news

Les visites en Albanie ont repris : de Rome et de Gênes, on retourne à la rencontre des malades qui vivent dans les "maisons protégées" de la Communauté

20 Avril 2021 - TIRANA, ALBANIE

AlbanieLa détresse psychologique

Partager Sur

Depuis le mois de mars, les visites en Albanie ont repris. Après des mois d'absence, il a été possible de rencontrer, en toute sécurité et dans le respect des règles, nos amis hébergés dans les "maisons protégées" de Kavaje et d'Elbasan ; ceux des "maisons rouges" de Tirana et les patients hospitalisés dans l'hôpital psychiatrique "Sadik Dinci", le plus grand des Balkans.

En Albanie, après une première phase où le virus était peu répandu et maîtrisé, on assiste depuis novembre 2020 à une résurgence très inquiétante des contaminations qui a rendu et rend encore complexe la gestion de la pandémie.

Pendant ce long hiver d'isolement, les contacts en ligne ont été maintenus : réunions en ligne et appels vidéo avec les hôtes de la maison (qui sont tous heureusement en bonne santé) et formation en ligne pour le personnel, sur la gestion du Covid.

Il y avait une grande attente et même un peu d'émotion à se retrouver. "Nous ne nous sommes jamais sentis seuls", c'est par ces mots que les personnes arrivées ces derniers jours de Gênes et de Rome ont été accueillies. "Vous êtes les amis qui nous aiment, nous voient, pensent à nous et nous respectent".

Les rencontres ont été nombreuses : avec des jeunes, des personnes âgées, mais aussi - grâce à une autorisation spéciale - avec des patients de l'hôpital psychiatrique d'Elbasan, fermé aux visiteurs depuis des mois, où ils ont pu retrouver des amis avec lesquels ils sont en relation de longue date.