Prière pour l’Eglise

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 14,1-7

À Iconium, ils entrèrent de même dans la synagogue des Juifs et parlèrent de telle façon qu'une grande foule de Juifs et de Grecs embrassèrent la foi. Mais les Juifs restés incrédules excitèrent les païens et les indisposèrent contre les frères. Paul et Barnabé prolongèrent donc leur séjour assez longtemps, pleins d'assurance dans le Seigneur, qui rendait témoignage à la prédication de sa grâce en opérant signes et prodiges par leurs mains. La population de la ville se partagea. Les uns étaient pour les Juifs, les autres pour les apôtres. Chez les païens et les Juifs, leurs chefs en tête, on se préparait à les maltraiter et à les lapider. Mais s'en étant rendu compte, ils allèrent chercher refuge dans les villes de la Lycaonie, Lystres, Derbé et leurs environs, où ils se mirent à annoncer la Bonne Nouvelle.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Partis de Chypre, Paul et Barnabé arrivent à Iconium (Konya), une ville située sur la grande route commerciale appelée « Voie Impériale ». Ils se rendent aussitôt dans la synagogue et là, par leur prédication, ils convainquent un grand nombre de juifs à embrasser la foi chrétienne, à l’exception de ceux que Luc qualifie d’« inconvertibles », autrement dit, ceux qui se retranchent dans leur tradition au point d’en faire une idole dont ils ne peuvent plus se détacher. Leur réaction ne se fait pas attendre. Et il ne pouvait pas en être autrement. Encore une fois se manifeste l’opposition à l’Évangile, malgré les prodiges survenus à cause de la prédication de Paul. Toute la ville s’en mêle, et ses habitants se divisent en deux camps : d’un côté les partisans des Apôtres, de l’autre leurs adversaires qui projettent de se saisir de Paul et de Barnabé pour les lapider. L’auteur des Actes décrit l’alliance singulière, mais fréquente, entre différentes factions contre les deux disciples. La même chose est arrivée à Jésus pendant la Passion. Paul et Barnabé, ayant eu vent du complot, parviennent à s’enfuir à Lystres. Mais cette opposition ne diminue en rien leur volonté d’édifier l’Église. Dès leur arrivée dans cette ville, et malgré les dangers qu’ils viennent de courir, ils se remettent à prêcher l’Évangile. Ils ne peuvent pas vivre sans communiquer la Parole de Dieu. Car comme Paul le dira aux Corinthiens : « Annoncer l’Évangile, ce n’est pas là mon motif d’orgueil, c’est une nécessité qui s’impose à moi ; malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile » (1 Co 9, 16). À cause de cela, il est un exemple pour les croyants d’aujourd’hui. Chaque fois que nous oublions l’urgence de communiquer l’Évangile et de travailler à la croissance de la communauté chrétienne, nous trahissons notre vocation chrétienne, qui est par essence missionnaire.