news

Crise sans fin à Cabo Delgado. L’aide de la Communauté de Sant’Egidio à la crise mozambicaine

31 Juillet 2021

Le Mozambique
TerrorismeUrgences humanitaires

Article paru dans l'Osservatore Romano

Partager Sur

Lorsque nous parlons de réfugiés ou de personnes déplacées, nous ne réalisons jamais que la plupart d'entre eux sont des enfants et des femmes. C'est ce qui se passe dans la crise humanitaire oubliée de Cabo Delgado, la province du nord du Mozambique ciblée par des attaques terroristes djihadistes depuis 2017. Les chiffres officiels du Haut-Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR) font état de 732 000 personnes contraintes par la violence de fuir leur foyer, dont environ la moitié, 335 000, sont des enfants. En ajoutant les femmes, on arrive à 70 % du total des déplacés.

Depuis le début de la crise, au moins deux mille cinq cents personnes ont été victimes de violences sanglantes. Des milliers de familles ont cherché refuge dans les provinces de Nampula, Niassa et du Zambèze. Ils ont fui dans la peur, sans papiers, avec peu d'effets personnels, et se sont réfugiés chez des amis et des parents, ou ont campé dans des conditions désespérées à la frontière avec la Tanzanie : ils ont passé des nuits à la belle étoile dans un climat extrêmement froid, sans abri ni couverture.

Seuls 10 % des personnes déplacées parviennent à recevoir une aide humanitaire dans les camps équipés gérés par des organisations internationales, notamment parce que le HCR ne peut accéder à certaines zones. "Malgré les efforts des autorités et de la communauté humanitaire, rapporte l'agence des Nations unies, les besoins des personnes déplacées dépassent considérablement la capacité du gouvernement et des agences humanitaires à fournir une assistance. Il y a quelques jours, un bateau du Programme Alimentaire Mondial (PAM) surchargé d'aide alimentaire a chaviré, faisant douze morts, entre la ville côtière de Pemba et l'île d'Ibo, qui a accueilli environ 30 000 personnes déplacées depuis le début de la crise.

Pour les autres, ils ne bénéficient que d'une mobilisation de solidarité de la part des paroisses, des missionnaires, des associations et des organisations de différentes confessions et religions, au moins pour distribuer de la nourriture et des biens essentiels. Cette aide arrive aussi par des bateaux à voile, par mer et par rivière, car les routes sont impraticables ou dangereuses. Mais par rapport aux besoins énormes de la population, cela reste une petite goutte d'eau dans l'océan.

Le président du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, a également contribué à alléger les souffrances des personnes déplacées, en annonçant sa décision de faire don à Caritas Mozambique et aux ONG impliquées dans l'aide humanitaire de 30 000 euros d'un prix qu'il a reçu cette année. Cabo Delgado est l'une des régions les plus riches en termes de gisements de gaz et de ressources minérales, exploités par de grandes entreprises multinationales, alors que la population est privée de services sociaux et de santé et n'en bénéficie pas du tout : c'est au contraire l'un des territoires les plus pauvres et les plus déprimés du Mozambique. Cette situation a conduit à une stratégie extrémiste qui a trouvé un terrain fertile et encouragé la rébellion, visant à contrôler le territoire et les richesses de manière violente. Des villages ont été attaqués et incendiés, des fusillades nocturnes, des enfants et des femmes enlevés et des jeunes recrutés de force. Don Kwiriwi Fonseca, responsable des communications du diocèse de Pemba, a fait état de centaines d'enlèvements auprès de l'Aide à l'Église en Détresse (AED) : "Les terroristes utilisent ces enfants et les entraînent de force pour combattre dans leurs troupes, tandis que les filles sont violées et forcées de devenir leurs "épouses"". Selon Save the Children, au moins 51 mineurs ont été enlevés au cours des deux derniers mois, la plupart étant des filles. Beaucoup restent orphelins et sont témoins de scènes dramatiques.

Un appel "à ne pas oublier le peuple mozambicain" a également été lancé ces derniers jours par la Communauté de Sant'Egidio, historiquement liée au Mozambique depuis les années 1980 et présente dans 140 villes et villages, dont la province de Cabo Delgado. Elle est active depuis des années avec le programme DREAM pour le traitement du SIDA et, depuis peu, avec d'autres initiatives pour le diagnostic du covid. Même de nombreux membres de la communauté ont dû quitter leurs maisons et se réfugier à Mocimboa, da Praia, Mbau, Muatide, Muidumbe, Lyautua. À Mbau, lors des attaques du village, huit membres de Sant'Egidio ont été tués entre septembre et octobre 2018 ; un autre jeune homme de la Communauté a perdu la vie en juin 2020 dans l'attaque de Mocimboa da Praia. "Ces derniers mois, nous avons essayé de répondre à la demande croissante des personnes déplacées à l'intérieur du pays et nous avons distribué plus de cent tonnes de nourriture, mais aussi des masques, du savon, des vêtements et des couvertures à 25 000 personnes", a déclaré Don Angelo Romano, de la Communauté de Sant'Egidio, lors d'une conférence de presse : "Plus d'un millier de personnes ont été aidées à retrouver leur famille dans des zones plus sûres, d'autres à se réinstaller dans des zones plus calmes, en leur donnant une maison et des terres à cultiver, avec des semences et des outils agricoles, pour les aider à reconstruire leur vie de manière autonome".

Près de trente ans se sont écoulés depuis la signature des accords de Rome, conclus le 4 octobre 1992 grâce à la médiation de Sant'Egidio, qui ont mis fin à un long conflit interne avec un million de morts et des destructions partout. Entre-temps, les infrastructures ont été reconstruites, l'espérance de vie a augmenté et une génération entière est née en temps de paix. Les liens avec l'Italie sont remarquables et pourtant "le Mozambique est absent du débat politique", a noté Don Romano. Seul le pape François n'a pas cessé d'évoquer la crise de Cabo Delgado, avec son message Urbi et orbi le jour de Noël et dans son discours aux membres du corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège le 8 février. Et le souvenir de sa visite apostolique en 2019, qui a contribué à de nouvelles avancées vers la stabilité interne, est toujours vivant dans le pays. Selon Don Romano, qui a cité les analyses et les positions des pays d'Afrique australe, "la menace djihadiste ne concerne pas seulement Cabo Delgado mais tout le Mozambique et pourrait également s'étendre à un niveau régional, comme cela s'est produit au Sahel". Certes, admet-il, "les motivations derrière le début du soulèvement à Cabo Delgado sont à la fois la création d'un État islamique et le contrôle des ressources. La perception claire de la population qu'elle ne peut pas bénéficier des ressources a certainement joué en faveur du djihadisme. Il existe un mécontentement généralisé chez les jeunes face à l'injustice et à l'exploitation, et le djihadisme a su l'utiliser. Nous demandons le soutien de tous pour aider davantage la population de Cabo Delgado", a-t-il conclu. Dans les prochains mois, la Communauté intensifiera la distribution de kits alimentaires, sanitaires et scolaires, et fournira aux personnes déplacées des outils de travail et des matériaux pour la construction de maisons. Il est également prévu de construire des écoles dans certains des plus grands camps et d’offrir des bourses d'études pour les élèves du secondaire. La collecte de fonds se fait sur le site web dédié (dona.santegidio.org).

Patrizia Caiffa

[traduction de la rédaction]