Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

Riccardi Andrea: revue de presse

change language
vous êtes dans: home - news contactsnewsletterlink

  
14 Février 2013

Homélie de S.E.R. Mgr Vincenzo Paglia Président du Conseil pontifical pour la famille à l’occasion du 45e anniversaire de la fondation de la Communauté de Sant’Egidio

 
version imprimable

Chers frères et soeurs,

Nous nous sommes rassemblés dans cette basilique, cathédrale de Rome, pour commémorer les quarante-cinq années de route de la Communauté de Sant’Egidio. La Communauté tout entière est présente par l’esprit, avec Andrea Riccardi qui l’a commencée, avec Marco Impagliazzo, son président, et avec son assistant ecclésiastique Son Exc. Mgr Matteo Zuppi. Nous sommes venus en nombre vivre ensemble un moment de joie et de fête. Je salue Messieurs les cardinaux, les évêques amis de Sant’Egidio venus à Rome pour leur rencontre annuelle, les frères des autres Églises et communautés eccléisiales, les autorités, les ambassadeurs, ainsi que les nombreux personnes qui regardent la Communauté et qui l’accompagnent de leur prière, de leur amitié et de leur estime. Mais nous ne voulons pas seulement faire mémoire de ces années, nous voulons surtout rendre grâces au Seigneur et comprendre davantage combien ces années ont été un don, un charisme, que le Seigneur appelle à vivre avec plus de foi, plus d’amour et plus d’espérance pour les temps à venir.
L’Évangile de la liturgie de ce jour, qui raconte le début de la mission des Douze, éclaire particulièrement l’anniversaire des débuts de la Communauté. L’évangeliste raconte que Jésus, après avoir appelé les Douze, les envoya deux par deux, dans les rues et les places de Galilée pour annoncer l’Évangile du Royaume et guérir toute maladie et toute infirmité. Tout en les envoyant, il leur prescrivit de ne rien emporter, si ce n’est un bâton et des sandales : « ni pain, ni sac, ni pièces de monnaie dans leur ceinture ». « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange ». Ils ne devaient emporter qu’un bâton et chausser une paire de sandales, pas même une tunique de rechange. C’est une indication plutôt radicale et qui peut aisément laisser perplexe : que pouvait-on faire avec ce minimum de moyens ? Et nous tous pourrions ajouter : que peut-on faire avec des moyens aussi pauvres dans un monde aussi grand et complexe que celui dans lequel nous vivons ? L’ordre est pourtant clair et il s’adresse manifestement aux Douze, mais pas seulement à eux ; il vaut aussi pour les disciples de tout temps, même aujourd’hui. Il n’est pas évident d’en comprendre le sens, tant l’orgueil et la confiance en nous-mêmes et en nos forces sont enracinés en nous. Or l’Évangile affirme à plusieurs reprises que c’est la foi, même petite comme une graine de moutarde, qui déplace les montagnes, vient à bout de l’inimitié, guérit les maladies et libère les hommes des lourdes chaînes du mal.
À cette lumière évangélique, chers frères et sœurs, nous pouvons lire aussi l’histoire de la Communauté de Sant’Egidio : l’histoire de quarante-cinq années d’écoute de la Parole de Dieu qui a produit de bons fruits, tant personnels que communs à l’Église et au monde. Ce soir, comme le firent alors les premiers disciples à la fin du jour, la Communauté revient auprès du Seigneur pour entendre, adressées à elle aussi, les paroles qui concluent le passage évangélique : « Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils chassaient beaucoup de démons, faisaent des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient ». À ces paroles peuvent s’ajouter celles qui concluent le passage de Luc au moment du retour des 72 disciples : ils étaient tout joyeux de ce qu’ils avaient opéré, souligne avec satisfaction l’évangeliste. Mais Jésus, sans vouloir les corriger, ajoute : « réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux » (Lc 10, 17). En effet, avant même d’être la joie pour les œuvres accomplies, la joie des disciples est la joie d’être membres de la famille de Dieu. C’est cette perspective qu’évoque le passage de la Lettre aux Hébreux que nous avons écouté : « Mais vous, vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des milliers d’anges en fête et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux ». Oui, nous tous sommes venus vers cette assemblée en fête qui nous rapproche des « milliers d’anges » ; oui, nous participons, chacun à notre façon, des milliers de frères et des sœurs qui, comme les anges envoyés de Dieu, dépensent leur vie pour consoler et aider les plus faibles, rendre notre monde plus juste, plus solidaire, plus pacifique. Et c’est ce qui se passe depuis quarante-cinq ans. Oui, nous pouvons tous participer de l’esprit de cette assemblée en fête.
Son histoire d’amour et d’appartenance au Seigneur a commencé dans l’après-midi du 7 février 1968, quand un petit groupe de lycéens, avec Andrea Riccardi, commença à se réunir autour de l’Évangile et à dépenser sa vie au service des plus pauvres, avec l’intuition profonde que c’était là la voie pour changer son cœur et changer le monde. Alors que personne ne pouvait même imaginer ce que nous célébrons ce soir, il y avait déjà, contenue dans cette première semence, toute la plante de la Communauté, dont nous voyons aujourd’hui s’étendre les branches au cœur de tant de peuples du monde. Le concile était terminé depuis un peu plus de deux ans, et, avec cette petite semence, apparaissaient les fruits d’un nouveau printemps dans l’Église. Le lien avec le concile, avant même d’être littéral, était spirituel et s’expliquait par le besoin d’une nouvelle lymphe, d’énergies nouvelles pour communiquer l’Évangile avec plus d’efficacité aux hommes et aux femmes de l’époque. Elles étaient belles ces paroles adressées aux jeunes à la fin du concile : « nous vous exhortons à élargir vos cœurs aux dimensions du monde … Luttez contre tout égoïsme. Refusez de laisser libre cours aux instincts de violence et de haine, qui engendrent les guerres et leur cortège de misères. Soyez généreux, purs, respectueux, sincères. Et construisez dans l'enthousiasme un monde meilleur que celui de vos aînés ! » Cet élan de foi fut recueilli par la Communauté qui commença à parcourir d’abord les rues de Rome, puis celles du monde, forte seulement de l’Évangile et de sa force de changement. « Si grand est le pouvoir et la force de la parole de Dieu, soulignait le concile, qu’ils constituent le support et la vigueur de l’Église, la fermeté de la foi pour ses enfants, la nourriture de l’âme, la source pure et pérenne de vie spirituelle ».
