Prière avec les saints

Partager Sur

Pour les musulmans, c'est aujourd'hui le début du Ramadan.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jean 17,11b-19

Quand j'étais avec eux, je les gardais dans ton nom que tu m'as donné. J'ai veillé et aucun d'eux ne s'est perdu, sauf le fils de perdition, afin que l'Écriture fût accomplie. Mais maintenant je viens vers toi et je parle ainsi dans le monde, afin qu'ils aient en eux-mêmes ma joie complète. Je leur ai donné ta parole et le monde les a haïs, parce qu'ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Je ne te prie pas de les enlever du monde, mais de les garder du Mauvais. Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Jésus vient juste d'invoquer le Père pour qu'il protège ses disciples. Jusqu'à présent, c'est lui qui les a personnellement accueillis. Il les a appelés un par un, formés, corrigés, défendus, guidés sur la voie du salut. Il les a tous gardés, sauf un, Judas, qui a préféré suivre ses propres desseins et se détacher de ceux de Jésus. Les onze sont donc sur le point de rester seuls, sans sa présence physique. Jésus sait qu'ils devront affronter de lourdes épreuves. C'est pour cela qu'il est inquiet pour eux. Réussiront-ils à résister aux attaques du malin qui cherchera par tous les moyens à les éloigner de lui et de l'Évangile ? Il sait bien que la division fera d'eux une proie facile pour le Malin. Il prie donc : « Pour qu'ils soient un comme nous sommes un ». L'unité entre le Père et le Fils devient non seulement l'aune à laquelle se mesure l'authenticité des disciples, mais aussi la raison d'être de la vocation chrétienne. Le salut est la communion entre tous avec le Père et le Fils. Dans la communion, nous trouvons la plénitude de la joie comme Jésus lui-même le dit : « afin qu'ils aient en eux-mêmes ma joie complète ». La joie des disciples n'est pas un optimisme facile, qui va de soi, mais un engagement à abolir les divisions pour créer la communion entre tous. Cette œuvre, celle du croyant, s'élève contre la mentalité individualiste de ce monde. Le choc est inévitable. La lutte contre nos instincts égoïstes commence dans notre cœur et se poursuit dans la société. Jésus ne prie pas pour qu'ils soient retirés du monde, ce serait la négation même de l'Évangile. Les chrétiens sont plutôt appelés à être un levain de fraternité dans le monde. C'est là leur vocation : transformer le monde pour qu'il soit toujours davantage un monde de fraternité et d'amour entre tous. Jésus prie dans ce sens : « Comme tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde ». Il y a comme un trait d'union entre le cœur de la Trinité (quand le Fils dit au Père : « Me voici, envoie-moi ! ») et l'envoi en mission dans le monde des disciples de tous les temps pour qu'ils continuent à accomplir l'œuvre de Dieu.