Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
10 Novembre 2011 | HONGRIE

Hongrie : la Communauté de Sant'Egidio fait part de son inquiétude devant le projet de loi examiné à l'Assemblée nationale hongroise qui vise à criminaliser les mendiants et les sans domicile fixe

 
version imprimable

Les membres de la Communauté de Sant’Egidio en Hongrie et dans les grandes villes du monde fréquentent et aident les personnes sans domicile fixe. Ceux qui vivent dans la rue ne constituent pas un problème qui relèverait de la propreté urbaine ou de la santé publique, mais des hommes et des femmes qui ont un nom, un visage et une histoire. En quittant les préjugés, il est possible de rencontrer ces personnes et de connaître leurs histoires de douleur.

L’Assemblée nationale a débattu d'un projet de loi qui menace d'une peine de réclusion ou d'une amende de 150 000 florins quiconque "viole pour la seconde fois l'interdiction  d'habiter dans un espace public".

La proposition est déconcertante et inacceptable. Elle jette dans un grand désespoir ceux qui – particulièrement l'hiver – dorment dans la rue et se trouvent en danger de mort constant. Elle lance un message inquiétant à la société ainsi qu'à nous tous. Le fondement de la société est, en effet, la solidarité avec les personnes les plus faibles et vulnérables. Dans le Credo national intégré à la Constitution de notre pays, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2012, on peut lire : "les membres de la nation hongroise s'engagent à soutenir les personnes pauvres et fragiles”. La mesure en question criminalise au contraire et stigmatise précisément les plus pauvres.

Le projet de loi n'est pas seulement inhumain mais il est aussi irrationnel et inutile. Il ne peut même pas avoir d'effet dissuasif : habiter dans la rue n'est jamais le fruit d'un choix. Le projet de loi s'inscrit dans une série de mesure contre les sans domicile fixe et les mendiants. Cette tendance a été dénoncée par différentes organisations civiles. Le commissaire parlementaire pour les droits humains a demandé à la Cour constitutionnelle d'annuler les décrets récemment adoptés Józsefváros1 qui sanctionnent le fait d'habiter un espace public et de fouiller dans les poubelles.

D'après les auteurs de la loi, il n'y a pas d'alternative : il faut stopper le désordre urbain. Nous aussi, nous voudrions vivre dans une ville propre et civile. Mais pour obtenir cela, il faudrait appliquer les règles déjà existantes : d'un côté, punir ceux qui provoquent une bagarre, qui salissent, qui font du bruit, de l'autre, aider les nécessiteux.

Le projet de loi examiné constituerait une défaite pour tous, même pour ses promoteurs. Une défaite de notre humanité. Si la compassion envers les plus faibles manque, personne ne pourra rester tranquille. Au contraire, là où il y a du respect pour les pauvres, les mendiants, les personnes âgées, tous peuvent avoir la confiance de ne pas être abandonnés quand ils se trouveront en difficulté.

L’alternative existe : il faut combattre non pas les pauvres mais les causes de la pauvreté. Que les gouvernants considèrent la lutte pour combattre toute forme de misère comme la priorité qui s'accompagne de fonds adoptés. Les programmes nécessaires ont été élaborés par des organisations humanitaires expertes. Les collaborateurs et bénévoles des organisations caritatives méritent la reconnaissance. Souvent au-delà de leurs seules forces, ils cherchent à aider nos semblables plus infortunés. Or méritent également notre estime nos concitoyens qui offrent une tasse de thé chaud, des sacs de couchage, une parole amicale. Qui sait combien de vies ont été sauvées par de tels gestes, petits, mais concrets.

Nous faisons appel à l'Assemblée nationale de ne pas adopter le projet de loi. Nous demandons en outre la révocation de toutes les mesures prises contre les sans domicile fixe et les mendiants. A l'inverse, nous demandons à promouvoir une politique efficace visant à résoudre ce problème social.

 

 

1 Le VIIIe arrondissement de Budapest


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
15 Novembre 2016
MILAN, ITALIE

Le Jubilé des pauvres de Milan : « j’ai compris qu’il y avait aussi une place pour moi dans l’église »

IT | ES | DE | FR
11 Novembre 2016

Jubilé des exclus. Sant’Egidio : le pape est leur ami

IT | ES | FR
3 Novembre 2016
BUDAPEST, HONGRIE

L’esprit d’Assise en Hongrie : chrétiens, juifs et musulmans se rencontrent à table avec les pauvres de Budapest

IT | ES | DE | FR | RU
26 Octobre 2016
NAPLES, ITALIE

Le cabinet médical de Sant’Egidio pour les Roms et personnes sans domicile de Naples fête ses dix ans

IT | FR
5 Septembre 2016
ROME, ITALIE

La maison de la miséricorde ouvre ses portes : "enfin, une vraie maison !"

IT | FR | HU
20 Août 2016
BUDAPEST, HONGRIE

A la frontière entre la Serbie et la Hongrie, les réfugiés deviennent des « maîtres de vie » pour les étudiants hongrois

IT | FR
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
1 Décembre 2016
Il Piccolo

«Chi chiede l'elemosina è vittima di pregiudizi»

29 Novembre 2016
Il Messaggero

Piano freddo in ritardo, l'allarme dei volontari: «Nessuna convocazione»

22 Novembre 2016
Giornale di Sicilia

«In difficoltà soprattutto gli anziani che per anni hanno aiutato figli e nipoti»

20 Novembre 2016
Vatican Insider

Alla scuola dei poveri della strada

13 Novembre 2016
Avvenire - Ed. Milano

I clochard alla Porta Santa «Nessuno è buono da solo»

12 Novembre 2016
La Repubblica delle Donne

Com'è difficile contare i senza tetto a New York

tous les communiqués de presse
• DOCUMENTS

La GUÍA "DÓNDE comer, dormir, lavarse" 2016

tous les documents
• LIVRES

Rapporto sulla povertà a Roma e nel Lazio 2012





Francesco Mondadori

Keerpunt





Lannoo Uitgeverij N.V
tous les livres

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri