news

Veillée de prière en mémoire des martyrs de notre temps. Homélie du cardinal Angelo de Donatis. Vidéo, témoignages, photos

24 Mars 2022 - ROME, ITALIE

MartyrsBasilique Saint Barthélemy
Prière en streamingPrière en podcast

Partager Sur

Dans la basilique Saint-Barthélemy sur l'île du Tibre a été organisée une veillée de prière pour les martyrs de notre temps.

LIVRET DE LA VEILLÉE DE PRIÈRE >>

Basilique Saint-Barthélemy sur l'île du Tibre, 24 mars 2022

 

Chers frères et sœurs

Notre veillée de prière s'inscrit dans le cadre du Carême, dramatiquement marqué par la guerre en Ukraine, "sacrilège et inhumaine", avec son lot dévastateur de morts, de violence et de destruction. Des millions de femmes, d'enfants et de personnes âgées fuient l'horreur. Le mal semble se répandre, sans être contrôlé. L'Europe et le monde entier connaissent l'angoisse de l'avenir et un grand sentiment d'impuissance, sans oublier la responsabilité de beaucoup de gens, trop, et peut-être nous-mêmes, restés sourds aux avertissements des prophètes de la paix. Les paroles du pape François résonnent dans nos oreilles et nos cœurs, implorant qu'"au nom de Dieu, le massacre soit arrêté" et que la voie du dialogue soit trouvée. Par la pensée, nous sommes proches du Seigneur Jésus, alors qu'il contemple la Ville Sainte depuis le Jardin des Oliviers, et qu'il semble y lire la douleur de toute l'humanité, déconcertée par les terribles événements de l'histoire. À ses côtés, nous voyons les disciples de tous les temps, qui ont cru à l'Évangile au point de donner leur vie. Ils n'ont pas fui l'épreuve et ont vécu avec empathie aux côtés des fragiles, des blessés, des mendiants de l'espoir. La foi a animé leurs choix, leur donnant les sentiments de leur maître. Martyrs de la charité, du dialogue, de la paix et de la réconciliation, ils se sont opposés au seigneur de ce monde - le diviseur, le calomniateur - et en ont fait les frais. Ils se sont exposés au danger et ont été tués. Mais l'horizon du Royaume que le Seigneur Jésus est venu inaugurer n'a pas été éliminé.

Ces fils et filles de l'Évangile de toute confession appartiennent à l'Église universelle de Dieu et ils nous disent, avec Jésus : "Veillez à ce que personne ne vous trompe ! Plusieurs viendront en mon nom, disant : "C'est moi", et ils égareront beaucoup de gens". La guerre et la violence sont en fait un grand mensonge : la tromperie qui veut que certains soient au-dessus des autres, l'éblouissement du pouvoir et des desseins hégémoniques, la confiance dans les armes... Tout cela s'écroule devant la finitude et la fragilité de l'humanité, comme nous l'a appris, presque soudainement, la douloureuse leçon de la pandémie. Affirmons une fois encore : nous ne trouverons un havre de paix que si nous sommes tous frères et sœurs de la même famille humaine.

Jésus est entré à Jérusalem pour nous, afin de mener l'ultime combat contre Satan, l'ennemi de notre vie. Il n'a pas d'armée avec lui, mais seulement quelques amis, et il les prévient : " quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne vous alarmez pas ; cela doit arriver, mais ce n'est pas encore la fin. Car nation contre nation et royaume contre royaume s'élèveront ; il y aura des tremblements de terre en divers lieux et il y aura de la famine." Les signes terribles qu'il indique sont comme le travail d'une femme sur le point d'accoucher : "c'est le début des douleurs". Ce n'est pas la fin, mais les douleurs sont atroces, presque insupportables : les conflits entre les peuples, la puissance de la nature qui aujourd'hui - nous le savons plus qu'hier - peut se retourner contre l'arrogance de l'homme, la famine, et dans le passage parallèle de Luc, les épidémies... La mort voudrait avorter la vie et détruire le tissu humain dans lequel elle est générée : les relations, la coexistence, la liberté, la création. C'est ce qui se passe aujourd'hui en Europe, mais les témoins de la foi dont nous évoquerons les noms le savent : partout et sur tous les continents, la vie est menacée et attaquée. Jean, l'auteur du livre de l'Apocalypse, dépeint cette agression comme un dragon qui se dresse devant la femme, figure du peuple messianique et rappel de Marie, "afin de dévorer l'enfant qu'elle avait porté". L'une des images - malheureusement innombrables - qui ont ébranlé nos consciences est celle d'une femme enceinte blessée lors du bombardement de l'hôpital de Marioupol, transportée sur une civière, puis malheureusement morte avec son enfant.

Cependant, les martyrs et les témoins de la foi contemporains sont comme des sages-femmes qui permettent à l'espérance de voir le jour. Je pense aux nombreux missionnaires qui travaillent dans des contextes où règne la misère, où manque l'essentiel, où la violence est endémique. La présence de chrétiens humbles et courageux est un signe pascal de résurrection de l'humanité que Jésus manifeste dans son amour pour les petits, dans la force de son pardon, dans la foi et l'amour pour le Père. Le Seigneur n'a pas abandonné les siens. Il leur a donné le don de l'Esprit, qui leur suggérera ce qu'il faut dire et quels choix il faut faire quand, dit-il, "on vous livrera aux conseils, on vous frappera dans les synagogues, et vous comparaîtrez devant des gouverneurs et des rois à cause de moi, pour rendre témoignage... et on vous emmènera pour vous livrer...". Jésus indique ainsi l'épiphanie du mal : "Le frère fera mourir le frère, le père fera mourir le fils, et les enfants se lèveront pour accuser leurs parents et les tuer". Et pourtant, dans ce cadre de guerre fratricide, "il est nécessaire que l'Evangile soit annoncé à toutes les nations".

Oui, c'est le moment de proclamer par notre vie et de demander dans la prière que les nations connaissent l'Évangile du Seigneur, qui est entré à Jérusalem comme Prince de la Paix. Et quant à nous, la parole de Jésus est claire : " Prenez garde à vous ! [...] Celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé". Dans l'Évangile de Luc : " c'est par la persévérance que tu sauveras ta vie ".

Persévérance dans la prière : nous demandons l'intercession des martyrs, des témoins de la foi, et nous invoquons l'aide de Dieu, comme la veuve qui insista auprès du juge injuste, jusqu'à ce que la paix soit rétablie pour les peuples qui souffrent aujourd'hui. Jusqu'à ce que les réfugiés soient protégés et accueillis. Aimons avec la persévérance des martyrs, en écoutant et en accueillant les cris et les larmes de tous ceux qui mendient la vie à la porte de nos cœurs et de nos églises. Que notre amour soit ravivé, que notre foi grandisse, jusqu'au jour de la victoire de Dieu sur le dernier ennemi, la mort. Puissions-nous un jour chanter avec les paroles de l'Apocalypse : "Or le salut, la puissance et le règne de notre Dieu et la force de son Christ se sont accomplis, car l'accusateur de nos frères a été terrassé... Eux-mêmes l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et par la parole dont ils furent les témoins ; détachés de leur propre vie, ils sont allés jusqu'à mourir" (Ap 12,10-11). Amen

VIDÉO



Veillée de prière en mémoire des martyrs de notre temps. Homélie du cardinal Angelo de Donatis. Vidéo, témoignages, photos
Veillée de prière en mémoire des martyrs de notre temps. Homélie du cardinal Angelo de Donatis. Vidéo, témoignages, photos