Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Marc 2,23-28

Et il advint qu'un jour de sabbat il passait à travers les moissons et ses disciples se mirent à se frayer un chemin en arrachant les épis. Et les Pharisiens lui disaient : " Vois ! Pourquoi font-ils le jour du sabbat ce qui n'est pas permis ? " Il leur dit : " N'avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu'il fut dans le besoin et qu'il eut faim, lui et ses compagnons, comment il entra dans la demeure de Dieu, au temps du grand prêtre Abiathar, et mangea les pains d'oblation qu'il n'est permis de manger qu'aux prêtres, et en donna aussi à ses compagnons ? " Et il leur disait : " Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat ; en sorte que le Fils de l'homme est maître même du sabbat. "

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Après la discussion sur le jeûne, Marc nous rapporte celle qui concerne le sabbat. Les pharisiens voient que les disciples de Jésus, traversant un champ de blé un jour de sabbat, ramassent quelques épis pour les manger, transgressant ainsi la loi sur le repos du sabbat. Le texte parallèle de Matthieu en précise la raison : les disciples « avaient faim » (Mt 12, 1). Immédiatement, les pharisiens accusent le Maître de permettre aux disciples de transgresser la loi. Mais Jésus défend ses disciples et rapporte un épisode analogue vécu par David : fuyant Saül qui voulait le tuer, il entra dans le temple et, avec ses compagnons, mangea le pain de bénédiction réservé aux prêtres (1 S 21,2-7). Et Jésus ajoute : « Le sabbat est fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat. » Par cette affirmation, Jésus veut montrer ce qui compte vraiment dans la loi : non l'observance formelle, mais le salut de l'homme. L'homme et son salut sont au cœur même de l'Écriture. En effet, le Seigneur a créé le monde et envoyé son propre Fils par amour pour les hommes, pour les sauver du péché et de la mort. Le croyant, par conséquent, n'est pas tant appelé à observer des règles qu'à répondre à l'amour de Dieu et à vivre avec amour ses relations avec les autres. Cette page évangélique manifeste combien le salut de l'homme tient à cœur à Jésus. Il est venu sur terre pour cela, comme l'écrit l'évangéliste Jean : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle. » (Jn 3, 16) Voilà pourquoi le Fils de l'homme est aussi le Maître du sabbat. Il est venu pour sauver, non pour condamner. Et il demande à chacun d'entre nous de le suivre sur cette voie, celle de l'amour qui sauve.