change language
vous êtes dans: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - antwerp ...e future contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Signes visibles de vivre-ensemble et d'intégration dans les périphéries pluriethniques de Belgique

Les initiatives de Sant'Egidio à Anvers

Le pape François à Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs. La vidéo intégrale de la visite

Le pape François en visite à la basilique Saint-Barthélemy pour prier en mémoire des nouveaux martyrs le 22 avril

Durant la prière, des témoignages de parents et amis des martyrs et la rencontre avec les réfugiés. L’événement sera retransmis en streaming sur le site et sur facebook

Une accolade de paix : des images de la Pâques de résurrection dans le monde entier

GALERIE DE PHOTOS

Pâques de Résurrection: Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité !

Le pape François en prière avec les « nouveaux martyrs » dans la basilique Saint-Barthélemy-en-l’Île le 22 avril prochain

ÉVÉNEMENTS
tous les événements

 
version imprimable
8 Septembre 2014 16:30 | Thomas More, Campus Carolus, Room 006

Intervention


Vincent Montagne


President of “Groupe Media Participation”, France
Le titre initial du panel était : "complexité des conflits et information". Je trouve qu'il reflétait davantage la problématique à laquelle nous sommes tous confrontés. L'obligation d'informer, de s'informer et de savoir rendre compte de ce qui nous touche. Cela n'est pas si simple ! Car nous sommes tous, à la fois, émetteur et récepteur. De quelle information puis-je disposer pour comprendre, analyser les faits et former mon jugement pour l'action ?
C'est au fond la question de tout décideur, chef d'entreprise, homme politique, journaliste, enseignant...et même parents !
Or, nous partons toujours d'un point de vue, un prisme, une subjectivité, liée à notre culture personnelle, notre pays, notre village, notre état de grâce du moment ! 
Évidemment, nous sommes aujourd'hui dans un village global !
Nous sommes entrés dans l’ère où l’accès à l’information est sacralisé et où il est indécent de ne pas savoir !
L’accès à l’information est sensé amener l’humanité à un grand bonheur : une économie redynamisée, des relations sociales épanouies. Trinitaire, ce culte de l’accès à l’information s’accompagne aussi du culte de la transparence et du partage. 
Et il faut dire que c'est extraordinaire ! Qui n'a pas fait l'expérience de la recherche d'un texte sur internet, trouvant à partir d'une expression un texte unique dans l'histoire de l'humanité ? 
Mais dans l’expression « accès à l’information », il y a aussi un marché de dupes : l’information, n’oublions pas c’est d’abord chacun de nous, réduit à la somme de nos «data», nos données personnelles, que nous échangeons, volontairement ou à notre insu, contre l’accès gratuit à d’autres informations. De grands moteurs de recherche, mais aussi une foule de start-ups, ont bâti des modèles économiques très profitables en exploitant ces données personnelles : l’accès à ces données, surtout si on ne les paie pas, est éminemment juteux.
Ceci pose la question de la liberté personnelle vs. une société de surveillance insidieuse. Exemples : les protestations contre Google Street View (où l’on peut être filmé à son insu) ou, plus grave, les récents scandales révélant la transmission des données personnelles à la NSA à des fins d’espionnage (y compris le portable de la chancelière Merkel), la collecte de empreintes digitales sur les smartphones… Dans un roman puissant, « The Circle », Dave Eggert imagine une grande entreprise du Net qui, sous couvert de transparence et de principes moraux, crée un monde surveillance généralisée digne du Big Brother d’Orwell.
 
De même, le concept de partage apparaît abusivement mis en avant dans l’expression « share economy ». Le partage implique en effet une notion de gratuité. Or, le plus souvent, la « share economy » auto-proclamée relève plutôt de la « rent and resell economy ». Mais, outre l’habillage marketing en « share economy », Internet a changé la dimension de la question : le marché est devenu mondial, ce qui a deux conséquences majeures : d’une part, le contournement des règles nationales (fiscales, sociales, normes…), d’autre part un enrichissement très rapide, car basé sur les commissions automatiques, des intermédiaires. 
 
