Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur

Mémoire du père Christian de Chergé, prieur du monastère trappiste de Notre-Dame de l'Atlas, à Tibhérine en Algérie, enlevé et tué en 1996 par des terroristes, avec ses confrères.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 14,19-28

Alors des Juifs arrivèrent d’Antioche de Pisidie et d’Iconium ; ils se rallièrent les foules, ils lapidèrent Paul et le traînèrent hors de la ville, pensant qu’il était mort.
Mais, quand les disciples firent cercle autour de lui, il se releva et rentra dans la ville. Le lendemain, avec Barnabé, il partit pour Derbé.
Ils annoncèrent la Bonne Nouvelle à cette cité et firent bon nombre de disciples. Puis ils retournèrent à Lystres, à Iconium et à Antioche de Pisidie ;
ils affermissaient le courage des disciples ; ils les exhortaient à persévérer dans la foi, en disant : « Il nous faut passer par bien des épreuves pour entrer dans le royaume de Dieu. »
Ils désignèrent des Anciens pour chacune de leurs Églises et, après avoir prié et jeûné, ils confièrent au Seigneur ces hommes qui avaient mis leur foi en lui.
Ils traversèrent la Pisidie et se rendirent en Pamphylie.
Après avoir annoncé la Parole aux gens de Pergé, ils descendirent au port d’Attalia,
et s’embarquèrent pour Antioche de Syrie, d’où ils étaient partis ; c’est là qu’ils avaient été remis à la grâce de Dieu pour l’œuvre qu’ils avaient accomplie.
Une fois arrivés, ayant réuni l’Église, ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux, et comment il avait ouvert aux nations la porte de la foi.
Ils passèrent alors un certain temps avec les disciples.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'opposition à la prédication de l'Évangile ne s'arrête pas. On dirait au contraire qu'elle augmente, allant jusqu'à la lapidation de Paul. