Prière de Pâques

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 4,1-12

Comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple, les prêtres survinrent, avec le commandant du Temple et les sadducéens ;
ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple et annoncer, en la personne de Jésus, la résurrection d’entre les morts.
Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain, puisque c’était déjà le soir.
Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole devinrent croyants ; à ne compter que les hommes, il y en avait environ cinq mille.
Le lendemain se réunirent à Jérusalem les chefs du peuple, les anciens et les scribes.
Il y avait là Hanne le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.
Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux et les questionnèrent : « Par quelle puissance, par le nom de qui, avez-vous fait cette guérison ? »
Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.
Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le Christ est ressuscité !
Il est vraiment ressuscité !

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le passage des Actes que nous avons écouté rapporte l'arrestation de Pierre et de Jean par les gardiens du Temple : " Ils mirent la main sur eux et les emprisonnèrent jusqu'au lendemain, car déjà le soir tombait ". Ce qui était arrivé à Jésus peu auparavant se répète. Quel en est le motif ? Après la guérison de l'impotent, les gens accouraient et les écoutaient avec intérêt. Il y a une opposition plus ou moins latente mais continue entre la mentalité de ce monde et l'Évangile. La Parole de Dieu est toujours non seulement un peu étrangère à la mentalité du monde, mais aussi critique. L'Évangile constitue une gêne pour toute violence, inquiète tout conformisme, interroge toute résignation, et incite inexorablement à dépasser l'amour pour soi-même. C'est l'Évangile qui anime les pas de Pierre et Jean. Quand les sanhédrites les interrogent, les apôtres, sans crainte, avec au contraire une grande franchise, répondent qu'ils l'avaient fait avec le pouvoir de ce Jésus qu'eux avaient crucifié. Celui qu'ils croyaient mort et vaincu pour toujours avait été ressuscité par Dieu et œuvrait à présent dans le monde à travers eux, à travers ce petit groupe d'hommes et de femmes qui se déclaraient ouvertement ses disciples. Pierre, reprenant l'image que Jésus avait utilisée en son temps, répondit : " Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d'angle. En nul autre que lui, il n'y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n'est donné aux hommes, qui puisse nous sauver ". C'est par ces paroles et par ce témoignage que commençaient la prédication et l'action de la première Église dans l'histoire. Pierre et Jean avaient laissé derrière eux la peur et la crainte. A présent, ils annoncent ouvertement par les paroles et les œuvres de guérison que le Seigneur Jésus est l'unique sauveur : " Car il n'y a pas sous le ciel d'autre nom donné aux hommes, par lequel nous devions être sauvés ".