change language
you are in: home - l'oecum...dialogue - rencontr...tionales - east and...izations contactsnewsletterlink

Soutenez la Communauté

  

Sant'Egidio et la Muhammadiyah signent à Djakarta un nouvel accord pour la paix et le dialogue interreligieux

une délégation de la Communauté menée par Marco Impagliazzo se trouve en Indonésie

Sant'Egidio au conseil de sécurité de l'ONU pour un point sur la République centrafricaine

Mauro Garofalo : "Le succès de ce premier désarmement garantit la crédibilité de l'ensemble du processus en actes"

Donner à manger aux personnes âgées au Mozambique : distribuitions d'aides alimentaires aux plus pauvres dans la ville de Beira

Aidons les réfugiés rohingyas au Bangladesh

La Communauté de Sant’Egidio lance une collecte de fonds pour envoyer des aides dans les camps de réfugiés au Bangladesh, en collaboration avec l’Eglise locale

Tous les textes de la rencontre #Pathsofpeace

L'assemblée d'inauguration de la rencontre internationale Chemins de Paix

Chemins de 2017 : tout sur la rencontre internationale des religions du monde pour la paix

Le programme, les intervenants et les événements en direct streaming

Global friendship, #MoreYouthMorePeace : le message et l’engagement des Jeunes pour la paix à Barcelone

rendez-vous l’année prochaine à Rome !
12/12/2017
Prière avec Marie, mère du Seigneur

La prière chaque jour


 
printable version
June 8 2015 16:00 | Palazzo Vecchio - Salone dei Cinquecento

Andrea Riccardi: Orient – Occident : dialogues de civilisation


Andrea Riccardi


Fondateur de la Communauté de Sant’Egidio

 

 
Je suis très heureux d’ouvrir cette rencontre intitulée Orient – Occident : dialogues de civilisation. 
 
Orient et Occident sont des termes évocateurs. Il n’est pas simple d’en définir les contours, bien 
 
qu’il y ait eu des empires d’Orient et d’Occident. Leurs contours ne sont pas définissables 
 
facilement, pourtant Orient et Occident existent : ce sont deux grandes réalités de l’histoire que 
 
nous avons rencontrées. Elles existent dans la perception des personnes et dans la vie des peuples. 
 
Ce sont des réalités qui ne sont pas toujours identifiables sur le plan territorial. Au point que 
 
l’Occident dépasse l’Europe et les Amériques. L’Orient que vous représentez est peut-être l’un des 
 
Orients, à côté de l’Inde, de la Chine, et des mondes asiatiques. L’islam est plus vaste que l’Orient 
 
arabo-musulman. Dans l’Orient arabo-musulman, il y a aussi des chrétiens. Orient et Occident 
 
existent. Ce sont des cultures, des civilisations, des mondes. Ils s’entrelacent, au point qu’on parle 
 
d’un Orient interne à l’Occident, ainsi que d’une occidentalisation des pays orientaux. On pourrait 
 
dire beaucoup concernant l’histoire, les traditions, la culture de ces deux mondes. Les 
 
bibliothèques sont pleines d’études anciennes et récentes sur ce sujet.
 
Aujourd'hui, en ce lieu, sont réunis deux mondes : l’Occident européen et le monde oriental arabo-
 
musulman. Ils dialoguent. Il y a désormais une grande nouveauté avec laquelle Orient et Occident 
 
doivent compter : l’affirmation d’un monde globalisé, qui a remis en question les identités 
 
nationales, religieuses, de civilisation. Depuis plusieurs années, nous nous trouvons pris dans un 
 
processus radical de changement qui remet tout en question, qui s’affranchit des frontières, 
 
rediscute les identités traditionnelles. Beaucoup ont réagi de façon erronée, émotionnelle, 
 
conflictuelle à la globalisation : ce sont des réactions typiques du dépaysement généré par 
 
l’ouverture d’horizons globaux. Des interprétations de l’histoire sont apparues, qui voudraient 
 
instaurer un ordre – intellectuel et politique – au présent en mouvement. Il s’agit de la théorie du 
 
choc des civilisations, qui considérait inévitable le conflit entre l’Occident européen et le monde 
 
oriental-musulman. Elle n’est pas seulement l’invention du professeur américain Samuel 
 
Huntington, mais plutôt une option qui revient souvent, aussi terrible que simpliste. Cette théorie 
 
a rencontré un franc succès dans certains milieux occidentaux, mais aussi dans une partie du 
 
monde musulman, qui a nourri des interprétations agressive et terroriste de l’islam.
 
