news

Homélie du Père Arturo Sosa sj, préposé général de la Compagnie de Jésus, pour le Dimanche de la Divine Miséricorde

11 Avril 2021

HOMÉLIES

Heureux ceux qui croient sans avoir vu !

Partager Sur

IIe dimanche de Pâques - Dimanche de la Miséricorde Divine

Homélie du Père Arturo Sosa SJ, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus à Santa Maria in Trastevere (voir la vidéo)

La Résurrection de Jésus est un fait historique qui se produit à travers l'expérience vitale de ceux qui acceptent ses signes et qui, engendrés de nouveau, deviennent ses témoins. C'est le passage de la mort à la vie, la Pâque de l'esclavage à la liberté par l'amour miséricordieux de Dieu le Père. Une merveille à nos yeux, librement réalisée par Dieu.

Jésus est la "pierre rejetée par les bâtisseurs" qui, par la miséricorde aimante du Père, est convertie en "pierre angulaire". L'expérience de la rencontre avec le Crucifié-Ressuscité provoque une transformation radicale de la vie. C'est une expérience pascale, de passage d'une situation à une autre, sans regarder en arrière.

Le quatrième évangile se termine en rappelant le grand nombre de signes accomplis par le Crucifié-Ressuscité pour témoigner de son passage à la vie définitive, la vie de Dieu, à laquelle nous, êtres humains, pouvons accéder si nous construisons notre vie personnelle et sociale avec Jésus comme pierre angulaire.

Les signes de la Pâque de Jésus ne se terminent pas avec son ascension vers le Père. Accomplissant sa promesse de rester avec ses disciples chaque jour jusqu'à la fin de l'histoire, il offre généreusement les dons de l'Esprit Saint qui, dans l'histoire humaine, guide le discernement des témoins de la vie, de la passion, de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth.

Il existe trois signes fondamentaux du passage de la mort à la vie :

✓ la joie profonde vécue par chacun des disciples de Jésus ;

✓ le pain partagé qui nourrit la communauté fraternelle ;

✓ le pardon, fruit de la miséricorde de Dieu qui devient une mission de réconciliation.

Jésus travaille les signes pour susciter la confiance dans l'amour miséricordieux de Dieu. Des signes qui conduisent à la foi, à l'expérience de la possibilité d'une transformation radicale de la vie humaine. La vie de chaque personne et les relations qui constituent la société dont nous faisons nécessairement partie. L'expérience de Pâques est à la fois une expérience du peuple et une expérience personnelle. Le souvenir du peuple traversant à pied la Mer Rouge ouverte par Dieu pour commencer le voyage vers la liberté, prépare la participation à la Pâque de Jésus d'où naît la communauté des témoins de la Bonne Nouvelle de la possibilité et de la proximité du royaume de justice, de paix et d'amour.

Chez l'apôtre Thomas, nous reconnaissons la résistance à s'ouvrir à l'expérience pascale. Il a connu Jésus de près et a partagé son message. Il avait été choisi et avait accepté d'être son disciple. Ayant vécu de près la trahison de son ami, la torture et la mort du Maître, il a remis en question l'option fondamentale de sa vie. Il a cherché une confirmation dans des faits tangibles. Le témoignage des femmes ou de ses compagnons, qui témoignent eux aussi du Ressuscité, ne suffit pas : si je ne vois pas de mes yeux ... si je ne touche pas de mes mains... Il ne cherche pas la foi, mais la confirme par ses sens, sa façon de penser, sa culture.

Italie, Europe... le monde entier est confronté à la possibilité réelle d'un passage historique, d'une transformation radicale de la manière de concevoir les relations entre les peuples, avec l'environnement et dans la vie des gens. Une pandémie, pour la première fois véritablement "universelle", a mis en évidence à la fois la fragilité des structures mondiales et des modèles de vie dominants, et la possibilité d'évoluer vers des relations sociales et des modes de vie plus dignes de tous, en équilibre avec la nature.

La foi est l'attitude qui nous permet de saisir l'opportunité d'accélérer la transformation radicale des structures sociales et des modèles de vie humaine dans lesquels sont nés et se sont développés l'injustice, la violence, les inégalités et l'absence de conditions de vie élémentaires pour la majorité des êtres humains. La méfiance à l'égard de la possibilité d'un monde différent conduit ou propose le retour à la vie antérieure, celle que nous percevons comme une "normalité" immuable.

L'apôtre Thomas voulait voir le Jésus qu'il avait connu dans sa vie précédente, la normalité partagée. Une nouvelle vie, la vie ressuscitée, se trouvait en dehors de son horizon de vie. Thomas cherchait Jésus parmi les morts... Là où il n'est plus. La mort n'a plus aucun pouvoir sur lui. Le tombeau est vide !

Lorsque les hébreux ont réalisé que pour atteindre la Terre promise, il fallait un voyage difficile, plein de dangers et de nombreuses années de voyage, ils ont également regretté la "normalité" qu'ils avaient vécue en Égypte. Ils ont oublié les privations de l'esclavage comme principale caractéristique de cette "normalité" et se sont concentrés uniquement sur les "viandes et légumes" dont ils se nourrissaient.

D'où l'importance de la déclaration de Jésus : " Thomas, parce que tu m'as vu, tu crois ; heureux ceux qui croient sans avoir vu ! (Jn 20, 29)".

Nous avons devant nous la possibilité de croire sans avoir vu, c'est-à-dire de percevoir les nombreux signes présents dans notre histoire, provoqués par l'Esprit Saint, qui confirment la Pâque de Jésus par la miséricorde aimante de Dieu le Père. La célébration de Pâques en cette année 2021 nous ouvre la possibilité de renouveler notre confiance totale en Dieu. C'est en Lui seul que nous avons placé notre espérance, l'espérance que nous avons reçue comme cadeau venant de lui.

En renouvelant notre foi qui espère en Dieu-Amour, nous recevons le don de la joie profonde, fruit de la rencontre pascale avec le Crucifié-Ressuscité. Nous serons "bénis", placés sur le chemin d'une vie régénérée et envoyés en mission. Nous vivons la Pâque du Seigneur parce que nous acceptons l'appel à participer à la transformation radicale nécessaire pour humaniser l'histoire en devenant frères et sœurs sans différences de condition sociale ou de culture et nous rétablissons une relation juste avec la planète qui nous accueille.

La célébration de cette Eucharistie est un acte de foi qui nous conduit à faire l'expérience de la joie pascale, à partager le pain et le vin qui nourrissent et à confirmer notre envoi pour une mission de justice et de réconciliation avec Dieu, afin que nous soyons réconciliés en tant que frères et sœurs entre nous, êtres humains, et avec la nature, convertie en une Maison commune.

Écoutons avec gratitude les paroles de Jésus : Heureux ceux qui croient sans avoir vu !