Prière pour l’Eglise

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 16,16-20

" Encore un peu et vous ne me verrez plus et puis un peu encore et vous me verrez. " Quelques-uns de ses disciples se dirent entre eux : " Qu'est-ce qu'il nous dit là : "Encore un peu et vous ne me verrez plus et puis un peu encore et vous me verrez", et : "Je vais vers le Père" ? " Ils disaient : " Qu'est-ce que ce : "un peu" ? Nous ne savons pas ce qu'il veut dire. " Jésus comprit qu'ils voulaient le questionner et il leur dit : " Vous vous interrogez entre vous sur ce que j'ai dit : "Encore un peu et vous ne me verrez plus et puis un peu encore et vous me verrez. " En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira ; vous serez tristes, mais votre tristesse se changera en joie.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus continue de parler aux disciples et leur annonce son départ imminent et son retour prochain. Il leur avait dit précédemment qu’il irait vers le Père et leur enverrait le Paraclet. Maintenant il les console de leur tristesse en leur promettant que son absence sera brève et qu’ils le reverront bientôt : « D’ici peu, vous ne reverrez plus ; et encore un peu après, vous me reverrez ». Les disciples sont quelque peu désorientés face à ces paroles, mais Jésus, en réalité, veut leur parler de sa mort et de sa résurrection. Voilà le sens de son éloignement qui va bientôt se changer en proximité. Jésus parle de sa mort et de sa résurrection, mais, avant que ses disciples ne soient vaincus par la déception et le découragement, il veut leur expliquer que le déchirement douloureux que représente son départ de la terre pour retourner auprès du Père, en réalité, n’est pas une séparation. Après sa mort, il y aura la résurrection. Et la victoire de la vie sur la mort leur permettra de vaincre aussi tout éloignement. Ce qui compte, autant pour les disciples d’alors que pour ceux d’aujourd’hui, c’est de ne pas cesser de le chercher et de désirer être proche de lui. Les apôtres semblent déconcertés par ces paroles paradoxales : comment l’éloignement physique peut-il devenir une proximité encore plus étroite ? Jésus ne laisse pas cet étonnement sans réponse. Et il leur dit que leur douleur, leur tristesse à cause de son départ, deviendront une prière d’invocation capable de muer la tristesse de l’éloignement en joie de la proximité recouvrée. Après l’ascension de Jésus au Père, en effet, tout homme et toute femme, dans toutes les régions de la terre, peuvent avoir le Seigneur à leurs côtés, s’ils l’invoquent par la prière ; le Seigneur dans leur cœur par sa Parole, par l’Eucharistie et par l’amour de la communauté.