D’où des problèmes de concurrence déloyale et de position dominante.
La constitution d’acteurs dominants à visées hégémoniques est un problème particulièrement grave dans le monde de la culture, car l’on touche immédiatement à la pluralité et à la liberté d’expression, et donc à la démocratie. Pour le moment, nous en sourions : Apple censure Lucky Luke et Tchoupi parce qu’ils ne correspondent pas à ses codes moraux... Mais le combat commence à être rude, comme le montre l’actuel bras de fer entre Amazon et plusieurs éditeurs et studios de cinéma. Amazon. Neuf cent écrivains américains, prenant conscience des dangers d’une trop forte domination d’Amazon, ont signé une pétition le 17 août dans le New York Times. Cette mobilisation des écrivains est à mon sens un tournant majeur sur la scène intellectuelle et dans l’opinion publique.
 
La question est aujourd’hui posée de savoir comment nous pourrons continuer à porter, à l’ère numérique l’une des valeurs phares des sociétés démocratiques : la diversité culturelle ; diversité des cultures, des modes d’expression culturelle, des acteurs de la vie culturelle. 
Et au sein de la culture, le livre tient une place à part. Le livre est le socle et la matrice de toute culture. Outil de transmission de textes et d’images (longtemps le seul), véhicule privilégié de l’imaginaire, du savoir et des idées.
Ces géants du Net s’attaquent tous au livre. Parce que le livre est le principal outil de transmission et de formation d’un jugement personnel, d’un esprit critique, d’une pensée propre.  Lire rend libre. En espagnol, c’est le même mot qui désigne livre et libre : libro.
 
Les livres sont indissociables de la liberté. Liberté de penser, de croire, liberté de plume, liberté d'édition. Ce n'est pas un hasard si lorsque la barbarie s'installe, les livres brûlent : « Là où l'on brûle les livres, on finit par brûler des hommes », disait Heinrich Heine. Au Mali, à Tombouctou, la haine s'en est prise d'abord aux manuscrits, avant de se tourner contre les femmes et les hommes.
 
Comme l’a dit Herman van Rompuy à Sarajevo il y a deux ans, « c’est dans la discussion des textes fondateurs contenus dans les livres, dans le principe de controverse et de quête permanente de sens, que se situe la diversité qui nous enrichit ».
N’avons-nous pas en commun cette belle expression des religions du livre ? Même si la parole de Dieu ne s'enferme pas dans Le livre...!
 
La Parole reçue construit une liberté intérieure qui nous donne envie de participer au monde et de nous impliquer. 
 
Le livre fait devenir ce qu’on est. Dans « Fahrenheit 451 » de Ray Bradbury, le pompier Beatty, chargé de brûler les livres, ne dit-il pas : « On doit tous être pareils (...) Un livre est un fusil chargé dans la maison d'à côté. Brûlons-le. Déchargeons l'arme. Battons en brèche l'esprit humain. » Cette phrase a été écrite en 1954.
 
Le livre a un pouvoir symbolique considérable. Nous lisons pour apprendre et pour comprendre, pour entrer dans une autre temporalité, pour devenir de meilleurs citoyens.
 
Le National Endowment for the Arts aux Etats-Unis a observé une forte corrélation entre la pratique de la lecture et le rôle actif des citoyens, la solidarité des individus envers les autres, qui se traduit par du bénévolat, l’engagement ou même le fait de voter. La participation des lecteurs dans la vie culturelle, sociale et civique est plus forte.
 
Nous vivons une rupture de civilisation, où l’homme contemporain, ultra-connecté, est de plus en plus absorbé par un monde d’écrans, d’images et d’écrits fragmentaires, et où il a de moins en moins de temps à consacrer à la lecture de livres.
 
Du point de vue cognitif, le livre a des vertus spécifiques : développement de la pensée linéaire, organisée autour de relations de temporalité et de causalité, de la narrativité construite sur une logique de succession ; développement de la mémoire événementielle, c'est-à-dire de long terme. Le livre est ancré dans le temps et développe cet ancrage, il favorise l’attention, la pensée d’une tâche unique qui doit être menée à son terme, et réalisée le mieux possible, dans un idéal de perfection.
La culture du livre, orientée sur l’unique et l’individuel, aide à prendre du recul, à développer un sens critique individuel. 
Aujourd'hui en France, 19% des jeunes de 15 ans ont de graves difficultés à  comprendre ce qu'ils lisent !
 