Selon cette perspective, la Méditerranée aurait dû se transformer en mer de la nouvelle guerre 
 
froide entre l’Orient musulman et l’Occident européen : entre islam et christianisme, entre islam et 
 
occident. En récupérant un archétype du passé, présenté comme modèle de l’avenir, en le 
 
considérant comme une expression évidente de la nature des deux mondes, des religions et des 
 
cultures. En définitive, un conflit de civilisation inévitable entre Occident et Orient.
 
Cette analyse n’est pas la nôtre ! Il convient d’éliminer de nos réflexions les équivoques qui 
 
justifient moralement les distances, les haines et les violences. La théorie du conflit et les 
 
politiques associées ont rempli le monde d’horreurs et de désastres. La Méditerranée, mer de 
 
nombreuses rencontres et de nombreuses souffrances (je pense à celles des réfugiés venant de 
 
Syrie et de nombreux pays africains), ne doit pas devenir le lieu d’une nouvelle guerre froide : non 
 
plus l’opposition entre l’Occident et le monde communiste, mais désormais entre l’Occident et 
 
l’islam. Aujourd'hui, les théories sont devenues aussi mise en œuvre de guerres. Voilà qui pose une 
 
urgence : se rapprocher, parler, s’entendre dans le respect des différences.
 
1
 
Peut-être avons-nous été trop passifs à l’égard de ceux qui ont détruit des ponts, semé la terreur et 
 
prêché la haine. Dans la perception des peuples, les distances se sont accrues. Entre Occident 
 
européen et Orient musulman, il subsiste de nombreuses lacunes à combler. Elles sont aussi le 
 
résultat de rapports politico-économiques qui n’ont pas investi sur le dialogue des cultures et des 
 
civilisations. Si la langue de la culture de ne se développe pas, comment ces deux mondes 
 
pourront-ils s’entendre ?
 
Le Grand Imam d’Al Azhar, Ahmed Al Tayyeb, effectue sa première visite en Europe. Il représente 
 
la première université du monde musulman, institution dont l’autorité dépasse les frontières de 
 
l’Egypte, comme j’ai pu le constater durant la conférence qu’il m’a invité à donner à Al Azhar. Dans 
 
l’histoire, cette visite est la première visite en Italie d’un Grand Imam d’Al Azhar. La délégation de 
 
représentants musulmans conduite par l’Imam Al Tayyeb montre la grande capacité de 
 
convocation d’Al Azhar et son autorité. Pour nous, cette visite représente un signal important qui 
 
va dans le sens d’une volonté de dialogue. Le Grand Imam, pour moi, est un ami, mais je n’ignore 
 
pas la signification du geste qu’il accomplit aujourd'hui.
 
Il y a un manque de rencontre et de dialogue à combler : non seulement au niveau des élites, mais 
 
aussi du dialogue qui permet de faire grandir la sympathie entre les peuples. On ne peut pas vivre 
 
et travailler ensemble, sans faire grandir le capital de sympathie, qui est le moteur du dialogue 
 
quotidien entre les personnes et de la rencontre entre civilisations. Il faut investir sur la sympathie, 
 
sur le dialogue, sur la rencontre, sur les connexions entre cultures et civilisations.
 
Voilà pourquoi l’Université d’Al Azhar et la Communauté de Sant'Egidio, enracinées dans deux 
 
mondes différents et avec des histoires différentes, ont parlé de « dialogue de civilisation ». Nous 
 
n’avons pas choisi la ville de Florence par hasard, et je remercie Monsieur le Maire Nardella pour 
 
son accueil cordial et engagé. Florence, avec ses monuments et son histoire, est un témoin vivant 
 
d’une époque très créative en Occident : nous devons à l’humanisme florentin la naissance d’une 
 
bonne partie de la culture occidentale moderne. En outre, comme ville, Florence a été en des 
 
temps récents – je pense aux années 50 – 60 du siècle dernier – au cœur des premiers dialogues de 
 
civilisation de la Méditerranée, lancés par le maire Giorgio La Pira (dans cette même salle 
 
historique). Ce furent les premiers dialogues de civilisation du XXe siècle, grâce à l’intuition géniale 
 
du maire de Florence, qui firent de la Méditerranée un lieu de paix et de rencontre. Il y a un demi-
 
siècle, La Pira en était convaincu : il fallait un humanisme planétaire. C’est notre conviction 
 
aujourd'hui, dans le monde global : un humanisme, à une époque (la nôtre) caractérisée par de 
 
nombreuses barbaries, même dans le seul espace méditerranéen.
 