En effet, la Parole de Dieu a été comme ce bâton, dont parle l’Évangile, qui a soutenu la Communauté au long de ces années. Ce bâton n’a pas été relégué dans un coin, avec la conviction de pouvoir marcher sans soutien, sans l’aide continuelle du Seigneur. L’écoute quotidienne de la Bible, dans la prière commune du soir, a été le véritable bâton qui a soutenu la marche de la Communauté sur les routes du monde. Grégoire le Grand disait que les Saintes Écritures grandissent avec celui qui les lit. Ce fut aussi l’expérience de la Communauté de Sant’Egidio. La Parole de Dieu a suscité des énergies extraordinaires, d’amour et de paix. Et je crois qu’il est juste de rappeler ce soir qu’en 1973, il y a exactement quarante ans, commençait la prière quotidienne dans la petite église Sant’Egidio. La Communauté trouva finalement sa maison, un lieu stable où écouter avec continuité la Parole de Dieu et grandir avec une plus grande solidité dans l’amour. C’est de cette maison (l’église Sant’Egidio) que la Communauté a pris son nom. Ce fut un moment important. Cette petite église, qui conserve à présent l’icône de la Face du Seigneur, est le sanctuaire qui a vu la Communauté se rassembler autour de la Parole de Dieu, grandir dans la vie fraternelle et s’ouvrir avec générosité au service de tous, particulièrement aux plus pauvres. En effet, la Parole de Dieu, écoutée chaque soir dans cette petite église, est devenue la véritable actrice d’un nouvel élan : à mesure que la fraternité grandissait, on ressentit encore plus fortement l’incitation à parcourir les nouvelles routes que le Seigneur indiquait. Ces deux sandales dont parle l’Évangile, avec les disciples envoyés deux par deux, nous pouvons les comparer à l’amour fraternel qui est appelé à marcher sur les routes du monde pour communiquer l’Évangile de l’amour.
Cette année-là, la Communauté sortit pour la première de Rome pour se rendre à Naples, touchée par le choléra, pour être auprès de ceux qui souffraient et qui avaient besoin d’aide. Il fallait prendre le bâton de l’Évangile, chausser les sandales de l’amour et se mettre en marche vers ces faibles que le Seigneur appelle ses « frères ». Cette même année, comme en un printemps précoce, la Communauté commença également le service aux personnes âgées. La Parole de Dieu lui ouvrit les yeux pour qu’elle découvre, dans les replis de la ville, un peuple immense d’hommes et de femmes avancés en âge, mais caché dans l’abandon et dans la solitude. Elle se mit ainsi à tisser ce rapport singulier qui lie aujourd’hui encore des jeunes et des âgés dans une famille nouvelle. Benoît XVI, visitant au mois de novembre dernier la maison pour les personnes âgées sur le Janicule, le soulignait : « Au moyen de la solidarité entre jeunes et âgés, la Communauté de Sant’Egidio a aidé à faire comprendre que l’Église est effectivement famille de toutes les générations, dans laquelle chacun doit se sentir chez lui et où ne règne pas la logique du profit et de l’avoir, mais celle de la gratuité de l’amour ».
Chers frères et sœurs, depuis lors, ce bâton et ces sandales ne sont jamais plus restés en repos : ils sont allés et venus, comme lors de la première mission des disciples. Oui, le bâton et les sandales ont soutenu et accompagné la Communauté, lui faisant découvrir et parcourir de nombreux sentiers d’amour et de solidarité, des sentiers remplis d’amitié et de dialogue, tissant un réseau de fraternité universelle, large et fort. Chaque fois la Communauté a pu faire l’expérience de la force extraordinaire de la Parole de Dieu qui élargit l’esprit et le cœur, pour que l’amour parvienne jusque dans les lieux les plus douloureux de l’humanité. Le bienheureux Jean-Paul II, qui, nous le sentons, nous regarde du ciel, avec la compréhension pleine d’amitié et de sagesse qu’il a eue de la Communauté, a dit que la Communauté ne s’était fixé aucune frontière sinon celle de l’amour. Avec ces sandales (au risque de les abîmer et peut-être de les salir de poussière à cause de l’audace que seul l’amour justifie), la Communauté a parcouru de nombreuses routes du monde avec la ténacité de l’amour, en s’appuyant non pas sur ses capacités, mais sur la force de la Parole de Dieu. Et, reprenant les paroles conclusives de l’Évangile selon Marc, nous pouvons les appliquer à l’histoire de ces quarante-cinq années : « Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout la Bonne Nouvelle. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient » (Mc 16, 20).
En ce temps difficile de début de millénaire, alors que le monde progresse péniblement et que l’on peut aisément se laisser gagner par la résignation devant la force du mal, la Communauté est appelée à rester un lieu saint, qui aide à espérer dans un monde nouveau, où les conflits cèdent le pas à la paix, la solidude à la communion, la haine et la violence à l’amour et la douceur. Que le Seigneur, bon et grand dans l’amour, qui est à l’origine de la Communauté de Sant’Egidio, continue à la protéger et à l’accompagner par la force de son Esprit sur les routes du monde. Amen.


