news

Encore un hiver sur la route des Balkans: les Jeunes pour la Paix et la solidarité avec les réfugiés aux portes de la "Forteresse Europe "

7 Janvier 2022 - BOSNIE HERZÉGOVINE

réfugiés
Jeunes pour la Paix#NoëlPourTous

une mission d'aide humanitaire venant des villes du nord-est de l'Italie

Partager Sur

Encore un hiver. Pour les jeunes migrants parvenus aux portes de l'Europe par la route des Balkans, le froid revient et le désespoir de beaucoup d'entre eux qui voient que la destination de leur voyage est encore lointaine. Afin de leur dire qu'ils ne sont pas oubliés, deux missions différentes des Jeunes pour la Paix sont parties en ces jours de fête de Padoue, Bologne et Trieste.

Ce n'est pas la première fois qu'ils traversent la frontière "à l'envers", pour rendre visite aux migrants du Pakistan, du Népal, d'Iran, d'Irak, d'Afghanistan et de nombreux autres pays du Moyen-Orient, qui sont contraints de rester dans des conditions très précaires et indignes, dans le froid, sans électricité et dans la boue. Après plus d'un an de visites constantes et de missions de solidarité, une amitié s'est développée avec certains d'entre eux. Peu d'entre eux ont réussi à passer la barrière - mince mais infranchissable - qui les sépare des pays de l'Union européenne.

De nombreux jeunes migrants ont tenté le "game" plusieurs fois, certains jusqu'à trente-cinq fois, souvent rejetés de force et victimes d'abus verbaux et physiques. Pour certains, le voyage s'est terminé trop tôt, comme dans le cas d'Ijaz, un jeune Pakistanais de 22 ans qui est mort le 29 décembre en essayant de traverser une rivière au milieu de la nuit. Il s'est noyé sous les yeux de ses amis. Le récit douloureux de ceux qui l'ont connu montre que sa mort a été complètement ignorée et qu'aucune aide n'a été apportée, même pour récupérer son corps.

Pour lui, et pour les autres migrants qui ont perdu la vie en chemin, les deux groupes de Sant'Egidio se sont arrêtés au cimetière de Bihac pour prier devant les tombes sans nom.

Actuellement, il y a environ 1500 migrants sur le territoire de Bihac, y compris ceux qui vivent dans des camps institutionnels, comme Lipa (maintenant reconstruit - en mieux - après l'incendie de décembre 2020) et Borici, et les "squats", maisons abandonnées et camps isolés dans la brousse où la vie est extrêmement dure.

Depuis un an, Sant'Egidio a tissé de puissants liens d'amitié avec les migrants qui vivent dans ces lieux, retournant presque tous les mois leur rendre visite. Pendant ces jours de Noël, les Jeunes pour la Paix ont apporté des cadeaux et ont fait la fête avec les nombreux enfants et familles.

"Fight fortress Europe" est écrit sur le mur de l'un des squats : notre solidarité et notre présence constante veulent aussi être un moyen de faire tomber, de manière pacifique et constructive, le mur de la " forteresse Europe ".

 



Encore un hiver sur la route des Balkans: les Jeunes pour la Paix et la solidarité avec les réfugiés aux portes de la
Encore un hiver sur la route des Balkans: les Jeunes pour la Paix et la solidarité avec les réfugiés aux portes de la
Encore un hiver sur la route des Balkans: les Jeunes pour la Paix et la solidarité avec les réfugiés aux portes de la
Encore un hiver sur la route des Balkans: les Jeunes pour la Paix et la solidarité avec les réfugiés aux portes de la