news

Sur les pas du pèlerin de la paix : la prédication de Marco Impagliazzo lors de la veillée prière pour la voyage du pape en Irak

5 Mars 2021

Pape François
IrakMarco ImpagliazzoPape en Irak

Partager Sur

Frères et sœurs,

Nous sommes réunis dans cette basilique pour prier pour le voyage du Pape François en Irak. Nous implorons le Seigneur pour sa protection, pour la protection de tous les Irakiens et pour que tous puissent bientôt recevoir le don de la paix après tant de souffrances.

Le pape est arrivé à Bagdad ce matin en tant que " messager qui annonce la paix, qui porte la bonne nouvelle, messager qui annonce le salut ". Sa présence est un évangile, c'est une bonne nouvelle. Le messager de la paix s'est rendu à la cathédrale syro-catholique de Bagdad où un terrible attentat a fait 48 morts en décembre 2010 : des martyrs contemporains. Une bande de marbre rouge va de l'autel au cimetière de l'église pour rappeler le sang des martyrs.

Le messager de la paix se rendra à Nadjaf, la ville sanctuaire des chiites, pour rendre visite au grand ayatollah al Sistani - rencontré par certains d'entre nous en 2014 à Nadjaf - une figure spirituelle de référence pour les chiites. Il a préparé la rencontre avec ces mots : "Vous faites partie de nous, nous faisons partie de vous". Nous savons ce que cela signifie pour les Arabes de recevoir un invité dans leur maison : c'est le plus grand geste d'amitié. Un geste qui, dans la vie d'Abraham, a apporté la bonne nouvelle d'une progéniture tant attendue. Prions pour que cette rencontre donne de nombreux fruits de dialogue et de compréhension entre chrétiens et musulmans. Le messager de la paix se rendra à Ur, la terre d'Abraham, pour prier pour la paix avec les enfants d'Abraham, parmi lesquels se trouveront également des représentants des communautés mandéenne et sabéenne. Une autre étape de l'Esprit d'Assise dans une terre où trop de fanatiques ont considéré que la guerre était sainte. Au contraire, l'Esprit d'Assise dit depuis de nombreuses années que seule la paix est sainte.

Le messager de la paix se rendra à la cathédrale chaldéenne Saint-Joseph de Bagdad où - une première pour un pape - il célébrera la liturgie en rite chaldéen, dont la langue liturgique est l'araméen, la langue de Jésus et qui, parmi les liturgies chrétiennes, est la plus proche du culte synagogal. Il rendra ainsi hommage à une ancienne Église de cette terre, martyre, qui a porté l'Évangile dans les premiers siècles jusqu'en Inde et en Chine et qui a subi aujourd'hui une grande émigration de fidèles à cause de la guerre et du terrorisme.

Le messager de la paix se rendra à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien, symbole d'un peuple, le peuple kurde, qui a connu tant de souffrances. A Erbil, le messager de la paix rencontrera les chrétiens qui y ont trouvé refuge et un accueil chaleureux pendant les dures années du califat de Daesh. Le pape y célébrera la liturgie dans le stade de la ville. Le messager de la paix et de la bonne nouvelle se rendra à Mossoul sur la place des quatre églises (syro-catholique, orthodoxe arménienne, syro-orthodoxe et chaldéenne) détruites entre 2014 et 2017 par des attaques terroristes. À Mossoul, le père Ragheed, curé de la paroisse, a été tué en même temps que trois diacres en juin 2007. Son étole est conservée à la basilique Saint Barthélémy : elle nous a été donnée par ses parents dans une émouvante prière. À Mossoul, le pape priera pour les victimes de la guerre : chrétiens, musulmans et yézidis ensemble. Parce que nous sommes tous frères. Le messager de la paix se rendra à Qaraqosh, à l'église syro-catholique où vivait une communauté chrétienne florissante, chassée par l'État islamique autoproclamé, mais qui aujourd'hui commence à repeupler la ville et à reconstruire les maisons et les églises. Le messager de la bonne nouvelle viendra apporter l'Evangile de la Résurrection là où les cris de mort et le tragique fracas des armes ont résonné.

La terre visitée par le Pape, celle où coulent le Tigre et l'Euphrate, la Mésopotamie, berceau d'anciennes civilisations, patrie d'Abraham, père de tous les croyants, c'est aussi cette Babylone où les Juifs ont été déportés après la conquête de Jérusalem par les troupes de Nabuchodonosor. Avec eux fut également déporté le prophète Ezéchiel qui, poussé par le Seigneur, ne céda pas au désespoir ou au découragement qui avaient fait sortir les Juifs de leur terre en tant que réfugiés. Ces personnes ne pouvaient pas être considérées comme des ossements desséchés. Ils devaient recevoir l'esprit. Cet esprit qui donne la force rassemble les personnes dispersées et résignées. Le Seigneur ravive les ossements desséchés parce qu'ils sont dispersés. Il les réunit pour établir avec eux un pacte de paix. Et bien sûr, l'alliance de paix conclue par Dieu vit parmi les nations. Les chrétiens sont interpellés par cette question et se demandent : comment pouvons-nous être des hommes et des femmes de paix, des artisans de paix ? De même, l'Église se demande si elle ne devrait pas être un signe de l'unité des peuples, un point de référence pour l'humanité sur le chemin de la paix.

Le Seigneur pose une question au prophète : "Ces ossements peuvent-ils revivre ?" C'est une question de vie au milieu de tant de mort. C'est humainement impossible, mais Dieu veille sur l'histoire des peuples. La Parole du Seigneur se pose toujours comme une grande question devant le sentiment d'être perdu dans ces perspectives. Il ne s'agit pas d'une question rhétorique. Ces ossements peuvent-ils être ranimés ? L'Irak peut-il vivre à nouveau en paix ? De nos jours, il y a une réponse à cette question. Le messager de la paix - pour la mission et la protection duquel nous prions ce soir - donne une réponse par sa présence et sa parole qui apporte de bonnes nouvelles. " Prophétise sur ces ossements. Tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur : Ainsi parle le Seigneur Dieu à ces ossements : Je vais faire entrer en vous l’esprit, et vous vivrez. ". Quelle grande mission est confiée au pape de nos jours !  Mais la main du Seigneur est sur lui, le protégeant et le bénissant. L'Esprit illumine la Parole.  

Le Seigneur demande que son esprit de vie soit transmis à ces ossements desséchés afin qu'ils puissent revenir à la vie. L'Esprit est le don de la vie. L'Esprit est le passage de Dieu dans un monde desséché. L'Esprit est l'espérance dans ce monde désespéré, l'Esprit est la force dans un monde usé par la souffrance, l'Esprit est le guide dans un monde de personnes qui ont perdu leur chemin. Le prophète parle et l'Esprit agit. L'Esprit redonne vie aux ossements desséchés. A l'époque d'Ezéchiel, "la grande œuvre de Dieu" était de redonner vie à un peuple sans espoir. "L’esprit entra en eux ; ils revinrent à la vie, et ils se dressèrent sur leurs pieds : c’était une armée immense." Ces gens ont connu la résurrection et sont revenus à la vie. C'est pour cela que nous prions ce soir, en espérant que pour les chrétiens d'Irak - et pour tous les Irakiens - le jour de la Résurrection vienne bientôt !

Remercions le Seigneur de faire de nous les témoins d'une histoire qui se met en mouvement et ne se referme pas sur les tombes d'une tragique immobilité. Un homme et une foi déplacent des montagnes !