Prière de la vigile

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Celui qui vit et croit en moi,
ne mourra pas.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Romains 4,13.16-18

Car ce n’est pas en vertu de la Loi que la promesse de recevoir le monde en héritage a été faite à Abraham et à sa descendance, mais en vertu de la justice obtenue par la foi.
Voilà pourquoi on devient héritier par la foi : c’est une grâce, et la promesse demeure ferme pour tous les descendants d’Abraham, non pour ceux qui se rattachent à la Loi seulement, mais pour ceux qui se rattachent aussi à la foi d’Abraham, lui qui est notre père à tous.
C’est bien ce qui est écrit : J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant Dieu en qui il a cru, Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l’existence ce qui n’existe pas.
Espérant contre toute espérance, il a cru ; ainsi est-il devenu le père d’un grand nombre de nations, selon cette parole : Telle sera la descendance que tu auras !

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu,
dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul affirme que le salut vient de la foi dès le début de l'histoire, et il rappelle le livre de la Genèse avec son récit de la conversion d'Abraham. Plus loin dans cette même lettre, l'apôtre écrit : " Abraham eut foi en Dieu et de ce fait Dieu estima qu'il était juste " (Gn 15,6). La vie d'Abraham est le témoignage de la force qui jaillit de la foi. Abraham fut justifié par la foi et non par les œuvres qu'il aurait accomplies. Il s'en remit en effet totalement au Seigneur sans aucune assurance évidente. C'est pour cela qu'il est appelé juste : Dieu l'a rendu tel par la foi et l'a sauvé. Abraham devient donc un exemple pour les croyants, justifiés comme lui par la foi parce qu'ils ont cru à la Parole de Dieu. L'apôtre peut donc dire qu'Abraham est " notre père à tous ", nous qui sommes croyants. Par sa foi, le saint patriarche a connu un destin différent. En se fiant totalement à Celui qui l'avait appelé, il fut délivré de l'esclavage de lui-même, de ses œuvres et de ses traditions. Par la foi, et certainement pas du fait de la clarté de sa vision ni de la certitude de ses convictions, Abraham a quitté sa terre et s'est acheminé vers un destin qu'il ne connaissait pas. Par une foi absolue et totale en Dieu, il a conduit sur la montagne son fils, son unique, Isaac pour l'immoler, mais Dieu le lui a rendu. Sur la route ouverte par Abraham, notre père dans la foi, Paul trace également un chemin pour tous ceux qui accueillent Jésus comme le Seigneur de leur vie.