news

Appel de Sant’Egidio : nous demandons à tous une nouvelle mentalité, des soins à domicile et un réseau de protection pour les personnes âgées

1 Juin 2016 - ROME, ITALIE

PERSONNES ÂGÉESRomeVive les aînés

Lancé par le président Marco Impagliazzo lors de la conférence de presse de présentation, le guide en ligne « Comment rester chez soi quand on est âgé »

Partager Sur

Un appel fort aux institutions, aux citoyens et aux candidats aux élections municipales : “Il faut changer d'attitude à l'égard des personnes âgées en passant du placement en institution à l'aide à domicile”. C'est ce qu'a dit ce matin Marco Impagliazzo lors d'une conférence de presse à Sant’Egidio, au cours de laquelle a été présenté le premier guide en ligne “Comment rester chez soi quand on est âgé”.
VEDI www.ilcome.it .

Le président de la Communauté de Sant’Egidio a insisté sur l'importance d'un “changement des mentalités", car, si l'on aide ceux qui sont avancés en âge à rester à domicile, “on vit mieux et on vit plus longtemps avec des dépenses moindres pour la collectivité”. Rome, a dénoncé Impagliazzo, “est une ville de personnes seules”, représentées en très grande partie par des personnes âgées. Et “l'isolement social tue plus que la cigarette”. Les chiffres sont significatifs : “Dans la capitale, les plus de 65 ans constituent désormais 22 % de la population, soit environ 620 000 personnes, plus que les habitants de Gênes. Ils sont une ville dans la ville que l'on ne peut pas ignorer”. Près de 250 000 d'entre eux vivent seuls, mais les données relatives à l'assistance à domicile sont désespérantes comme dans le reste du pays : au niveau italien, nous sommes à une couverture qui tourne autour de 2 % tandis qu'en Suède ce taux atteint 21 %.

Or les personnes âgées doivent être soutenues parce qu'elles sont une ressource : il suffit de penser au fait qu'un million d'entre elles font office d'assistants en aidant d'autres persones âgées dans le adre familial, 3 millions et 200 000 s'occupent de manière consistante des petits enfants et près de 7 millions aident financièrement, au point que, d'après les données en possession de Censis, en Italie, une famille sur trois sauve son budget grâce aux aînés. Mais pour continuer à aider, il faut pouvoir rester chez soi.

A Rome, il y a eu un fléchissement dans l'assistance à domicile : ces quatre dernières années, près de 700 personnes ont perdu ce service et huit centres diurnes pour personnes âgées fragiles ont été fermés. C'est pourquoi, a expliqé Marco Impagliazzo, “je lance un appel à la population, aux institutions mais aussi aux candidats qui ont l'ambition de gouverner la ville : qu'ils s'engagent à changer la culture du pays à l'égard des personnes âgées. Il faut passer du placement en institution aux soins à domicile”. Pour cette raison aussi que, ces derniers temps, sont apparues de nombreuses structures “spontanées” dans lesquelles des personnes âgées vont vivre, très souvent sans aucun contrôle : ce sont 3 031 places que la Communauté a pu recenser à travers une enquête qu'elle a faite.

Le présidente de Sant’Egidio a donc indiqué, comme modèle reproductible, le programme “Vive les aînés”, qui, de 2004 à ce jour, dans les quartiers Trastevere, Testaccio et  Esquilin, à travers un réseau dense de monitorage sur les personnes âgées résidentes (12 000 suivies), a réussi à réduire de 10 % le taux d'hospitalisation et de 50 % de taux de placement en institution.

Tout cela avec une dépense de seulement 81 euros par personne âgée. Un monitorage qui, en prévision des vagues de chaleur estivales, qui ont une grande incidence sur la santé de la population âgée, Sant’Egidio étendra, par son réseau de bénévoles, à tous les quartiers de Rome dans lesquels elle est présente et dans les institutions.

Feuilletez le guide en ligne 

Extrait de l'introduction du guide :

Vivre longtemps est l'espoir de chacun d'entre nous. Et ce n'est plus un rêve ; c'est possible. Comment ? Si nous pouvions avoir le choix, nous voudrions tous passer nos vieilles années au milieu des personnes que nous connaissons et dans les lieux et dans la maison que nous aimons. Bien souvent cela ne se passe pas ainsi. Aller dans une institution peut être une nécessité, mais il existe d'immenses possibilités, pratiquement toujours ignorées, pour pouvoir rester chez soi quand on est âgé, même quand on a un peu plus de besoins et qu'on ne peut plus rester seul.

Telles sont les motivations qui ont incité la Communauté de Sant'Egidio à réaliser le guide COMMENT rester chez soi quand on est âgé, dont la quatrième édition romaine sort en version numérique : c'est un cadeau que la Communauté de Sant’Egidio offre à toutes les personnes âgées romaines, à leurs familles, à ceux qui entendent humaniser la vie de la ville de Rome à commencer par celle des plus âgés.

C'est une boussole et une source d'informations à jour pour utiliser la ville depuis chez soi, pour trouver les aides qui semblent impossibles et qui sont pourtant à portée de main. On peut être soigné à domicile, on peut être aidé à se déplacer en ville ; il est possible de créer un réseau de soutien pour rester là où l'on a toujours vécu même quand l'état de santé s'est altéré. Nous sommes convaincus que Rome, en devenant plus agréable à vivre pour ceux qui sont âgés, deviendra plus agréable à vivre pour tous.