Le dialogue exige de sortir de son monde et de rencontrer. Aujourd'hui, dans un monde difficile, 
 
tous les univers culturels et les civilisations sont tentés par l’introversion et la fermeture : la peur 
 
de s’aventurer sur les sentiers du monde. L’Europe, dans sa longue histoire, a connu de 
 
nombreuses époques d’extroversion : souvent, par le passé, l’extroversion a rimé avec domination, 
 
colonialisme, hégémonie. Une nouvelle extroversion de notre continent est-elle possible ?
 
Dans sa longue histoire, l’Europe a aussi été le terrain de la guerre entre européens. Toutefois, 
 
après la seconde guerre mondiale, un processus a conduit à la naissance de l’Union Européenne, 
 
processus qui après 1989 a connu une accélération rapide avec l’élargissement aux pays de l’Est, 
 
anciennement communistes. Parmi les protagonistes de ce processus, un grand européen, Romano 
 
2
 
Prodi, l’une des personnalités qui nous parle le mieux de notre continent et qui nous fait l’honneur 
 
de sa présence, en témoignant la vision d’une Europe unie et ouverte à la rencontre.
 
L’Occident européen, l’Union européenne n’est pas seulement une réalité riche de potentialités 
 
économiques, mais elle est aussi une sédimentation unique au monde d’archéologie et d’art (je dis 
 
cela à Florence !), de patrimoine culturel, de ressources humaines, de culture. Son histoire possède 
 
de profondes racines religieuses, chrétiennes, plantées sur notre continent par les apôtres qui 
 
venaient d’Orient (la lumière de l’Orient, lux ex Oriente), développées en vingt siècles d’histoire. 
 
Cette histoire chrétienne n’appartient pas au passé, mais au vécu récent de ces derniers siècles, 
 
comme le montre le martyre des chrétiens dans l’Europe sous domination communiste au XXe 
 
siècle. L’Europe a une âme religieuse et spirituelle. Cette âme religieuse la pousse à sortir et à 
 
rencontrer : la figure d’Abraham illustre cela très bien : il partit avec foi vers une destination qu’il 
 
ne connaissait pas.
 
Religion minoritaire, mais significative sur ce continent, le judaïsme y est enraciné depuis plus de 
 
deux millénaires. Aujourd'hui, le monde religieux européen a une composante nouvelle, 
 
représentée par les immigrés musulmans. L’Europe n’est pas aussi sécularisée qu’on l’affirme 
 
parfois. Comment la lutte contre le régime communiste polonais aurait-il été possible sans le 
 
soutien d’une âme religieuse, dans les années 80 du siècle dernier ?
 
L’Europe est aussi une histoire de quête de liberté, qui a conduit à des conflits, mais qui représente 
 
un élément décisif pour comprendre le continent. Benedetto Croce, grand philosophe italien de la 
 
première moitié du XXe siècle, parlait de l’histoire européenne comme d’une histoire de recherche 
 
de la liberté. Mais face à la crise des démocraties libérales, le politologue français, Raymond Aron, 
 
libéral convaincu, dans sa dernière leçon au Collège de France en 1978, soulignait que faute d’une 
 
vérité commune, la liberté avait besoin d’une idée de bien commun partagé. On ne comprendrait 
 
pas l’Occident si l’on ne comprenait pas la culture complexe et parfois contradictoire de la liberté. 
 
Ulysse, figure du héros de la mythologie grecque, personnifie bien la recherche de la liberté.
 
L’âme de l’Europe la pousse à sortir et à rencontrer. Nous ne sommes pas seulement aujourd'hui 
 
réunis en tant que religions, mais en tant que mondes culturels, civilisations dans lesquelles la 
 
religion a joué un rôle déterminant. Nous avons parlé de dialogues de civilisation. Je crois que c’est 
 
une occasion opportune. Le monde globalisé produit un effet d’optique trompeur : on a 
 
l’impression que tout est plus proche, grâce à la puissance des médias, des réseaux sociaux, des 
 
échanges, et pourtant nous nous éloignons pour notre protéger ou pour nous distinguer. 
 
Eloignement signifie distance, incompréhension, ignorance. Les préjugés circulent et se répandent. 
 
