news

« De Homs à Novare avec les couloirs humanitaires, voici comment notre vie a changé »

10 Mars 2017 - NOVARA, ITALIE

réfugiésCouloirs humanitaires

Antonios et sa famille ont fui la Syrie. L’histoire d’un nouveau commencement, de l’école au travail

Partager Sur

Cette année, nous sommes revenus à plusieurs reprises sur l'arrivée des réfugiés syriens à travers les couloirs humanitaires. Comment se passe leur nouvelle vie en Italie aujourd'hui ? Dans une lettre, les amis de la Communauté de Sant'Egidio de Novare racontent l'histoire d'Antonios et de sa famille, arrivés en Italie en décembre dernier.

Antonios et Julanar sont des chrétiens qui ont fui la ville de Homs, détruite par les combats. "Ma maison a été détruite à quatre reprises ainsi que mon atelier de menuiserie, j'ai recommencé à quatre reprises pour ma famille, raconte Antonios. Mais quand j'ai été rappelé sous les drapeaux, je me suis enfui au Liban. Moi, je ne veux tuer personne et je ne veux pas laisser une veuve et des orphelins. Je ne veux pas faire la guerre, moi."
Antonios et Julanar ont deux petites filles : Natali et Zein, nées après le début de la guerre civile, n'ont jamais connu la paix.

A Novare, ils sont installés dans un appartement gratuitement mis à disposition par une famille, une de ces nombreuses familles comme il en existe dans toute l'Italie qui, avec générosité, ont ouvert leur maison aux réfugiés. Ainsi se met en place un réseau d'amis qui se répartissent les dépenses et soutiennent la vie de la famille syrienne, une paroisse se mobilise pour trouver des ressources économiques et un travail.

Natali et Zein ont aussitôt commencé l'école, les autres enfants ont rivalisé pour bien les accueillir et, en un temps très court, elles ont déjà appris beaucoup de mots. Antonios et Julanar ont eux aussi repris les études, à l'école de langue et de culture italiennes de Sant'Egidio.
Une semaine après leur arrivée à Novare, voici le premier cadeau important pour les fillettes, une petite table verte avec deux sièges. Les fillettes s'assoient sans attendre une minute pour se mettre à écrire et à dessiner, et Antonios et Julanar éclatent en sanglots : ils avaient la même à Homs, mais elle servait aux fillettes pour se cacher quand le fracas de la guerre les effrayait.

Parmi les amis de la paroisse, il y a un menuisier qui a appelé Antonios pour le prendre à l'essai avec une bourse de travail. Antonios est heureux : "Dès que j'ai senti l'odeur du bois, je me suis senti revivre !" et il recommence à travailler. "Nous ne pourrions pas nous passer de lui aujourd'hui", a commenté le menuisier de Novare, satisfait, trois semaines plus tard.

Et ainsi, quelques mois après son arrivée, cette famille qui a fui la guerre a réussi à recommencer une nouvelle vie en paix, dans un nouveau pays, dont la langue leur est de moins en moins inconnue, accompagnée par l'amitié de la Communauté et de tant d'autres Un grand espoir pour l'avenir.