news

Une nouvelle tragédie en Méditerranée. Face à l'inacceptable, Sant'Egidio demande une nouvelle politique d'immigration pour ceux qui fuient la guerre

3 Avril 2022

MIGRANTS

Ouvrir à tous les règles en vigueur pour les ukrainiens; multiplier les voies légales

Partager Sur

La Communauté de Sant'Egidio exprime ses condoléances aux proches des nombreux migrants, peut-être une centaine, noyés dans la mer Méditerranée en tentant de rejoindre l'Europe et se tient aux côtés de leurs familles. Il est inacceptable de continuer à assister à ces massacres en mer sans changer les règles en vigueur et, entre autres, en laissant les survivants être renvoyés en Libye, où chacun connaît les conditions de leur détention. Comme le pape François nous l'a rappelé aujourd'hui, nous ne pouvons pas rester indifférents et nous devons "reconnaître les besoins de ceux qui se débattent dans les vagues de la mer, échoués sur les rochers d'un rivage inconnu".

Tout d'abord, l'Europe doit reprendre les opérations de sauvetage de ceux qui risquent leur vie en Méditerranée.

Deuxièmement, les critères de Dublin, qui pénalisent sévèrement les pays de premier accueil, doivent être revus.

Troisièmement, alors que l'ensemble de l'Union européenne a décidé, à juste titre, d'accorder une protection temporaire à tous les Ukrainiens fuyant la guerre, une nouvelle politique est nécessaire de toute urgence pour ouvrir la possibilité d'entrée pour raisons humanitaires aux réfugiés d'autres conflits en cours, dont certains durent depuis des années, comme la Syrie.

En ce sens, le modèle des couloirs humanitaires, que Sant'Egidio a déployé depuis 2016 avec plusieurs partenaires en Italie, en Belgique, en France et en Andorre - et qui ont permis l'arrivée en Europe de plus de 4 500 personnes - démontre la possibilité concrète non seulement d'accueillir mais d'intégrer.

En même temps, il est nécessaire d'établir des quotas plus importants pour l'entrée légale à des fins de travail, comme le demandent depuis un certain temps déjà de nombreux entrepreneurs dans les secteurs de l'agriculture, de l'industrie et des services aux personnes.

Sans une nouvelle politique d'immigration, de nouvelles tragédies en mer et dans le désert africain seront inévitables.