Riccardi Andrea: sur le web

Riccardi Andrea: sur les réseaux sociaux

change language
vous êtes dans: home - l'amiti... pauvres - les plus jeunes - le pays ...-en-ciel - le pays ...ouvement contactsnewsletterlink

  

LE PAYS DE L'ARC-EN-CIEL - Le mouvement


 
version imprimable

Le mouvement du Pays de l'Arc-en-ciel
vu par les enfants et les adolescents

Les enfants et les adolescents parlent du mouvement:

"Je m'appelle Emanuele, je fais partie du Mouvement du Pays de l'Arc-en-ciel depuis presque un an...
Je pense que le monde doit être plus uni, parce que les communautés et les associations qui aident les personnes âgées, les pauvres et les immigrés sont peu nombreuses. Moi je pense que la guerre ne sert à rien.
Nous autres, du mouvement du Pays de l'Arc-en-ciel nous aidons les enfants du Mozambique parce qu'ils n'ont ni écoles, ni argent et il y a peu de routes. Et moi, je pense que c'est juste ."
(Emanuele, onze ans)

"Je n'aime pas le monde tel qu'il est actuellement car dans beaucoup de lieux il y a la guerre et beaucoup de gens meurent et beaucoup d'enfants peuvent se blesser et même mourir. Ce n'est pas juste que des enfants n'aient pas leur enfance et ce n'est pas juste qu'il y ait la guerre car avec la guerre beaucoup de personnes ont peur. Tandis que moi, je n'ai pas peur parce que je vis dans un monde de paix et je veux qu'il y ait la paix pour tous".
(Samuel, 11 ans)

"Nous du Pays de l'Arc-en-ciel, nous ne voulons pas que les enfants travaillent. Au contraire, c'est une chose très importante qu'ils jouent et qu'il ne soient pas obligés de travailler. Tous les enfants doivent avoir une maison. Les enfants du monde doivent jouer, ceux de couleur, les blancs, bref tous ensemble. Ils doivent jouer, mais pas se disputer parce que c'est comme si la guerre venait, comme si elle venait dans leurs cœurs. Les enfants doivent vivre en paix".
(Azzurra, 9 ans)

 

Les enfants et les adolescents du mouvement réfléchissent sur le monde

"Le jaune du soleil est la couleur qui unit les gens. Il peut arriver deux choses : la pluie ou le soleil. La pluie c'est la guerre c'est-à-dire un endroit où il y a des gens qui souffrent, tandis que le soleil c'est la paix. Quand la pluie finit ça signifie que la guerre finit et que l'arc-en-ciel apparaît, alors les enfants peuvent dire : "Merci Pays de l'Arc-en-ciel", parce que notre mouvement veut apporter la paix à tout le monde".
(Valentina, 9 ans)

"

"Nous du Pays de l'Arc-en-ciel nous voulons que le monde soit plus propre, et que le mal n'existe pas entre les hommes. Nous ne voulons pas faire la guerre ni maintenant ni jamais. Il y a des enfants qui souffrent car ils sont d'une couleur différente, et tous les excluent. Tandis que nous, nous voulons être de toutes les races du monde, de n'importe quelle couleur : jaune, rouge, noir… J'aimerais aussi que les bois, les lacs et les fleuves soient plus propres".
(Romina, 9 ans)

"Salut ! Moi, je m'appelle Carlo et j'ai douze ans. Je suis opposé à la séparation des enfants en noirs, jaunes, blancs. Nous enfants, nous sommes tous égaux, et nous devons nous aimer les uns les autres, même si nous avons des couleurs de peau différentes. Mais Dieu nous a créés pour nous aimer, même si parfois nous nous disputons, nous faisons la paix tout de suite. Mais il y en a qui sont opposés à la présence des différentes races en Italie et ils maltraitent les enfants".
(Carlo, 12 ans)

"Nous, du Pays de l'Arc-en-ciel, nous voulons aider les enfants sans défense, sans maison, parce que nous devons être tous amis. Nous, du Pays de l'Arc-en-ciel, nous voulons changer le monde : les hommes ne doivent plus faire de guerres, ils doivent respecter la nature, les fleuves, les lacs, les mers, etc… Nous devons nous aimer. Ici, dans le monde une seule chose apporte la sérénité et la joie : c'est la Paix!
Moi, je n'aime pas que les gens se disputent car les choses peuvent se résoudre par les paroles ".
(Jessica, 11 ans)

"Moi, je suis Sonia et j'ai dix ans. A la télévision j'ai vu de quelle façon des enfants du Brésil et de la Colombie vivent. J'ai vu qu'ils dormaient dans la rue et qu'ils avaient une couverture et toujours les mêmes vêtements. Ils avaient un lit et ils étaient ainsi trois à la tête et trois aux pieds et il y avait des enfants qui se droguaient et qui fumaient ; 325.000 jeunes sont en prison et ils sont en train de mourir à cause de la faim. Je voudrais que cela n'arrive jamais plus".
(Sonia, 10 ans)

"C'est vilain que les enfants dorment dans la rue. Je voudrais que les enfants dorment dans les maisons avec leurs mamans".
(Giada, 6 ans)

"Moi, je n'aime pas la guerre et les enfants qui s'enfuient. Je n'aime pas les gens qui tuent et qui maltraitent les plus pauvres. Je n'aime pas les gens qui battent. J'aimerais que dans le monde il n'y ait pas la guerre et que les personnes vivent en paix et amies".
(Sabrina, 7 ans)

