Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
13 Avril 2016

Le but ultime et le plus digne de la personne humaine et de la communauté est l’abolition de la guerre.

Considérant nos semblables comme des frères et sœurs, nous pourrons surmonter les guerres et les conflits.

 
version imprimable

Le but ultime et le plus digne de la personne humaine et de la communauté est l’abolition de la guerre. Du reste, comme on le sait, l’unique condamnation exprimée par le Concile Vatican II fut précisément celle de la guerre, dans la conscience que, celle-ci n’ayant pas disparu de la condition humaine, « on ne saurait dénier aux gouvernements, une fois épuisées toutes les possibilités de règlement pacifique, le droit de légitime défense ». Un autre point ferme : la constatation que « le conflit ne peut être ignoré ou dissimulé. Il doit être assumé » pour ne pas en rester prisonniers, en perdant la perspective générale et le sens de l’unité profonde de la réalité. En effet, ce n’est qu’en acceptant le conflit que l’on peut le résoudre et le transformer en un maillon d’un nouveau processus que les « artisans de paix » mettent en œuvre.

En outre, en tant que chrétiens, nous savons que ce n’est qu’en considérant nos semblables comme des frères et sœurs que nous pourrons surmonter les guerres et les conflits. L’Église ne se lasse pas de répéter que cela vaut non seulement au niveau individuel, mais aussi au niveau des peuples et des nations, au point qu’elle considère la communauté internationale comme une « famille des nations ». Pour cette raison, dans le message pour la Journée mondiale de la paix de cette année également, j’ai adressé un appel aux responsables des États afin qu’ils renouvellent « leurs relations avec les autres peuples, permettant à tous une participation effective et une inclusion dans la vie de la communauté internationale, afin que la fraternité se réalise également à l'intérieur de la famille des nations ».

En tant que chrétiens, nous savons également que le grand obstacle à éliminer afin que cela soit possible est celui élevé par le mur de l’indifférence. Les nouvelles des derniers temps nous montrent que si je parle de mur, ce n’est pas seulement pour utiliser un langage figuré, mais parce qu’il s’agit d’une triste réalité. Une réalité, celle de l’indifférence, qui touche non seulement les êtres humains, mais aussi l’environnement naturel avec des conséquences souvent néfastes en termes de sécurité et de paix sociale.

Mais l’engagement à surmonter l’indifférence n’aura de succès que si, en imitant le Père, nous sommes capables de faire preuve de miséricorde. Cette miséricorde qui trouve dans la solidarité son expression, pour ainsi dire, « politique », parce ce que la solidarité constitue l’attitude morale et sociale qui répond le mieux à la prise de conscience des fléaux de notre temps et de l’interdépendance entre la vie de la personne et de la communauté familiale, locale ou mondiale.

Le devoir qui attend ceux qui œuvrent pour la paix en vivant l’expérience de la non-violence dans notre monde complexe et violent est grand ! Parvenir au désarmement intégral en « démontant les esprits », en créant des ponts, en combattant la peur et en menant un dialogue ouvert et sincère, est véritablement difficile. Dialoguer, en effet, est difficile, il faut être prêts à donner et également à recevoir, à ne pas partir du présupposé que l’autre se trompe mais, à partir de nos différences, chercher, sans négocier, le bien de tous et, ayant trouvé enfin un accord, le maintenir fermement. 

 

Extrait du message du Pape François à l'occasion de la Conférence "Nonviolence and Just Peace", Rome 11-13 avril 2016


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
21 Novembre 2016

Il serait bon qu’un dimanche de l’année liturgique chaque communauté puisse renouveler son engagement à diffuser, faire connaître et approfondir l’Écriture Sainte : un dimanche entièrement consacré à la Parole de Dieu

IT | EN | ES | DE | FR | PT
21 Novembre 2016
ROME, ITALIE

Paix en Centrafrique : les leaders religieux de Bangui à Sant’Egidio relancent la plateforme pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT | CA
17 Novembre 2016

Les pauvres enseignent la solidarité au monde ! Quand il y a beaucoup de richesses, on oublie d’être solidaire

IT | ES | FR | PT
14 Novembre 2016
BRUXELLES, BELGIQUE

L’engagement de Sant’Egidio en faveur de l’Irak : à Bruxelles, une journée d’études avec le Comité pour la réconciliation

IT | ES | DE | FR | PT
7 Novembre 2016

Là où on répond à la violence par le pardon, le cœur de celui qui a commis une faute peut être vaincu par l’amour

IT | EN | ES | DE | FR | PT
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres

IT | DE | FR | NL | RU
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
23 Novembre 2016
Il Fatto Quotidiano

Non solo faide, al Sud si parla di pace

22 Novembre 2016
Avvenire

Sant'Egidio. «Quella in Centrafrica non è una guerra di religione»

22 Novembre 2016
L'huffington Post

Se Bangui diventa il centro del mondo con il Cardinale, l'Imam e il Pastore

19 Novembre 2016
Vatican Insider

A Sant’Egidio il cardinale, l’imam e il pastore centrafricani

14 Novembre 2016
Radio Vaticana

Colombia. Nuovo accordo di pace: Farc rendono denaro e beni a vittime

21 Octobre 2016
Sette: Magazine del Corriere della Sera

Andrea Riccardi: La guerriglia colombiana ha perso la fede

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
16 Novembre 2016 | CERGY, FRANCE

Mondialisation et art de la paix : le rôle de Sant’Egidio, avec Andrea Riccardi

Toutes les réunions de prière pour la paix
• DOCUMENTS

Libya: The humanitarian agreement for the region of Fezzan, signed at Sant'Egidio on June 16th 2016 (Arabic text)

Nuclear Disarmament Symposium on the 70 th anniversary of the atomic bomb. Hiroshima, August 6 2015

Meeting: RELIGIONS and VIOLENCE

tous les documents
• LIVRES

Religioni e violenza





Francesco Mondadori

Hacer la paz





Proteus
tous les livres