Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
13 Février 2016

Sant’Egidio au sujet de la Syrie : un début, mais il faut que cessent les raids. Entretien avec Mauro Garofalo dans Avvenire

La Communauté, promotrice de l’appel pour sauver Alep, accueille favorablement l’accord

 
version imprimable

Quel que soit le plan à mettre en œuvre en Syrie, il faudra raisonner par macro-régions, sans oublier la « population amassée aux frontières de la Turquie, du Liban et de la Jordanie », ni les zones de guerre « encore inaccessibles ». Mais pour apporter de l’aide, et c’est le point de départ du raisonnement de Mauro Garofalo, responsable des Affaires étrangères et du travail pour la paix de la Communauté de Sant’Egidio, « il faut que cessent les hostilités, que le gouvernement permette les déplacements et que les rebelles laissent entrer les denrées de première nécessité non pas urgentes, mais urgentissimes ».
L’accord obtenu à Munich va-t-il dans cette direction ?
Le fait que la volonté existe de mettre fin aux hostilités en commençant à raisonner de manière politique sur la transition, avec la priorité donnée aux aides humanitaires, est un bien. Aux dires des signataires eux-mêmes, il y a toutefois encore beaucoup de points d’interrogation. C’est avant tout un accord qui n’implique pas les interlocuteurs syriens et qui ne prévoit pas, par exemple, l’arrêt des bombardements. Il est difficile d’envoyer des aides sous les bombes. C’est quoi qu’il en soit un accord dont la Syrie avait besoin depuis des mois.
Si le cessez-le-feu devient réalité, d’où la coopération devrait-elle partir ?
Des villes assiégées qui ont été notamment l’objet du litige et l’un des motifs de l’interruption des négociations de Genève 3. Cela constitue assurément un point de départ. Mais, après plusieurs années de guerre, il n’y a pas de secteur plus en urgence que les autres ; tout constitue une priorité humanitaire sur ces territoires où nous avons vu des enfants qui meurent de faim. Pour cela il faut partir de la population, et c’est le point d’urgence le plus important, sans oublier qu’il existe encore des centres non accessibles.
Quelles sont les priorités ?
Il faut travailler sur plusieurs niveaux. Avant tout sur le nombre énorme de réfugiés qui vivent amassés au Liban, en Turquie et en Jordanie, des pays qui supportent aujourd’hui à grand peine un poids très lourd, avec les gouvernements desquels il faudrait organiser des actions conjointes de soutien. Puis il y a la population à l’intérieur, autrement dit ceux qui n’ont pas réussi à s’échapper et qui vivent amassés à la frontière, avec les personnes qui sont restées piégées dans les zones de guerre.
Que manque-t-il là-bas ?
En parlant avec le réseau de religieux sur le territoire, nous savons qu’il y a un problème de fourniture d’eau, d’éclairage et de chauffage. C’est la base pour la survie. Puis manquent la nourriture et les médicaments pour le petit nombre d’hôpitaux restés debout. La réorganisation de l’approvisionnement en fournitures essentielles est donc la priorité. Puis il y a un raisonnement à moyen terme : faire retourner les enfants à l’école après quatre années d’interruption, soigner les personnes âgées dont on n’a pas pris soin, réparer un tissu social détruit.
Quelles sont les villes à atteindre dans la plus grande urgence ?
Alep, Homs, Madaia, Zabadani. En Syrie, il est toutefois plus juste de penser par régions. La situation la plus grave est celle sur le front du centre-nord, dans la zone qui va de Homs à Alep. C’est dans ce no-man’s land, qui s’étend jusqu’à la frontière avec la Turquie, qu’en ce moment la vie y est le plus dur et les attaques aériennes ne laissent aucune chance à la population. Puis il y a la région de Hassake et la zone à la frontière nord est ; là, la population souffre beaucoup et les petites communautés chrétiennes sont victimes de difficultés de toutes sortes. Une zone qui est un peu plus « tranquille », c’est la zone plus au sud, où se trouve Deraa.
Comment reconstruire, outre les maisons, aussi les communautés ?
Il faut imaginer la Syrie comme un pays divisé en petites zones en guerre entre elles, voilà pourquoi il faut penser à protéger les minorités (les chrétiens ont presque disparu), réfléchir à un dialogue qui dépasse la simple question «Assad doit s’en aller ou doit rester ». Il convient de recommencer à se demander s’il est possible de vivre ensemble, comme c’était le cas à Alep. S’il n’est pas possible de le faire en Syrie, alors, où cela est-il possible ? L’aide humanitaire doit s’accompagner du rétablissement de l'assistance de base... Pour l’heure malheureusement, nous sommes encore dans la phase où l’on tire et où pleuvent les bombes.