"Les choses que je n'aime pas dans ce monde sont : la pollution de la mer et du ciel.
Puis je n'aime pas la guerre parce que beaucoup de gens meurent et les enfants deviennent orphelins, ainsi malheureusement les enfants tombent entre les mains de gens qui les exploitent et ces exploiteurs les font travailler. Même s'ils sont petits ils sont obligés de travailler. Les travaux que les enfants doivent faire sont pénibles : coudre des tapis et des ballons, creuser dans les mines, faire des chaussures ".
(Emanuele, 13 ans)

"Je suis Mattia et j'aime que l'on parle des personnes âgées dans le manifeste du Pays de l'Arc-en-ciel. J'ai une grand-mère qui s'appelle Francesca, elle habite au pont du Laurentino avec ma mère et moi. Les voisins la font souvent mettre en colère parce qu'ils se plaignent des animaux que nous avons sur le balcon. Ils lui disent qu'elle ne doit pas habiter avec nous, mais qu'elle doit partir. Je suis très contrarié quand quelqu'un profite de la faiblesse des personnes âgées".
(Mattia, 10 ans)

"La guerre est une chose mauvaise, parce qu'elle est le mal. Elle est mauvaise parce qu'il y a les bombes comme dans le Kosovo où l'on tire, et ensuite, beaucoup d'enfants et de femmes meurent. Je suis heureux que la guerre soit finie au Kosovo, maintenant elle devrait finir dans beaucoup d'autres lieux du monde".
(Patrizio, 8 ans)

 

Les rêves des enfants rom

"Je n'aime pas la pollution, que font les enveloppes en plastique, la fumée des voitures qui pollue l'air dans le ciel. A Ciampino dans mon camp de gitans, je n'aime pas les toilettes parce que dès qu'il commence à faire chaud, elles empestent et en outre, je n'aime pas l'eau qui sort du tonneau parce qu'il n'y a pas l'eau courante. Quand j'étais petit j'aimais voir les avions avec mes amis, mais quand j'ai grandi, je m'en suis lassé. Ils polluent beaucoup et les adultes m'ont dit qu'avec leur bruit ils causent la pollution acoustique".
(Giuseppe, 13 ans)

"Je veux dire que ceux qui font la guerre sont bêtes parce que se quereller ne sert à rien. Nous, nous devons aimer les hommes de toutes les races, même ceux qui ont la peau foncée, les chinois, les blancs, tous. Je veux dire que dans le champ des gitans où j'habite on y est mal parce que les magasins sont trop éloignés, et alors je voudrais changer de champ parce que je n'aime pas rester là. Voilà je veux seulement partir de là ".
(Jessica, 9 ans)

"Salut, je m'appelle Sammy, j'ai dix ans ! Je veux qu'on mette des toilettes dans le champ des gitans, des égouts, des douches et puis que les guerres finissent. Je veux qu'on mette l'eau courante et qu'on équipe le champ. En outre on doit désinfecter le champ parce qu'il y a beaucoup de bêtes telles que les tiques des chiens. Les avions qui passent sur le champ font beaucoup de bruit et polluent l'air. Je veux que tous les enfants puissent jouer en paix ".
(Semmy, 10 ans)

Les plus jeunes


 LIRE AUSSI
• NOUVELLES
9 Octobre 2016
BERLIN, ALLEMAGNE

No More Walls - 10 ans d’école de la paix à Berlin

IT | ES | DE | FR
5 Octobre 2016
MOHALES HOEK, LESOTHO

Au Lesotho, petit pays au sud de l’Afrique, on grandit aussi à l’école de la paix

IT | ES | DE | FR | PT
23 Août 2016
MAPUTO, MOZAMBIQUE

Les enfants de Matola à la découverte de la ville avec les amis de Barcelone et de Livourne

IT | ES | DE | FR | PT | CA | RU
23 Juillet 2016
ADJUMANI, OUGANDA

La School of Peace pour les enfants réfugiés du Soudan du Sud devient encore plus grande et plus belle

IT | EN | ES | DE | FR | PT
9 Juillet 2016
ABIDJAN, CÔTE-D'IVOIRE

Assemblée avec les enfants de l’école de la paix du bidonville de Boribana et avec les enfants des rues de Treichville

IT | DE | FR | PT
2 Juillet 2016
GOMA, RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

L’instruction est un droit pour tous : les enfants de l’école de la paix dans le camp de réfugiés de Mugunga le disent en dessins

IT | EN | ES | DE | FR | PT | HU
toutes les nouvelles
• IMPRIMER
28 Octobre 2016
Sette: Magazine del Corriere della Sera

Andrea Riccardi. Il paradosso della Chiesa di Francia

5 Octobre 2016
Avvenire

Marco Impagliazzo: Nel tempo del noi

9 Septembre 2016
La Nazione

«Soltanto la cultura ci salverà»: la speranza di Andrea Riccardi

9 Septembre 2016
Popoli e Missione

William Quijano: Nel paese degli scontri un giovane coltiva l’arte dell’incontro

22 Août 2016
La Stampa

Andrea Riccardi: "Pagare per la cittadinanza europea questa è la peggior globalizzazione"

tous les communiqués de presse
• ÉVÉNEMENTS
10 Décembre 2016 | MÖNCHENGLADBACH, ALLEMAGNE

Der Spielzeugmarkt 2016 - "Kommt, wir helfen Afrika!"

26 Novembre 2016

Der Spielzeugmarkt 2016 - "Kommt, wir helfen Afrika!"

Toutes les réunions de prière pour la paix
• DOCUMENTS

La homilía de mons. Matteo Zuppi

tous les documents
• LIVRES

Le città vogliono vivere





Giuliano Ladolfi Editore

Trialoog





Lannoo Uitgeverij N.V
tous les livres

PHOTOS

1081 visites

1010 visites

811 visites

980 visites

828 visites
tous les médias associés

Per Natale, regala il Natale! Aiutaci a preparare un vero pranzo in famiglia per i nostri amici più poveri