news

"La guerre est arrivée de nulle part." Le récit d'une famille syrienne accueillie à Borgomanero (Piémont) grâce aux couloirs humanitaires

22 Février 2021 - NOVARA, ITALIE

Couloirs humanitaires

Partager Sur

L’histoire de la famille Araldi commence trois mille kilomètres à l'est, en Syrie. Une histoire de longs voyages, d'amour, de souffrance et de rédemption. Youssef et Mary se sont rencontrés et sont tombés amoureux à Alep, une ville syrienne ancienne, précieuse et multiforme : "Nous sommes tous deux chrétiens orthodoxes - dit le couple - en Syrie, les chrétiens et les musulmans ont toujours vécu comme des frères, d'abord en paix, puis en guerre". En 2011, avec le début de la guerre civile, la ville a été dévastée par des batailles prolongées : "La guerre est arrivée de nulle part, elle nous a submergés et n'a épargné personne : nous avons tous été autant affamés et blessés". Pas d'avenir pour le jeune couple, pas d'espoir de pouvoir former une famille, et pas de travail. Ils ont donc fait le choix difficile, comme des millions de Syriens, de traverser la frontière pour demander l'asile au Liban, le pays qui accueille le plus de réfugiés dans le monde par rapport à sa population : "Nous n'avons rien pris avec nous, nous avons laissé nos vies et nos familles en Syrie, sachant que ceux qui restent là-bas vont probablement mourir", explique Youssef.

Après bien des vicissitudes, Youssef et Mary ont trouvé un petit appartement dans le quartier de Bourj Hammoud. Le propriétaire est un professeur libanais qui décide de donner un coup de main aux deux jeunes gens ; mais la vie des réfugiés dans le beau Pays du Cèdre n'est pas simple : un État minuscule en déliquescence économique après des années de guerres internes et externes, de corruption et de mauvaise gouvernance qui n'a pas assez pour lui-même et encore moins pour tous les Palestiniens et les Syriens arrivés depuis les années 50 : "Pour un réfugié, il est presque impossible de trouver un emploi au Liban, raconte Youssef - il existe un certain nombre de professions réservées aux seuls Libanais, et vu le nombre de demandes, il reste peu de postes vacants, même parmi les plus subalternes". Youssef et Mary, faisant de nombreux sacrifices, choisissent de créer une entreprise tout en ayant un deuxième et un troisième emploi pour subvenir à leurs besoins dans la chère Beyrouth : "Nous avons ouvert une petite boulangerie mais les Syriens n'ont pas droit à une licence au Liban. Après un contrôle des autorités locales, nous avons été non seulement obligés de fermer, mais ils nous ont immédiatement renvoyés en Syrie", dit Mary.

Nous sommes retournés dans ma famille à Damas, mais la situation était pire que celle que nous avions laissée un an et demi auparavant. Et c'est à Damas qu'est arrivée la lettre que la jeune famille n'a jamais voulu recevoir : "Youssef a été appelé au service militaire pendant la guerre, évidemment aucun de nous ne voulait qu'il s'engage, alors il est immédiatement retourné au Liban. Cette fois, cependant, l'homme a été capturé par l'armée libanaise à la frontière et a passé quelques jours en prison avant d'être relâché dans les montagnes : "Après deux jours dans les bois, j'ai réussi à rentrer à Beyrouth, mais cette fois, j'ai dû rester caché pour éviter de nouveaux problèmes". Youssef est retourné dans le petit appartement où il avait vécu auparavant et a réussi à passer inaperçu grâce à la protection du propriétaire et des voisins, a trouvé un travail de serveur et a attendu de pouvoir rejoindre sa famille. "À Beyrouth, j'ai rencontré un homme qui s'occupait de transporter des Syriens, je l'ai payé pour qu'il emmène ma femme et ma fille à Beyrouth." Mary et le chauffeur avaient rendez-vous à Homs, une ville tristement célèbre pour être parmi les plus dangereuses et les plus bombardées de Syrie. C’est de là qu’à travers ce qu'on appelle la route des fantômes, Mary part pour le Liban, avec la petite Jennifer serrée autour de son cou et le cœur serré par la peur. Mais à Beyrouth, un nouveau problème les attend : nous sommes au printemps 2020 et l'épidémie de Covid-19 balaie le pays : "Je n'avais plus de travail et nous ne pouvions même plus payer le loyer - explique Youssef - c'est juste à ce moment que, providentiellement, lors d'une réunion dans notre église, nous avons rencontré la Communauté de Sant'Egidio". Pour la famille, c'est le début de la procédure permettant de rejoindre le projet des couloirs humanitaires. Mais entre-temps, en août, Beyrouth est victime d'une autre tragédie : la terrible explosion survenue au port, et qui a plongé tout le Liban dans le chaos. "Nous avions vraiment peur, la terre entière tremblait, nous ne comprenions pas ce qui se passait : c'était des jours de terreur".

Après les bombardements en Syrie et après tant d'épreuves, d'autres explosions, émeutes et douleurs se profilent devant les yeux de la jeune famille : "Quand nous avons obtenu le visa, nous n'en revenions pas, c'était la première lumière que nous avions vue depuis des années". Grâce à la Communauté de Sant'Egidio, la famille, agrandie avec l'arrivée du petit Sarkis, parvient enfin à arriver en Italie et est transférée de Rome à Borgomanero où, grâce à la générosité de Carlo Volta qui a mis à disposition un logement de sa propriété, elle vit maintenant pleine d'espoir : "Sarkis a fêté ici son premier anniversaire, entouré de l'amour de sa famille et des bénévoles qui, ces derniers mois, nous ont accompagnés dans notre intégration". En effet, il y a beaucoup de personnes généreuses de Borgomanero qui suivent la famille au quotidien, tout d'abord Patrizia Ferro et toute la Communauté de Sant'Egidio, Sergio Vercelli et l'association Compagni di Volo. La famille a toujours du mal à parler de la Syrie, des amis et des proches qui ont disparu, des politiques malveillantes, de la souffrance et de la peur vécues. Maintenant, il n'y a plus de place que pour l'avenir. Devant un délicieux thé arabe, bu dans le salon de l'appartement de Borgomanero où ils séjournent, pendant que les enfants s’amusent en riant - et pendant que Fatima, une volontaire de Sant'Egidio, se prête au rôle d'interprète - tous les morceaux du formidable voyage sont esquissés, entre ce qui est dit et ce qui ne l'est pas, avec une fin merveilleuse pour Mary et Youssef.

[Barbara Taccone]

article paru dans Novara Oggi (traduction de la rédaction)