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
1 Septembre 2016

1 septembre, Fête de saint Gilles. La Communauté, qui a pris son nom rend grâce dans toutes les régions du monde

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA
4 Février 2016

Pauvres et amis des pauvres, le peuple de Sant’Egidio célèbre aujourd’hui le 48e anniversaire de la Communauté

IT | ES | DE | FR
31 Décembre 2015

Paix sur toutes les terres 2016 : une marche contre l’indifférence

IT | ES | FR | CA
25 Novembre 2015
INDONÉSIE

Visite de Andrea Riccardi en Indonésie - Galerie de photos

EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU | ID | SQ | UK
23 Novembre 2015
PAKISTAN

Visite de Andrea Riccardi au Pakistan - Photogallery

EN | ES | DE | FR | PT | NL | RU | ID | PL | HU | ZH | SQ | UK
8 Novembre 2015
WASHINGTON, ÉTATS-UNIS

La rencontre des Communautés de Sant’Egidio des États-Unis vers le Jubilé de la Miséricorde

IT | EN | ES | DE | FR | PT | NL | RU
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
30 Juin 2016
Corriere della Sera

Le buone notizie viaggiano in treno (su Italo)

28 Mai 2016
L'Osservatore Romano

In alto e lontano

27 Mai 2016
L'Eco di Bergamo

La Comunità di Sant'Egidio: «Ha tenuto viva la memoria di Roncalli e del Concilio»

24 Mai 2016
La Repubblica

Il Papa abbraccia l'imam di Al Azhar

11 Mai 2016
Il Mattino

Comunità di Sant'Egidio: mezzo secolo di solidarietà

28 Avril 2016
Famiglia Cristiana

Via dall'inferno. «Grazie papa»

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
17 Avril 2016 | BARCELONE, ESPAGNE

Liturgia de acción de gracias por el 48 aniversario de la Comunidad de Sant’Egidio, presidida por Monseñor Vincenzo Paglia

Toutes les réunions de prière pour la paix
• DOCUMENTS

Dove Napoli 2015

Comunità di Sant'Egidio: Brochure Viva gli Anziani

I Numeri del programma "Viva gli Anziani"

Analisi dei risultati e dei costi del programma "Viva gli Anziani"

Messaggio del Patriarca ecumenico Bartolomeo I, inviato al Summit Intercristiano di Bari 2015

Marco Impagliazzo

Saluto di Marco Impagliazzo alla liturgia di ringraziamento per il 47° anniversario della Comunità di Sant’Egidio

tous les documents
• LIVRES

Elogio dei poveri





Francesco Mondadori

Il martirio degli armeni





La Scuola
tous les livres

PHOTOS

933 visites

982 visites

904 visites

932 visites

920 visites
tous les médias associés

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri