news

Couloirs humanitaires : un nouveau protocole est signé pour l'accueil en Italie de 1000 réfugiés en provenance du Liban

5 Août 2021

Marco ImpagliazzoMIGRANTSCouloirs humanitaires

Partager Sur

Un nouveau protocole a été signé aujourd'hui entre la Communauté de Sant'Egidio, la Fédération des Eglises évangéliques d'Italie (FCEI), la Tavola Valdese et les ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères pour l'entrée en Italie d'un millier de réfugiés supplémentaires actuellement accueillis au Liban par le biais des couloirs humanitaires, une bonne pratique reconnue au niveau international qui a été reproduite avec des projets similaires en France, en Belgique, en Andorre et à Saint-Marin. 
 
Ont signé l'accord avec l'État italien Marco Impagliazzo, président de la Communauté de Sant'Egidio, Luca Maria Negro, président des FCEI, Alessandra Trotta, modératrice de la Tavola Valdese, Luigi Maria Vignali, directeur général des Italiens à l'étranger et des politiques migratoires du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et le préfet Michele di Bari, chef du département des libertés civiles et de l'immigration. 
 
Grâce aux deux premiers accords de 2015 et 2017, plus de 2.000 réfugiés (pour la plupart des familles et des personnes en situation de vulnérabilité en provenance de Syrie) sont déjà arrivés en toute sécurité et légalement en Italie, avec un projet entièrement autofinancé qui non seulement les sauve des trafiquants et des voyages risqués en Méditerranée, mais facilite aussi leur intégration dans notre pays.
 
Les mille bénéficiaires de ce nouvel accord prévu pour deux ans seront sélectionnés par les associations signataires au Liban et dans d'autres pays de transit touchés par des crises humanitaires. 
 
"La signature d'un nouvel accord prévoyant l'admission de mille réfugiés vulnérables en Italie au cours des deux prochaines années est un événement de grande importance", déclare Marco Impagliazzo. "Cinq ans se sont écoulés depuis le premier protocole établissant les couloirs humanitaires et beaucoup de choses ont changé en raison de la pandémie. Malheureusement, la crise migratoire s'est aggravée » poursuit le président de la Communauté de Sant'Egidio , « et la situation de millions de personnes fuyant la guerre, la faim et des conditions de vie intolérables risque de disparaître des projecteurs. Avec l'accord signé aujourd'hui, l'Italie choisit de prendre sa part. Nos remerciements vont donc aux ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères pour avoir cru une fois de plus au modèle des couloirs humanitaires, l'idée la plus innovante et la plus réussie en matière de gestion des migrations, qui a jusqu'à présent garanti l'accueil et l'intégration de 3700 réfugiés en provenance du Liban, de la Corne de l'Afrique et de l'île grecque de Lesbos, non seulement en Italie mais aussi en France, en Belgique, à Saint-Marin et en Andorre. Le tout sans coûts pour l'État, grâce à la participation active de la société civile. Il est important de le rappeler, au moment où deux missions humanitaires sont en cours qui voient des centaines de personnes de la Communauté de Sant'Egidio de différents pays européens s'engager gratuitement dans l'aide aux réfugiés dans les camps en Grèce, à Lesbos et à Athènes, et en Bosnie". "Mais cet accord, signé un an après la terrible explosion qui a dévasté Beyrouth, est aussi un signe d'espoir pour le Liban et vise à répondre aux besoins d'un pays qui traverse une très grave crise politique, économique et sociale et qui, malgré cela, continue à accueillir le plus grand nombre de réfugiés par rapport à sa population", conclut M. Impagliazzo. 
 
"Nous exprimons notre grande satisfaction pour la conclusion d'un nouvel accord et notre reconnaissance aux ministères de l'intérieur et des Affaires étrangères pour avoir reconnu et réaffirmé la valeur d'une expérience, conçue et développée principalement dans notre pays", déclare le pasteur Luca Maria Negro, président de la Fédération des églises évangéliques d'Italie. La signature d'un nouveau protocole pour la création de couloirs humanitaires confirme la validité d'une intuition simple d'il y a six ans : l'ouverture de routes légales, sûres et durables est l'alternative la plus efficace aux morts en mer et à la traite des êtres humains. Cette expérience, conçue et développée en Italie, a été reprise dans d'autres pays européens mais n'est malheureusement pas encore devenue une politique européenne. Par conséquent, en tant qu'Eglises évangéliques, nous continuerons à travailler avec nos partenaires en Europe pour faire pression sur leurs gouvernements afin d'élargir les voies d'entrée légales et sûres dans leurs pays. La migration est le domaine où l'idée européenne risque de mourir, tuée par les égoïsmes nationaux et l'opportunisme politique. Mais nous espérons qu'il pourra également être le thème sur lequel l'Europe redécouvre l'âme et la vision pour lesquelles elle est née en tant qu'union de peuples et d'États. Les couloirs humanitaires sont un témoignage concret de ce que l'Europe pourrait être et faire pour affronter avec concision et esprit humanitaire un sujet qui ne peut être résolu par des proclamations sécuritaires ou la force militaire, mais uniquement par la coopération au développement et la protection des droits de l'homme".