Prière avec les saints

Partager Sur

Mémoire de saint Serge de Radonège fondateur de la Laure de la Très sainte Trinité près de Moscou. Souvenir du pasteur évangélique Paul Schneider mort dans le camp nazi de Buchenwald le 18 juillet 1939.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Matthieu 11,25-27

En ce temps-là Jésus prit la parole et dit : " Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout-petits. Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir. Tout m'a été remis par mon Père, et nul ne connaît le Fils si ce n'est le Père, et nul ne connaît le Père si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils veut bien le révéler.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Ce passage nous rapporte une prière de Jésus au Père : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits » (v. 25). Par ces paroles, Jésus bénit le Père et lui rend grâce parce qu'il a révélé l'Évangile du Royaume aux « petits ». Jésus regarde le petit groupe d'hommes et de femmes qui le suivent. Il n'y a pas beaucoup de gens puissants ou intelligents parmi eux. Ce sont principalement des pêcheurs, des employés sans instruction ou du moins des personnes de basse condition sociale. Quand des personnes de haut rang abordent Jésus (pensons au sage Nicodème), elles s'entendent dire qu'elles doivent « naître de nouveau », redevenir « petites », faute de quoi elles ne pourront entrer dans le Royaume des cieux. Le Royaume n'appartient qu'aux « petits ». Le « petit » est celui qui reconnaît ses limites et sa fragilité, celui qui ressent le besoin de Dieu, qui le cherche et se confie en lui. Le texte évangélique n'entend pas mépriser les « sages et les savants », mais il met plutôt en garde ceux qui s'apparentent aux scribes et aux pharisiens, ceux qui sont remplis d'eux-mêmes au point de n'avoir besoin de personne, pas même de Dieu. Ce sentiment d'autosuffisance nous éloigne de Dieu et peut facilement se traduire en mépris des autres. Le disciple, lui, sait que tout vient de Dieu et de Jésus qui nous l'a révélé. Nous nous identifions difficilement aux sages et aux intelligents dont parle Jésus. Nous le sommes pourtant dans la pratique, sages de nos habitudes, de nos jugements blasés sur tout, intelligents au point de ne plus écouter personne et de penser que nous pouvons nous passer des autres. La foi est surtout la capacité d'abandon des petits, qui n'ont pas tout compris mais qui se sentent forts parce qu'ils sont aimés et qu'ils obéissent à la Parole de Jésus. Les petits ne sont pas du tout ceux qui ne comprennent pas ou qui « croient tout ». Seule la confiance permet de voir ce qui autrement reste invisible. Nous pouvons tous être petits : c'est le chemin de l'humilité qui, en fait, nous rend vraiment grands. Malgré notre pauvreté, le Seigneur nous a choisis pour participer au grand rêve de Dieu sur le monde, celui de rassembler tous les peuples pour qu'ils vivent dans la louange du Seigneur et dans la paix.