news

"Rentre ton épée. Que s'arrêtent les guerres." Méditation de Marco Impagliazzo sur l'évangile de Matthieu (Mt 26, 47-52)

22 Mars 2022

HOMÉLIES
Paix

Partager Sur

21 mars 2022 – Basilique Sainte Marie au Trastevere

Méditation de Marco Impagliazzo sur Matthieu 26, 47-52

Jésus parlait encore, lorsque Judas, l’un des Douze, arriva, et avec lui une grande foule armée d’épées et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple. Celui qui le livrait leur avait donné un signe : « Celui que j’embrasserai, c’est lui : arrêtez-le. » Aussitôt, s’approchant de Jésus, il lui dit : « Salut, Rabbi ! » Et il l’embrassa. Jésus lui dit : « Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le ! » Alors ils s’approchèrent, mirent la main sur Jésus et l’arrêtèrent. L’un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui trancha l’oreille. Alors Jésus lui dit : « Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l’épée périront par l’épée. Crois-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père ? Il mettrait aussitôt à ma disposition plus de douze légions d’anges. Mais alors, comment s’accompliraient les Écritures selon lesquelles il faut qu’il en soit ainsi ? » À ce moment-là, Jésus dit aux foules : « Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ? Chaque jour, dans le Temple, j’étais assis en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté. » Mais tout cela est arrivé pour que s’accomplissent les écrits des prophètes. Alors tous les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent.

 

Chers frères et sœurs

nous sommes réunis ici ce soir pour prier pour la paix, et je voudrais saluer avec affection et amitié le Cardinal José Tolentino qui accompagne cette prière.

Cette semaine, nous prendrons le temps de nous souvenir des nouveaux martyrs de la foi, à l'occasion de l'anniversaire de l'assassinat barbare de Monseigneur Romero, archevêque de San Salvador et saint de l'Église universelle. Monseigneur Romero a été tué par la violence qui couvrait son petit pays, alors qu'il tentait de toutes ses forces de rendre témoignage en tant que disciple de l'Évangile de la paix.

Combien de fois avons-nous dit que le sang, comme celui des martyrs des XXe et XXIe siècles, ne doit pas être versé en vain. Face à la violence, le chrétien n'a que les armes de la parole, de la prière et de l'amour. La violence engendre la violence, et nous pouvons aussi constater en ces jours combien il est difficile, dans cette spirale de violence qui produit la violence, de témoigner de la paix.

Jamais comme en ces jours, jours de bouleversement et d'agitation à cause de la guerre qui dévaste l'Ukraine, nous ne comprenons aussi bien l'enseignement de l'Évangile que nous avons entendu. Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l'épée périront par l’épée. Ce sont les paroles de Jésus alors que, victime innocente, il est sur le point d'être violemment arrêté.

Il aurait pu réagir avec force mais il a parlé en prononçant cette simple phrase : Suis-je donc un bandit, pour que vous soyez venus vous saisir de moi, avec des épées et des bâtons ? Chaque jour, dans le Temple, j’étais assis en train d’enseigner, et vous ne m’avez pas arrêté.  Il aurait pu attendre la défense d'au moins un compagnon, mais tous avaient fui.

Nous entendons donc avec force la parole que Jésus adresse à son compagnon qui a tiré son épée et frappé le serviteur du grand prêtre pour le défendre : rentre cette épée dans son fourreau. Remettre l'épée dans son fourreau, c'est le mot qui résonne dans cette prière du soir, alors que nous entendons le crépitement des armes, alors que nous voyons la destruction, le meurtre de tant d'innocents, les réfugiés causés par cette guerre insensée. De la violence naît toujours la violence, une plus grande violence.

Et c'est l'expérience que notre monde a faite au cours du siècle dernier et que, malheureusement, il a vue aussi trop souvent au cours du siècle actuel. Face à cette expérience, nous entendons ce soir l'enseignement de Jésus : Rentre ton épée.

Et cette parole nous atteint, confirme et réitère ce que le Seigneur a établi dans l'alliance avec Noé, et donc avec tous les peuples de la terre : le sang de l'homme n'est pas indifférent à Dieu. C'est le cœur de chaque peuple qui veut être digne de ce nom. Le Seigneur a dit : de ton sang, voire de ta vie, je demanderai des comptes à tout être vivant. Celui qui verse le sang de l'homme, c'est par l'homme que son sang sera versé, car c'est à l'image de Dieu qu'il l'a créé.

Les hommes l'ont si souvent oublié dans l'histoire et semblent l'avoir oublié aussi de nos jours, mais Dieu ne l'a pas oublié et sa parole nous le rappelle. C'est Jésus souffrant, abandonné, innocent qui nous l'enseigne en payant de sa personne. Rentre ton épée, car tous ceux qui prennent l'épée périront par l’épée.

Comme il est difficile d'en témoigner dans la spirale de la violence qui défigure tout, qui nous oblige à prendre position. Et nous avons sous les yeux les images de l'Ukraine, où une situation complexe semble être résolue par la purification ethnique d'un peuple qui a déjà tant souffert au cours de son histoire. Les nouvelles de décès et de nouvelles ruines ajoutent à la crainte qu'un incendie de plus en plus important ne se déclare.

Nous ne voulons pas faire de cette prière, nous ne l'avons jamais fait, un lieu de débat politique, car il y a quelque chose qui passe bien avant la politique : l'humanité et l'Évangile. Et c'est l'écoute de l'Évangile qui nous rend humains : Rentre ton épée. C'est la sagesse de l'Évangile, bien plus forte que celle des stratèges et des tacticiens.

Que cette parole de Jésus résonne dans le cœur de ceux qui peuvent décider : rentrez votre épée dans son fourreau. Arrêtons la guerre en Ukraine, arrêtons les guerres dans tant d'autres pays du monde, arrêtons l'action militaire, revenons à des négociations volontaires, conscients de la valeur de la vie humaine.

Ce n'est pas seulement l'expression de nos pensées, c'est une prière adressée au Seigneur de l'histoire, pour qu'il guide sur les chemins de la paix les pas qui mènent à la guerre et à la mort.

Que Dieu, qui peut tout, nous écoute afin que cela ne conduise pas à un mal plus grave pour beaucoup. Que les gouvernants trouvent la sagesse, que les souffrants trouvent la consolation, que les blessés et les parents des victimes trouvent la pitié, que les réfugiés trouvent la solidarité.