Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 6,30-35

Ils lui dirent alors : " Quel signe fais-tu donc, pour qu'à sa vue nous te croyions ? Quelle œuvre accomplis-tu ? Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit : Il leur a donné à manger du pain venu du ciel. " Jésus leur répondit : " En vérité, en vérité, je vous le dis, non, ce n'est pas Moïse qui vous a donné le pain qui vient du ciel ; mais c'est mon Père qui vous le donne, le pain qui vient du ciel, le vrai ; car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et donne la vie au monde. " Ils lui dirent alors : " Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. " Jésus leur dit : " Je suis le pain de vie. Qui vient à moi n'aura jamais faim ; qui croit en moi n'aura jamais soif.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

« Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » Jésus, qui avait reproché à ses auditeurs de ne rechercher que leur propre satisfaction, ne répond pas à cette question en énumérant une multitude de choses à faire, comme l'affirmaient les pharisiens. Une seule chose est nécessaire : croire en l'envoyé de Dieu. Cependant, la foule insiste et exige d'obtenir un signe encore plus extraordinaire qui accréditerait Jésus comme l'envoyé de Dieu. Peut-être souhaitaient-ils voir Jésus résoudre le problème de la nourriture, pas seulement pour les cinq mille personnes qui avaient profité du miracle, mais pour tout le peuple d'Israël, comme cela avait eu lieu à l'époque de la manne. Le souvenir de la manne était en effet resté très vif dans la tradition d'Israël. Tout le monde attendait la répétition de ce miracle lors de la venue du Messie. Devant leur incrédulité, Jésus répond que ce n'est pas Moïse qui a distribué le pain venu du ciel, mais « c'est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. Car le pain de Dieu, c'est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. » Jésus, utilisant les paroles « vrai pain », interprète la manne comme l'image du nouveau pain qui arriverait avec le Messie. C'est lui-même le pain nouveau, « le pain de Dieu » qui vient du ciel. Mais la dureté du cœur et de l'esprit de ses auditeurs ne leur permet pas de comprendre en profondeur les paroles de Jésus. Ils continuent de les interpréter en fonction d'eux-mêmes, de leurs besoins, de leurs instincts. Ils ne comprennent pas ce que Jésus veut réellement dire. Il en est ainsi pour nous quand nous ne descendons pas dans les profondeurs des paroles évangéliques, quand nous les écoutons en fonction de nous-mêmes et pas de ce qu'elles signifient vraiment. Une lecture « spirituelle » de la Bible est nécessaire, faite dans la prière et la disponibilité du cœur. Les Saintes Écritures doivent être écoutées avec l'aide de l'Esprit et dans la communion avec les autres frères. Sans prière, nous risquons de nous retrouver devant nous-mêmes et non devant le Seigneur qui nous parle. Hors de la communauté des frères, notre « moi » nous exclut du grand dialogue pour lequel la Bible a été écrite. Sur ce point, la requête de la foule est recevable : « Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là ». Jésus ne se dérobe pas et, avec plus d'évidence encore, il affirme : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura jamais soif ». Cette affirmation solennelle est caractéristique de l'Évangile de Jean. À travers cette formulation, Jésus montre son origine divine. En parcourant les pages du quatrième Évangile, nous voyons qu'il utilise nombre d'images concrètes pour nous faire comprendre la grandeur de son amour pour nous. Il est le pain véritable, la vraie vie, la vérité, la lumière, la porte, le bon pasteur, l'eau vive..., il est la résurrection.