Je voudrais conclure sur la nécessité d’un fort volontarisme en matière de lecture : il n’y a pas de fatalité. Sur les 64 pays et économies comparés par l’étude PISA, 32 ont amélioré leur performance en compréhension de l’écrit en 2012. La lecture doit être une priorité : d’une part, il faut que l’école continue à mettre des livres dans les mains de chaque enfant ; d’autre part, il faut utiliser la lecture à voix haute comme moyen de faire découvrir aux enfants le plaisir de lire, comme le montre le succès des « Petits Champions de la Lecture » que nous avons lancé depuis deux ans en France sur le modèle allemand du « Vorlesewettbewerb ».
 
Vous l’avez sûrement compris, la promotion de la lecture est pour moi l’arme essentielle pour la formation du jugement de nos concitoyens. La culture générale est la meilleure réponse possible face à l’information et sa complexité.
Je me suis placé délibérément du côté de la responsabilité du récepteur. Sans cette liberté de jugement, les peuples deviennent des foules domptées par les médias les plus puissants et les conflits, pourtant souvent artificiels deviendront apocalyptiques. 
Hier soir, Herman van Rompuy disait : l'Europe est un concept généreux, basé sur le pardon, la confiance, la réconciliation. Il faut aujourd'hui bâtir une politique culturelle européenne qui garantisse la paix et le respect de la diversité. 
 
Je vous remercie.

 

PROGRAMMA
PDF

LIVE STREAMING



NOUVELLES EN RELATION
29 Avril 2017

Notre devoir est de prier les uns pour les autres, demandant à Dieu le don de la paix


de nous rencontrer, de dialoguer et de promouvoir la concorde en esprit de collaboration et d’amitié.
IT | ES | DE | FR | PT
1 Janvier 2012

Marche pour la paix sur toutes les terres


Rome, un long cortège jusqu'à la Place Saint-Pierre. Les salutations du pape Benoît
IT | DE | FR | NL | RU
24 Octobre 2011

L'Esprit d'Assise : 25 années de prière pour la paix

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL | RU
21 Mars 2011

Jos (Nigeria) : conférence sur la paix, le service aux pauvres et le dialogue interreligieux

IT | EN | ES | DE | FR | PT | CA | NL
2 Janvier 2011

A Rome, le pape salue les participants à la marche "Paix sur toutes les terres" organisée par la Communauté de Sant'Egidio

IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL | CS
toutes les nouvelles connexes

FAITS MARQUANTS NEWS
24 Mai 2017 | ROME, ITALIE

Ivanka Trump à Sant’Egidio : « Merci pour votre travail contre le trafic d’êtres humains et pour l’émancipation des femmes »

IT | EN | DE | FR | PT | RU
24 Mai 2017

Sant’Egidio et le gouvernement allemand signent un accord pour une plus grande collaboration en matière de paix et de lutte contre la pauvreté


Déclaration conjointe entre le ministre allemand de la coopération Gerd Müller et le président de la Communauté Marco Impagliazzo
IT | DE | FR
23 Mai 2017
Communiqué de presse

Attentat à Manchester : frapper des enfants et des adolescents signifie tuer l'avenir

IT | EN | ES | DE | FR | PT | ID | HU

ASSOCIATED PRESS
21 Mai 2017
Deutsche Welle
Bundesregierung will Religionen stärker in die Pflicht nehmen
14 Mai 2017

Die "Uno von Trastevere" wirkt auch in Berlin
14 Mai 2017
Domradio.de
Die "Uno von Trastevere" wirkt auch in Berlin
11 Avril 2017
Vatican Insider
Eta, Sant’Egidio: la consegna delle armi un punto di non ritorno nel processo di riconciliazione
8 Avril 2017
SIR
Colombia: trattativa di pace governo-Eln. La Bella (Sant’Egidio), “la strada è ancora lunga”
tous les dossiers de presse