news

La nouvelle vie des réfugiés syriens arrivés par les couloirs humanitaires

11 Mars 2016

IntégrationréfugiésCouloirs humanitaires

Des soins médicaux, l’école et une grande volonté de s’intégrer chez les 25 familles arrivées en février en Italie

Partager Sur

Les Al Hourani ont été les premiers à arriver début février, inaugurant les couloirs humanitaires de Sant’Egidio, Fédération des Eglises protestantes en Italie et Tavola Valdese. Leurs visages souriants à l'aéroport de Fiumicino sont devenus une image du projet œcuménique, que le pape François a défini comme “un signe concret d'engagement pour la paix et pour la vie” : un avion de ligne au lieu des embarcations des trafiquants, une maison au lieu de tentes dans un camp de réfugiés.

Comment Yasmine et Suliman, F. et Hussein passent-ils leurs journées romaines ? Peu de jours après leur arrivée, Falak a été opérée à l'œil et a commencé les traitements à l'hôpital pédiatrique Bambino Gesù. Mais elle a aussi commencé à apprendre un peu d'italien :  “ciao”, “mi chiamo F.”, “come stai?” sont les premiers mots prononcés sans hésitation en langue italienne par cette petite fille âgée de 7 ans à peine au caractère fort, qui avec son frère pense maintenant à jouer, dessiner et veut laisser derrière elle les nombreuses difficultés de la vie. En plus de veiller sur leurs enfants, Yasmine et Suliman ont commencé à fréquenter l'école de langue et de culture italiennes de la Communauté à Trastevere. Ils font des progrès et pensent à l'avenir de leur famille en Italie. A Homs il ne reste plus rien de leur maison, détruite par les bombes. “Même si la guerre en Syrie s'arrêtait, nous ne saurions pas où aller vivre”, disent-ils à leurs amis de Sant’Egidio.

Une nouvelle vie a commencé aussi pour Rasha et ses trois enfants, Jafar, Omar et Jenin. Leur famille est originaire de Palestine et ils vivaient dans un camp de réfugiés à la périphérie de Damas, avant leur fuite au Liban. Ils n'ont jamais vécu dans une maison. Aujourd'hui, à Rome, ils sont accueillis par des religieuses, qui ont mis à leur disposition une aile de leur maison pour héberger ceux qui fuyaient la guerre. Rasha et ses enfants commencent à connaître le quartier de Rome où ils habitent : il y a quelques jours, ils sont même sortis pour prendre leur petit-déjeuner dans un bar et faire des courses au supermarché.

La famille de Rasha est arrivée en Italie le 29 février. En tout, ce sont 93 réfugiés syriens, provenant de plusieurs camps du Liban, qui sont actuellement accueillis en Italie. Certains d'entre eux vivent dans un gîte d'agrotourisme à Campoleone, près d'Aprilia, mis à disposition par la Fédération des Eglises protestantes en Italie. Au cœur de la nature, tous apprennent l'italien et font des projets d'avenir. Il y a plusieurs jeunes, comme Leen et Mirvat, qui, en Syrie, étudiaient à l'université et qui rêvent de pouvoir reprendre leurs études en Italie : économie et littérature anglaise. Et il y a ceux qui, comme le très jeune Diya, ne voit pas les heures passer tout occupé qu'il est à courir et à jouer au foot avec sa “nouvelle jambe”, comme il le dit. D'ici peu, il ira près de Bologne, où l'attend une prothèse.