la douleur. On voudrait s´écrier avec le saint apôtre Pierre : «Seigneur, où vas-tu ?» (Jn 13,36). Ô notre Dieu, quel est le sens des souffrances du genre humain ?
    Le Sauveur connaît le trouble des apôtres tout comme il connaît le nôtre, nous qui sommes ses disciples. En nous mettant en garde contre les ténèbres à venir, car « il vient le prince de ce monde » (Jn 14, 30), Il s´adresse à nous avec douceur, en nous appelant : « petits enfants » (Jn 13,33). Et un peu plus loin, il annonce : «Je vous laisse la paix ; c´est ma paix que je vous donne ; je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni ne s´effraie.» (Jn 14, 27).
    La paix que le Christ nous donne est liée à la venue du Divin consolateur, l´Esprit Saint. Il viendra et ce jour là (Jn 14,20) il nous enseignera tout et nous rappellera (Jn 14, 26) les paroles du Christ : «Je suis en mon Père et vous en moi et moi en vous» (Jn 14, 20).
    Voici ce que nous donne le Seigneur : la paix, qui consiste dans la participation à la vie divine, à l´amour éternel du Père, du Fils et du Saint Esprit !
    Pourquoi alors ce don est-il aussi important pour nous, qui vivons dans ce monde? Il est important pour nous parce qu´il consolide un nouveau modèle de relations, fondées sur un amour rempli d´abnégation.
    Le Seigneur montre dans les faits l´amour envers le Père. Il dit : «Le Père est plus grand que moi» (Jn 14,28). Dans ces mots nous voyons que le Christ, qui est égal au Père en force et en gloire, n´est pas troublé en disant de Lui qu´il est le plus grand. Il confesse un peu plus loin : «J´aime le Père et je fais comme le Père m´a commandé» (Jn 14,31). Le Fils offre sa vie en sacrifice pour faire la volonté du Père aimé et ainsi sauver le genre humain.
    Ce même modèle d´amour nous est également enseigné par l´apôtre Paul : «N’accordez rien à l´esprit de parti, rien à la vaine gloire, mais que chacun par l´humilité estime les autres supérieurs à soi» (Ph 2,3)
    La paix que le Seigneur nous donne, et dans laquelle l´apôtre nous exhorte à vivre, fait cesser l´action de la volonté de péché. En manifestant du respect les uns pour les autres, nous ne nous égarons pas nous-mêmes, au contraire, nous acquérons la liberté bienheureuse dans le Christ. La liberté des passions et de la peur, la liberté dans la joie et dans l’amour.
    e considère que le monde contemporain fait l’expérience d’un manque criant de cette liberté donnée par Dieu. La société est remplie des multiples formes de ses succédanés, qui divertissent l´âme, mais qui ne sont pas capables de lui donner la paix et la sérénité spirituelle. Il est devenu de plus en plus difficile de parler des vérités simples. La difficulté réside dans le fait que les vérités sont progressivement devenues des produits sur le marche de la consommation. Les paroles perdent leur valeur, les gestes deviennent superflus. Dans cette situation, seule la crise s’avère capable de nous faire revenir aux sources, de nous aider à nous voir les uns les autres pas seulement comme des associés d´affaires, mais comme des personnes qui cherchent en Dieu le sens de la vie.
    Je suis profondément convaincu que les problèmes globaux se résolvent concrètement au niveau des cœurs humains. Notre prière commune d´aujourd´hui constitue le témoignage de l´importance qu´ont de telles solutions.
    Aujourd´hui, en trouvant la joie d´être ensemble dans le «lien de la paix» (Ep 4, 3), nous la partagerons généreusement dans nos familles, entre ceux qui sont loin et ceux qui sont proches. Nous témoignerons de l’existence de la dimension spirituelle de notre vie, de la possibilité de relations fondées sur la confiance et sur l’amour, et du fait que nous sommes appelés à vivre ensemble dans le dialogue des religions et des cultures.
    Ainsi pourrons-nous être d´efficaces collaborateurs du Christ, d´heureux artisans de paix (Mt 5, 9), qui seront vainqueurs en tout temps. «Puisque tout ce qui est né de Dieu est vainqueur du monde. Et telle est la victoire qui a triomphé du monde : notre foi» (1 Jn 5, 4).
    Christ est au milieu de nous, maintenant et toujours!


{PROGRAMMA_BOX_PP}

NOUVELLES EN RELATION
18 Février 2017
BARCELONE, ESPAGNE

A Barcelone le cardinal et l’imam de Bangui sur le processus de paix en Centrafrique : un modèle à copier

IT | ES | FR
30 Janvier 2017
ROME, ITALIE

Pour une Église en sortie : chrétiens et pasteurs pour l’Afrique réunis à Rome avec la Communauté de Sant’Egidio


Récit des journées du congrès qui a vu des évêques africains réunis à Rome pour une réflexion sur la présence de l’Église et les défis à affronter sur le « futur » continent du christianisme
IT | FR
9 Janvier 2017

Zygmunt Bauman : disparition d’un grand humaniste engagé dans le dialogue entre croyants et non-croyants sur la frontière du vivre-ensemble et de la paix

IT | EN | ES | DE | FR | RU
3 Novembre 2016
BUDAPEST, HONGRIE

L’esprit d’Assise en Hongrie : chrétiens, juifs et musulmans se rencontrent à table avec les pauvres de Budapest


Une journée de solidarité et de de dialogue interreligieux organisée par la Communauté de Sant’Egidio et le conseil judéo-chrétien hongrois avec les représentants des trois religions monothéistes.
IT | ES | DE | FR | RU
2 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Signature de l’accord d’amitié entre Sant’Egidio et Rissho Kosei-kai : dialogue et passion pour les défis de notre temps

IT | ES | DE | FR | PT | RU
27 Octobre 2016

Trente ans après la prière pour la paix d’Assise : l’implication des religions nécessaire pour endiguer les guerres et la terreur


L’éditorial de Marco Impagliazzo sur Huffington Post à l’occasion du 30e anniversaire de la journée de prière voulue par Jean-Paul II
IT | ES | DE | FR
toutes les nouvelles connexes

20/02/2017
Prière pour la paix

La prière chaque jour