 Alessia Guerrieri


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
2 Décembre 2016
ROME, ITALIE

Voici les visages et les voix des réfugiés syriens ayant fui la guerre et arrivés aujourd’hui en Italie par les couloirs humanitaires

IT | ES | DE | FR | PT | CA | RU | HU
1 Décembre 2016

Cent autres réfugiés sauvés grâce aux couloirs humanitaires. Le projet lancé il y a un an atteint le seuil de 500.

IT | DE | FR | PT
25 Novembre 2016
PARIS, FRANCE

Paix en Syrie, Irak, Centrafrique : l’entretien entre Andrea Riccardi et le ministre des affaires étrangères Jean Marc Ayrault

IT | ES | DE | FR | PT
21 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Paix en Centrafrique : les leaders religieux de Bangui à Sant’Egidio relancent la plateforme pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT | CA
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres

IT | DE | FR | NL | RU
21 Mars 2011

Jos (Nigeria) : conférence sur la paix, le service aux pauvres et le dialogue interreligieux

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
3 Décembre 2016
Radio Vaticana

Pace in Colombia: ex guerriglieri iniziano il disarmo

23 Novembre 2016
Il Fatto Quotidiano

Non solo faide, al Sud si parla di pace

22 Novembre 2016
Avvenire

Sant'Egidio. «Quella in Centrafrica non è una guerra di religione»

22 Novembre 2016
L'huffington Post

Se Bangui diventa il centro del mondo con il Cardinale, l'Imam e il Pastore

20 Novembre 2016
Catalunya Cristiana

«Ser refugiada és començar de zero»

19 Novembre 2016
Vatican Insider

A Sant’Egidio il cardinale, l’imam e il pastore centrafricani

tous les communiqués de presse
• NON LA PEINE DE MORT
7 Octobre 2015
ÉTATS-UNIS

The World Coalition Against the Death Penalty - XIII world day against the death penalty

5 Octobre 2015
EFE

Fallece un preso japonés tras pasar 43 años en el corredor de la muerte

24 Septembre 2015

Pope Francis calls on Congress to end the death penalty. "Every life is sacred", he said

12 Mars 2015
Associated Press

Death penalty: a look at how some US states handle execution drug shortage

12 Mars 2015
AFP

Arabie: trois hommes dont un Saoudien exécutés pour trafic de drogue

9 Mars 2015
Reuters

Australia to restate opposition to death penalty as executions loom in Indonesia

9 Mars 2015
AFP

Le Pakistan repousse de facto l'exécution du meurtrier d'un critique de la loi sur le blasphème

9 Mars 2015
AFP

Peine de mort en Indonésie: la justice va étudier un appel des deux trafiquants australiens

28 Février 2015
ÉTATS-UNIS

13 Ways Of Looking At The Death Penalty

15 Février 2015

Archbishop Chaput applauds Penn. governor for halt to death penalty

11 Décembre 2014
MADAGASCAR

C’est désormais officiel: Madagascar vient d’abolir la peine de mort!

3 Décembre 2014

5th Circuit Court of Appeals stops execution of Scott Panetti!

aller à pas de peine de mort
• DOCUMENTS

Libya: The humanitarian agreement for the region of Fezzan, signed at Sant'Egidio on June 16th 2016 (Arabic text)

Nuclear Disarmament Symposium on the 70 th anniversary of the atomic bomb. Hiroshima, August 6 2015

tous les documents
• LIVRES

Religioni e violenza





Francesco Mondadori

Hacer la paz





Proteus
tous les livres

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri