news

Il est inutile de construire de nouveaux murs, mais une alliance entre les pays européens

18 Novembre 2021

Immigration
Andrea Riccardi

Editorial d'Andrea Riccardi dans Famiglia Cristiana

Partager Sur

Des groupes de migrants campent à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie le 8 novembre - Photo de la Chancellerie polonaise (détail) tirée de flickr

On ne peut se défausser du problème sur les pays de premier accueil. Il faut aider les pays de départ et offrir à ceux qui arrivent une véritable intégration.

Un nouveau mur s’érige en Europe : entre la Pologne et la Biélorussie. Le mur est déjà là, même s'il n'a pas été construit dans les règles de l’art. Il est composé de refoulements, de barbelés, de froid et de givre. Si l'Union européenne finance la construction du mur avec la Biélorussie pour empêcher le passage des migrants, l'opération deviendra permanente. Ce sera un déshonneur pour l'Union. En effet, l'élargissement de l'Europe aux pays de l'Est est né de la chute du mur de Berlin en 1989 et de la fin du "rideau de fer".

Aujourd'hui, les murs et les rideaux de fer refont surface pour protéger les pays européens de la pression migratoire. À la frontière entre la Croatie et la Bosnie, un système de contrôle a été mis en place - comme le note Nello Scavo dans Avvenire - "pour une guerre non déclarée contre les êtres humains, même si nous savons comment ils seront traités en cas de refus".

L'Europe ne peut pas se limiter à ses frontières. Les "damnés de la terre" frappent à ses portes. Il y a des Afghans, qui cherchent l'asile politique. Ces mêmes personnes, devant lesquelles l'opinion publique européenne s'est émue en août dernier, lorsqu'elles ont envahi l'aéroport de Kaboul : les avons-nous oubliées aujourd'hui ? Il y a des Libanais qui fuient un pays en ruines, tant qu'il n'y a pas d'initiative internationale pour les soutenir. Et puis beaucoup d'autres : des Tunisiens, des Maghrébins, des Africains, des gens du Bangladesh. Nombreux sont ceux qui, hélas, sont devenus les otages de la politique de certains pays. Kadhafi a commencé par menacer l'Italie de débarquements depuis la Libye. Erdogan a assuré à la Turquie des contributions substantielles de la part de l'Union européenne afin de maintenir les réfugiés dans son pays, surtout les Syriens mais pas seulement. C'est la politique du mur. Aujourd'hui, le président biélorusse Loukachenko utilise sans vergogne les migrants, tout en encourageant leur arrivée dans son pays, pour faire pression sur la Pologne et la Lituanie.

Les femmes, les enfants et les hommes sont de pauvres pions, perdus dans le froid, poussés par les Biélorusses et rejetés par les autres. Un jeu terrible. Une partie de l'Europe a peur : le monde entier peut-il renverser le Vieux Continent ? La peur engendre la politique des murs, qui conduit souvent à des traitements inhumains, indignes des États de droit de l'Union. Et il n'est pas vrai que l'Europe est la cible des migrants : c'est un mythe, fruit de la peur.

Il est vrai que nous manquons de certains instruments, bloqués que nous sommes par les accords de Dublin qui ne rendent responsables que les pays de premier accueil. Il convient de créer une alliance entre les États de l'Union qui partagent le même problème de migration. C'est difficile, car il y a une crainte de payer ces choix en termes de votes. Mais ce n'est pas impossible, si nous menons une politique coopérative et constructive, sans penser uniquement aux murs, qui semblent être la solution forte.

Il est nécessaire de mener une politique avec les pays d’origine des migrants. C'est ce que fait l'Italie avec la Tunisie, en évitant une crise, également à cause du chômage (près de 18%). Les gouvernements doivent être responsabilisés vis-à-vis de leurs citoyens, comme dans certains pays africains en paix, en les aidant à ouvrir des perspectives d'emploi. Ce qu'il faut donc, c'est un engagement politique international majeur, fait de créativité et de responsabilité, comme l'exige le monde global. Il ne sert à rien de rester effrayé et agressif sur la question des murs, indifférent à la souffrance et passif face à l'histoire. En outre, nous avons besoin d'immigrants pour le fonctionnement de l'économie et pour combler les écarts démographiques. Nous devons rouvrir les quotas d'immigrants afin de répondre au marché du travail, tandis que la pratique des "couloirs humanitaires" pour les situations de crise est importante.

Le pape François a récemment déclaré, en se penchant également sur l'expérience latino-américaine : "Les immigrants, si nous les aidons à s'intégrer, sont une bénédiction, une richesse et un nouveau don qui invite une société à grandir". Nous devons avoir moins peur, être plus courageux, accueillants et créatifs dans le monde.

Editorial d'Andrea Riccardi paru dans Famiglia Cristiana du 21/11/2021
[traduction de la rédaction]