false
D'Ukraine s'élèvent les voix de ceux qui ont tout perdu et de ceux qui vivent la solidarité malgré la guerre | NEWS | COMMUNAUTÉ DE SANT'EGIDIO

news

D'Ukraine s'élèvent les voix de ceux qui ont tout perdu et de ceux qui vivent la solidarité malgré la guerre

8 Juin 2022 - KYIV, UKRAINE

L'Ukraine
Solidarité

Partager Sur

Il y a quelques jours, Eugène d'Ukraine a raconté ce que la Communauté de Sant'Egidio a fait depuis le début de la guerre pour être proche de ceux qui sont restés dans le pays et qui sont plus fragiles. Une histoire que nous voulons partager avec vous.
 
Le monsieur âgé sur la photo se souvient du matin du 24 février 2022. Des bombardements semblables àla foudre éclairaient le ciel et on entendait des déflagrations semblables au tonnerre, tandis que le toit tremblait agité par les coups. Cet homme vient de Vasilkov, près de Kiev. Et maintenant il est ici avec moi, à Ivano-Frankivsk. Je viens aussi de Kiev : nous sommes presque voisins, parce que j'ai vécu à Kiev dans un quartier sur la route de Vasilkov. Je lui dis que le 24 février, moi aussi, j'ai été réveillé par le bruit d'une explosion à 5 h 30. Lui et des milliers d'autres personnes sont venues nous voir à Sant'Egidio.
Chaque jour, nous entendons des dizaines d'histoires. Quelqu'un dit de quelle ville il vient, et se met à pleurer. Parce que sa ville a disparu.
Essayons d'écouter chaque personne. Voici quelques fragments des nombreuses histoires que nous avons rassemblées :
 
« Nous avons passé trois semaines au sous-sol et n'avons mangé que du riz... Maintenant, les enfants me demandent : « Maman, nous voulons de la viande ! »
« Que puis-je dire de mon quartier ? Mon quartier a disparu »
« Nous avons eu de la chance, les bombardements ont frappé la maison voisine »
« Trois personnes sont sorties par le sous-sol, une bombe est arrivée, une seule a survécu »
« En 2014, j'étais à Donetsk et j'ai dû partir pour Kramatorsk ; en 2022 j'avais déménagé à Bucha... »
« J'ai vu mon voisin tirer »
« Un homme qui travaille dans la mine ne peut pas quitter son emploi »
« J'ai marché dans la neige de Severodonetsk à Lysychansk. Ce n'est pas loin », nous dit une femme âgée, pourtant c'est une distance de 10 kilomètres !
« Un missile a frappé notre ville »
« Papa est mort début mars »
 
Je ne peux que me rapprocher un peu plus de ce que les gens ont vécu au cours de ces 100 jours d'invasion russe à grande échelle.
Écouter, serrer dans ses bras, aider est le moins que vous puissiez faire. Mais il est absolument nécessaire d'écouter. Sans donner beaucoup de conseils et sans moralisme. Il suffit d'écouter. Être écouté rend tout plus facile, cela fait revenir le sourire. Tristes mais avec un sourire.
Au cours de ces 100 jours, à travers les habitants de Marioupol, Kherson, Berdyansk, Severodonetsk, Bakhmut, Horlivka, Sumy, Lysychansk, Druzhkivka, etc., qui viennent à nous, j'ai commencé à mieux comprendre le pays dans lequel je vis.
J'apprends à écouter. S'écouter mutuellement, c’est s'aider les uns les autres.

NEWS #L'Ukraine


de 1 à 10 sur 125 actualités / événements (en 0,06 secondes) 

aller à la page

de 13 »
 


D'Ukraine s'élèvent les voix de ceux qui ont tout perdu et de ceux qui vivent la solidarité malgré la guerre
D'Ukraine s'élèvent les voix de ceux qui ont tout perdu et de ceux qui vivent la solidarité malgré la guerre
D'Ukraine s'élèvent les voix de ceux qui ont tout perdu et de ceux qui vivent la solidarité malgré la guerre