Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 11,20-24

Alors il se mit à invectiver contre les villes qui avaient vu ses plus nombreux miracles mais n'avaient pas fait pénitence. " Malheur à toi, Chorazeïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! Car si les miracles qui ont lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que, sous le sac et dans la cendre, elles se seraient repenties. Aussi bien, je vous le dis, pour Tyr et Sidon, au Jour du Jugement, il y aura moins de rigueur que pour vous. Et toi, Capharnaüm, crois-tu que tu seras élevée jusqu'au ciel ? Jusqu'à l'Hadès tu descendras. Car si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, elle subsisterait encore aujourd'hui. Aussi bien, je vous le dis, pour le pays de Sodome il y aura moins de rigueur, au Jour du Jugement, que pour toi. "

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes frappés par l'amour passionné de Jésus qui se traduit par un reproche quant à notre dureté. Jésus aime et, de ce fait, il nous aide à prendre conscience de notre péché. Il réprimande sa génération parce qu'elle a refusé la prédication de Jean-Baptiste et qu'elle agit de même avec lui. Tous ont été sourds à l'accueil du dessein salvifique présenté par le Baptiste. Et maintenant ils refusent aussi le message que Jésus est venu annoncer. Jésus s'adresse alors à deux villes de Galilée près de Capharnaüm et les apostrophe durement : « Malheur à toi, Chorazeïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! ». L'accusation porte sur le refus que toutes deux ont opposé à la prédication de Jésus alors qu'il avait accompli de nombreux miracles parmi les habitants. Il s'agit du refus obstiné de ces derniers d'accueillir l'Évangile dans leur cœur et de se convertir. Jésus fait mention de deux anciennes villes païennes, Tyr et Sidon, qui auraient sans doute jeûné et fait pénitence si elles avaient assisté aux miracles accomplis à Chorazeïn et à Bethsaïde. C'est un cri de découragement de la part de Jésus qui voit s'enliser dans le sable des années de prédication et de gestes d'amour envers tous. Le manque d'accueil aussi est un mystère. L'autosuffisance et l'orgueil conduisent inexorablement à la fermeture du cœur et de l'esprit. D'où le jugement sévère de Jésus sur ces deux villes. Jésus apostrophe aussi Capharnaüm où il s'est installé avec les disciples : « Jusqu'à l'Hadès tu descendras ». Jésus ne semble pas s'adresser uniquement aux habitants mais à la ville elle-même. Il y a en effet un lien entre les habitants et la ville dans laquelle ils vivent. Nous pourrions dire que la vie ensemble est le résultat de la qualité de la vie de ses habitants. S'il y a un désintérêt pour la vie commune et si chacun pense uniquement à ses affaires, la ville s'autodétruit. Les chrétiens ont une responsabilité envers la ville dans laquelle ils vivent. Ils doivent être l'âme de la ville et aider les hommes et les femmes qui y habitent à vivre dans la paix et l'harmonie.