news

Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain, "un signe du printemps que nous attendons en cet Avent"

12 Décembre 2021

EgliseAventHOMÉLIES

Partager Sur

" Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie ! " ; l'annonce du dimanche de Gaudete, le troisième de l'Avent, a été vécue en plénitude par la Communauté de Sant'Egidio dans la liturgie du samedi 11 décembre, pour l'ordination d'Erduin Ortega, un jeune frère de Cuba, qui a choisi la voie du service de l'autel dans le ministère sacerdotal. La Communauté s'est rassemblée autour de lui avec beaucoup d'affection et de joie, exprimées dans la prédication de Mgr Vincenzo Paglia, que nous reproduisons intégralement.

Les lectures de la liturgie - La vidéo intégrale

 

L'homélie de Mgr Vincenzo Paglia

Chers frères et sœurs,

À l'approche de Noël, l'Église nous invite à nous réjouir de l'imminence de la naissance du Seigneur. Face à Noël, la joie doit prévaloir. Nous ne pouvons pas rester prisonniers du présent : la naissance de Jésus change l'histoire, notre histoire et l'histoire du monde. Ce troisième dimanche de l'Avent est appelé "gaudete" et les vêtements liturgiques roses adoucissent la couleur austère du violet. Pour nous, qui participons à cette sainte liturgie, la joie est augmentée par l'ordination sacerdotale d'Erduin, un fils de la Communauté que nous présentons au Seigneur pour être consacré comme ministre de l'autel.

Nous avons encore dans les yeux la belle ordination de Maurizio à Gênes : toutes nos communautés ont participé à cette fête qui nous a tous profondément touchés. Ces deux ordinations sacerdotales s'ajoutent aux autres dons que nous avons reçus du Seigneur pendant ce temps de l'Avent. L'exhortation de l'Apôtre : " Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; je le redis : soyez dans la joie !" est une invitation pour nous à nous réjouir. C'est une invitation à nous réjouir pour nous tous, pour toute la Communauté, mais pas seulement, cette invitation résonne aussi pour le monde, qui continue à être comme un désert à cause du fléau de la pandémie, des nombreux conflits et des innombrables cruautés qui s'abattent particulièrement sur les plus faibles et les plus pauvres : les personnes âgées, les réfugiés, les petits, sur des peuples entiers.

La page d'évangile nous demande d'entrer dans ce désert et, avec le Baptiste, de communiquer la "bonne nouvelle" de la venue d'un temps nouveau. Tout le peuple, note l'évangéliste, "attendait" et se rendait donc chez le prophète. Aujourd’hui encore dans le monde, chers frères et sœurs, combien de personnes - près de chez nous et loin de nous - attendent un temps nouveau, une vie nouvelle, une terre nouvelle où ils pourront vivre en paix ! C'est une foule immense de pauvres gens. La Communauté - pourrions-nous dire -, comme le Baptiste, continue à offrir de bonnes nouvelles à ceux qui sont en marge de la vie. Dans cette Europe - qui semble être comme un grand Bethléem qui ne peut pas ouvrir ses portes - le Seigneur demande à ses disciples d'ouvrir eux-mêmes les portes et d'annoncer à tous le temps nouveau, le temps de la visite du Seigneur qui change la tristesse en joie. Et nous avons vu la joie sur les visages de ces femmes, hommes et enfants sauvés par les couloirs humanitaires, dont certains semblaient impossibles à mettre en place.

Cette ordination sacerdotale d'Erduin nous remplit aussi de joie : c'est un signe supplémentaire du printemps d'un monde qui doit renaître. Le Seigneur a été ému par les grandes foules d'aujourd'hui. Les ordinations sacerdotales de Maurizio et Erduin ajoutent de nouveaux bras à la Communauté, afin qu'en multipliant le pain de la Parole et le pain de l'Eucharistie, les personnes que le Seigneur veut sauver de la solitude et de la mort puissent grandir partout dans le monde.

Le Baptiste voulait gagner tout le monde au Seigneur. Il a demandé à ceux qui venaient à lui de vivre honnêtement, et il a demandé à chacun de regarder au-delà de lui-même, d'être attentif aux autres, de partager avec les autres ce qui est nécessaire, afin que personne ne soit dans le besoin. Aux collecteurs d'impôts, il dit : "N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé", aux soldats : " Ne faites violence à personne, n’accusez personne à tort ", et à tous il dit : " Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! ". A chacun, il a montré sa mesure afin d’amener tout le monde au Christ. Ses paroles nous exhortent à vivre cette période de l'Avent avec une générosité renouvelée, une nouvelle audace.

Nous sommes sur le point de revivre le repas de Noël, ici dans la Basilique, et d'accueillir les pauvres pour les protéger de la faim et aussi du froid. La mort de froid d'un jeune Africain à Rome - qui s'est produite hier encore - nous dit l'urgence de l'amour, l'urgence de partager les deux tuniques et de partager la nourriture. C'est aussi une invitation, chers frères et sœurs, à impliquer encore plus de bras pour répondre aux nombreuses personnes qui demandent de l'aide. L'ordination sacerdotale elle-même répond à cette urgence. Le Seigneur ne nous fera pas défaut dans son soutien. Sa naissance est notre force. Le Baptiste l'a dit : "Il vient celui qui est plus fort que moi ". Et le prophète Sophonie nous a dit : " Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut ".

Cher Erduin, les Ordres sacrés te sont conférés afin que tu puisses grandir dans la stature du Christ, le bon pasteur qui donne sa vie pour ses brebis : une noble mission pleine de responsabilités. La célébration liturgique te verra bientôt t’allonger sur le sol, comme pour reconnaître la faiblesse dont nous sommes tous imprégnés, à commencer par le Baptiste qui n'était pas digne de délier la courroie des sandales de Jésus. Nous invoquerons les saints du ciel pour t’assister et t’accompagner. Le Seigneur lui-même se penchera sur toi alors que tu seras oint de l'huile du salut et vêtu des vêtements de sa miséricorde. Nous t'accompagnons tous de nos prières et de notre affection - même ta maman qui est venue de loin - afin que tu sois un digne ministre de l'autel.

Nous continuerons à t'accompagner afin que, restant un fils de cette sainte Mère qui veille sur toi avec affection et attention, tu sois un frère prêtre, c'est-à-dire un sage de la sagesse du Seigneur et un ministre des saints mystères, afin que grandisse partout dans le monde un peuple saint au service de Dieu et de son Évangile.

Amen



Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,
Joie et grande fête dans la Communauté de Sant'Egidio à l'occasion de l'ordination d'Erduin, jeune cubain,