news

Journée mondiale contre les formes de maltraitance envers les personnes âgées ; de nombreuses voix demandent un changement de cap. Le pape François : "Là où il n’y a pas de soin pour les personnes âgées, il n’y a pas de futur pour les jeunes". #WEAAD2020

15 Juin 2020

PERSONNES ÂGÉES
Pas d'avenir sans aînés

Signons et diffusons l'appel international

Partager Sur

Pour la journée mondiale contre les formes de maltraitance envers les personnes âgées, le Pape François unit aussi sa voix à celle de tant de voix qui demandent *sauvons nos personnes âgées. Dans un tweet, le pape a déclaré "La pandémie du #COVID19 a montré que nos sociétés ne sont pas assez organisées pour faire de la place aux personnes âgées, avec un juste respect pour leur dignité et leur vulnérabilité. Là où il n’y pas de soin pour les personnes âgées, il n’y a pas de futur pour les jeunes ».

Sant’Egidio célèbre cette journée mondiale dans tous les pays où elle est présente, et relance la collecte de signatures pour un appel international « Pas d'avenir sans aînés – Pour réhumaniser nos sociétés – Contre une politique de santé sélective ». Le manifeste, dont les premiers signataires sont Riccardi, Prodi, Habermas, Sachs, Gonzalez, Pöttering, Zuppi, Bokova, De Rita et d’autres noms importants, européens et mondiaux, a pu compter ces derniers jours sur l’adhésion de dizaines de milliers de citoyens et sur celle de nouvelles personnalités de divers horizons, parmi lesquels l’architecte Renzo Piano, la secrétaire de la Cisl, Anna Maria Furlan, le survivant de la Shoah Sami Modiano, l’écrivain Paolo Rumiz, l’animateur de télévision Flavio Insinna et le chanteur Claudio Baglioni.

L’appel vient de l'amer constat du nombre très élevé de victimes du  Covid-19 parmi la population âgée, particulièrement chez les personnes vivant en institution et dans les maisons de retraite, et propose un changement radical des mentalités amenant de nouvelles initiatives sociales et sanitaires.
Un rapport de l’OMS relève qu'en 2018 déjà « dans les institutions, les taux de maltraitance sont beaucoup plus élevés que dans les environnements communautaires » et comprennent des formes de maltraitance variées comme « des contraintes physiques, la privation de la dignité, l’ordre d’exécution du ménage quotidien, un manque délibéré de fournitures d’assistance, de la négligence et des formes de maltraitance psychologique ». La situation s’est aggravée pendant la pandémie du Covid-19 entraînant, comme nous le savons, un taux très élevé de victimes dans les institutions, environ le double par rapport aux aînés vivant à domicile, selon les données provenant de l’

Istituto superiore di sanità.

C'est pourquoi, à l'occasion de la journée mondiale célébrée aujourd’hui, Sant’Egidio, en plus de l’appel international, présente aussi aux administrations publiques et locales la nécessité de parvenir le plus rapidement possible à un système sanitaire qui privilégie les soins et l’aide à domicile pour la population âgée.