L’ignorance règne, bien que notre monde soit très alphabétisé. Il suffirait de faire la liste des 
 
préjugés répandus dans le monde oriental à l’égard de l’Occident, et réciproquement, en Occident 
 
à l’égard de l’Orient, ainsi que sur l’islam dans le monde occidental.
 
Orient et Occident sont différents dans leur histoire, ancienne et récente, dans leur rapport avec la 
 
religion, dans leur histoire politique, dans la culture et l’anthropologie. Mais les différences 
 
n’éliminent pas ce qui unit : la géographie, la proximité méditerranéenne, les échanges historiques, 
 
les racines, les responsabilités envers l’avenir. Nous sommes destinés à nous parler intensément et 
 
rapidement : condamnés – j’utilise ce mot – à nous parler de géographie, de proximité, des 
 
3
 
provocations violentes et agressives, de la lutte contre l’ignorance, de la nécessité de construire un 
 
monde meilleur.
 
Orient arabo-musulman et Occident européen sont, sous de nombreux aspects, fils d’une même 
 
racine. Mais l’histoire est allée dans un autre sens. Orient et Occident ont grandi séparément. Me 
 
vient à l’esprit l’histoire des fils d’Abraham, Isaac et Ismaël, que nous trouvons dans la Bible et 
 
dans le Coran. La Sourate d’Abraham dit : « Louange à Allah, qui en dépit de ma vieillesse, m'a 
 
donné Ismaël et Isaac. » (XIV, 39) La Bible insiste : Ismaël et Isaac, enfants d’un même père, sont 
 
destinés à grandir loin l’un de l’autre. Tous deux sont fils d’Abraham : beaucoup les unit, toutefois 
 
l’histoire les a séparés.
 
J’aime voir le dialogue entre Orient et Occident comme la rencontre entre Ismaël et Isaac, qui ont 
 
été séparés, mais qui découvrent que beaucoup les unit : ils sentent surtout, malgré leurs 
 
différences, le besoin de se parler et de se rencontrer.
,
{BoxFirenze2015ProgPDF}


RELATED NEWS
October 18 2017

Un mois après la rencontre des religions à Münster, les Chemins de paix ont traversé quatre continents


Sur la photo, l'événement à Blantyre, Malawi. Voir les photos et vidéos des autres rencontres
IT | ES | DE | FR | RU
August 5 2017
KYOTO, JAPAN

Une délégation de la Communauté au sommet interreligieux du mont Hiei dans l'Esprit d'Assise

IT | ES | FR
June 29 2017
OSNABRÜCK, GERMANY

Paths of Peace : tous à Münster en Allemagne, du 10 au 12 septembre, pour parcourir ensemble des chemins de paix


La conférence de presse de présentation de la rencontre internationale de prière pour la paix
IT | ES | DE | FR
July 20 2016

Les religions mondiales retournent à Assise pour faire entendre la soif de paix des peuples


Présentation aujourd’hui de la rencontre internationale pour la paix qui se tiendra du 18 au 20 septembre, trente ans après la prière historique voulue par Jean-Paul II
IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL
June 4 2015
COMMUNIQUE DE PRESSE

Une offensive de dialogue face aux guerres au Moyen-Orient : le congrès « Orient et Occident : dialogues de civilisation »


Présentation aujourd’hui à Rome de la conférence internationale organisée par Sant’Egidio qui se tiendra les 8 et 9 juin à Florence en présence d’autorités religieuses de l’islam ainsi que de représentants de la politique et des institutions européennes
IT | EN | ES | FR | CA
November 10 2017
INDONESIA

Sant'Egidio et la Muhammadiyah signent à Djakarta un nouvel accord pour la paix et le dialogue interreligieux


une délégation de la Communauté menée par Marco Impagliazzo se trouve en Indonésie
IT | ES | DE | FR | PT | CA | NL | ID | PL
all related news

ASSOCIATED PRESS
December 8 2017
La Nazione
Firenze, torna il Rigiocattolo in via del Corso. Da domenica sms per il pranzo dei poveri
November 24 2017
La Repubblica - Ed. Firenze
Fuori dal carcere: la guida per orientarsi in città
November 21 2017
Notizie Italia News
Firenze, la forza e il valore della memoria ...
November 8 2017
Avvenire
Islam-Cristianesimo. Il grande imam di Al-Azhar: non c'è alternativa al dialogo
November 8 2017
Vatican Insider
Il Grande Imam di al-Azhar: “Il mio caro fratello Francesco, un uomo simbolo”
all press-related