Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - la prière - la priè...que jour contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

La prière chaque jour


 
version imprimable

Icône de la Sainte Face
Eglise de Sant'Egidio - Rome


Lecture de la Parole de Dieu

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Ecclésiaste 1,1-3

Paroles de Qohélet, fils de David, roi à Jérusalem.

Vanité des vanités, dit Qohélet; vanité des vanités, tout est vanité.

Quel profit trouve l'homme à toute la peine qu'il prend sous le soleil ?

 

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Gloire à toi, ô Seigneur et louange à toi.

Qohélet est un pseudonyme derrière lequel se cache l’auteur de ces « paroles », qu’on pourrait traduire par « le prédicateur ». Ce terme a la même racine que le mot q?h?l, qui désigne une assemblée religieuse, un groupe de disciples, et plus en général le « peuple » (cf. 12,9). Avec le livre des Proverbes, le Cantique des Cantiques et la Sagesse de Salomon, il forme les textes sapientiels, dont Salomon serait l’inspirateur. Au verset 2, nous trouvons la phrase la plus célèbre de ce petit livre, qui en donne le sens : « Tout est vanité ». Le terme hébreu hebel que l’auteur utilise ici ne renvoie pas à un concept abstrait, mais à une image concrète, puisqu’il signifie « souffle de vent ». Cette métaphore vise à nous montrer que toute la vie, tout ce qui existe, n’est qu’un souffle. Ce terme a la même racine que le nom d’Abel, le frère de Caïn, dont l’identité est définie par le « souffle », c’est-à-dire la « faiblesse ». Divers commentateurs ont traduit hebel par « vide » ou « absurde ». Mais Qohélet n’est ni un athée, ni un homme qui s’est écarté de la doctrine judaïque de son temps. Il est seulement conscient la nature provisoire, de l’instabilité, de l’inconsistance, de la vanité qui se cache dans la condition humaine et la fonde. Il affirme que la vie humaine n’est qu’une suite sans fin de travaux et d’efforts qui fatiguent et consument le corps et l’esprit, en vue d’un profit. Mais quel profit ? Qohélet répond : rien. Il nous met ainsi en garde contre la tentation de concevoir la vie et le travail comme la conquête d’un « produit ». Tous les objectifs que nous nous donnons ne sont que « souffle de vent ». Pourtant, le but de l’auteur n’est pas d’éteindre le désir de vivre, ni de vider de sa substance la recherche du bonheur. Ce petit livre nous présente une vision assez tragique de la vie, qui passe comme un souffle de vent malgré tous nos propos de force et de toute-puissance. Mais en même temps, il nous dit que la vie est quelque chose de beau. Ce qui apparaît dès ces premiers mots, c’est la conviction que le « souffle de vent » que nous sommes est sous les yeux de Dieu, qui nous aime, comme il aimait Abel, fils d’Adam et frère de Caïn. Tout homme est un « Abel », et nous devons le regarder et l’aimer comme le fait le Seigneur depuis le début de la création.


18/02/2010
Prière pour l’Église


Calendrier de la semaine
JUI
25
Dimanche 25 juin
Le jour du Seigneur
JUI
26
Lundi 26 juin
Prière pour les pauvres
JUI
27
Mardi 27 juin
Prière avec Marie, mère du Seigneur
JUI
28
Mercredi 28 juin
Prière avec les Saints
JUI
29
Jeudi 29 juin
Prière avec les Apôtres
JUI
30
Vendredi 30 juin
Prière de la Sainte Croix
JUI
1
Samedi 1 juillet
Prière de la Vigile
JUI
2
Dimanche 2 juillet
Le jour du Seigneur