Prière avec les saints

Partager Sur

Mémoire particulière des communautés chrétiennes en Europe et dans les Amériques.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Marc 4,1-20

Il se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer et une foule très nombreuse s'assemble auprès de lui, si bien qu'il monte dans une barque et s'y assied, en mer ; et toute la foule était à terre, près de la mer. Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles et il leur disait dans son enseignement : " Écoutez ! Voici que le semeur est sorti pour semer. Et il advint, comme il semait, qu'une partie du grain est tombée au bord du chemin, et les oiseaux sont venus et ont tout mangé. Une autre est tombée sur le terrain rocheux où elle n'avait pas beaucoup de terre, et aussitôt elle a levé, parce qu'elle n'avait pas de profondeur de terre ; et lorsque le soleil s'est levé, elle a été brûlée et, faute de racine, s'est desséchée. Une autre est tombée dans les épines, et les épines ont monté et l'ont étouffée, et elle n'a pas donné de fruit. D'autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit en montant et en se développant, et ils ont produit l'un trente, l'autre soixante, l'autre cent. " Et il disait : " Entende, qui a des oreilles pour entendre ! " Quand il fut à l'écart, ceux de son entourage avec les Douze l'interrogeaient sur les paraboles. Et il leur disait : " À vous le mystère du Royaume de Dieu a été donné ; mais à ceux-là qui sont dehors tout arrive en paraboles, afin qu'ils aient beau regarder et ils ne voient pas, qu'ils aient beau entendre et ils ne comprennent pas, de peur qu'ils ne se convertissent et qu'il ne leur soit pardonné. " Et il leur dit : " Vous ne saisissez pas cette parabole ? Et comment comprendrez-vous toutes les paraboles ? Le semeur, c'est la Parole qu'il sème. Ceux qui sont au bord du chemin où la Parole est semée, sont ceux qui ne l'ont pas plus tôt entendue que Satan arrive et enlève la Parole semée en eux. Et de même ceux qui sont semés sur les endroits rocheux, sont ceux qui, quand ils ont entendu la Parole, l'accueillent aussitôt avec joie, mais ils n'ont pas de racine en eux-mêmes et sont les hommes d'un moment : survienne ensuite une tribulation ou une persécution à cause de la Parole, aussitôt ils succombent. Et il y en a d'autres qui sont semés dans les épines ; ce sont ceux qui ont entendu la Parole, mais les soucis du monde, la séduction de la richesse et les autres convoitises les pénètrent et étouffent la Parole, qui demeure sans fruit. Et il y a ceux qui ont été semés dans la bonne terre : ceux-là écoutent la Parole, l'accueillent et portent du fruit, l'un trente, l'autre soixante, l'autre cent. "

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus s'est éloigné de Capharnaüm et il se trouve sur les rives du lac, là où il y a plus de place pour accueillir tous ceux qui accourent pour l'écouter. Une grande foule se rassemble autour de lui, et Jésus « de nouveau se mit à enseigner ». L'évangéliste rassemble plusieurs paraboles dans ce quatrième chapitre. C'est ainsi que de Jésus s'adresse habituellement à la foule. Son langage n'est pas abstrait, mais très concret et lié à la vie quotidienne. Tous sont capables de le comprendre, mais il est indispensable d'être attentifs, c'est-à-dire d'écouter avec intérêt pour pouvoir accueillir en profondeur les images qui sont proposées. La première parabole que Jésus raconte est parmi les plus connues et les plus importantes de l'Évangile. Il y a à cela une raison que Jésus explicite dès les premiers mots qu'il prononce : « Écoutez?! » L'écoute est décisive lorsqu'on se trouve devant Jésus. Toute la parabole tend à montrer combien il est décisif d'écouter l'Évangile. C'est la célèbre parabole du semeur. Jésus la considère comme tellement importante qu'il dit à ses disciples que s'ils ne la comprennent pas, ils ne pourront pas non plus comprendre les autres. En effet, à la différence des autres fois, il l'explique directement lui-même. Jésus parle de l'ensemencement de la Parole de Dieu dans le cœur des hommes. Ce qui frappe surtout dans ce récit, c'est la générosité du semeur qui jette la semence n'importe où en grande quantité, même s'il se trouve devant une terre dure et peu accueillante. Le contraste entre la générosité du semeur et le manque d'accueil de la terre est évident. Les différents terrains ne représentent cependant pas différentes catégories de personnes, mais chacun de nous, à des moments différents, avec nos différentes manières d'écouter l'Évangile. Parfois, notre cœur est comme la route, vraiment dur et impénétrable. La Parole de Dieu est prêchée sans arrêt, mais nous ne la laissons pas toucher notre cœur. Et tout continue pour nous comme d'habitude. D'autres fois, notre cœur est comme dominé par des préoccupations centrées sur nous-mêmes et même si nous écoutons l'Évangile, la masse de nos préoccupations le submerge, comme les épines étouffent le terrain. D'autres fois, nous sommes plus attentifs, prêts à accueillir la Parole de Dieu. Alors, des fruits d'amour, de bien, de miséricorde, de solidarité mûrissent. L'Évangile doit être écouté avec un cœur ouvert, disponible et attentif. De cette manière, il est semblable à une terre labourée, prête à accueillir la semence. La semence est toujours une petite chose, exactement comme l'Évangile, et elle a besoin de disponibilité. Jésus continue de le semer encore aujourd'hui. Et avec générosité. Heureux sommes-nous si nous l'accueillons et le faisons croître. Ses fruits sont précieux pour nous et pour le monde.