news

"Défigurer l'homme par la violence et la guerre revient à défigurer l'image de Dieu lui-même et sa présence dans l'histoire". Méditation de Marco Impagliazzo

18 Juillet 2022

PaixHOMÉLIES
Marco Impagliazzo

à partir de Gn 9, 1.5-6

Partager Sur

Genèse 9, 1.5-6

Dieu bénit Noé et ses fils. Il leur dit : "Soyez féconds, multipliez-vous et remplissez la terre. Quant au sang, votre principe de vie, j'en demanderai compte à tout animal et j'en demanderai compte à tout homme ; à chacun, je demanderai compte de la vie de l'homme, son frère. Si quelqu"un verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l'homme à son image.

*****

Le chapitre neuf du livre de la Genèse, frères et sœurs - comme la Bible de Jérusalem intitule ce chapitre - fait référence au nouvel ordre mondial, et dans ce nouvel ordre mondial, le Seigneur établit une alliance avec l'humanité à travers Noé. Et au cœur de cette alliance se trouve le rejet de la violence, la violence exercée par l'homme contre l'homme, d'où le rejet de la guerre.

Le commandement laissé à Noé, nous le savons, n'est pas seulement un commandement pour Israël, mais pour toute l'humanité. Pour Israël, il était clair que le problème de la violence, que le Seigneur considérait comme source de corruption pour le monde, et dont le livre de la Genèse nous parle dans ses premières pages... le problème de la violence est précisément celui de la corruption. Pour Israël, il était clair que ce problème dépassait Israël lui-même et concernait l'humanité entière.

Ce que le Seigneur dit et ce que nous avons lu est fondamental : "Si quelqu"un verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l'homme à son image." C'est-à-dire que celui qui utilise la violence augmente la violence dans le monde, violence dont il sera lui-même la victime. Et le Seigneur lui-même, se rappelant ici que l'homme est fait à l'image de Dieu, veut protéger son image en nous.

Par conséquent, défigurer l'homme par la violence et la guerre revient à défigurer l'image de Dieu lui-même et sa présence dans l'histoire. C'est pourquoi il s'agit d'un commandement très important pour toute l'humanité. Nous l'entendons alors que dans tant de régions du monde, l'humanité est meurtrie par la guerre et ses conséquences, dans les corps de tant d'enfants, de femmes, d'hommes.

Nous le rappelons alors que nous nous tenons devant l'icône de Jésus, doux et humble de cœur, en communion avec toutes nos communautés, en particulier celles qui vivent en Ukraine. Le visage de Jésus est le visage de la paix. C'est un visage sur lequel les hommes ont usé de violence, mais ce visage reste parmi nous, comme une lumière et un gage de paix.

Il ne nous abandonnera pas. Il a marché sur cette terre habitée par les nombreux démons de la violence et a connu la violence sur son propre corps. Jésus nous regarde et nous parle ; il nous regarde, il regarde le monde entier. Et sa parole fait écho à l'ancien commandement de ne pas tuer, en ajoutant : "Remets ton épée dans son fourreau". Plus de violence, plus d'armes, plus d'épées !

Nous écoutons sa parole qui fait grandir en nous le désir de paix, le désir d'être pacifiques et artisans de paix, et sa parole renforce et vivifie dans la Communauté le chemin de la paix. Et que cette parole de paix et de consolation parvienne aussi à travers nous à ceux qui pleurent de souffrance, à ceux qui vivent sous la menace de la guerre dans tant de régions du monde que nous rappellerons bientôt.

À ceux qui menacent de faire le mal, le Seigneur dit : "Si quelqu'un verse le sang de l'homme, par l'homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l'homme à son image." Par sa parole, le Seigneur Tout-Puissant s'élève au-dessus du bruit et des actes de guerre et répète avec force ce soir l'ancien commandement : Tu ne tueras pas. Que la crainte de Dieu mène à la paix, au respect de ce commandement.

Nous prions pour l'Ukraine et pour la paix dans tant de régions du monde, nous sommes tous des sentinelles qui veillent dans la nuit de la douleur, appelant l'aube d'un jour de paix.

La Communauté rassemblée en prière est l'image quotidienne que nous n'avons pas succombé à la peur, à la paresse, à la logique de l'affrontement, à la logique de la violence. Nos cœurs n'ont pas été assombris, la lumière de nos cierges brillent comme à chaque fois que nous prions dans cette église.

Nous pouvons prier pour la paix, pour que les desseins de la violence soient inversés. C'est notre faible force que nous voulons toujours utiliser avec tant d'insistance, comme Jésus nous le demande. Nous le répétons aujourd'hui face à une guerre si longue, si violente, si absurde comme  le sont toutes les guerres. La guerre qui se déroule en Ukraine, alors que nous nous sentons impuissants.

Que le Seigneur, Dieu de l'impossible, donne la paix au monde.

Marco Impagliazzo

____________________________

Retrouvez ici la liste des pays en guerre pour lesquels la Communauté de Sant'Egidio prie chaque mois

Cliquez ici pour allumer une bougie virtuelle pour la paix.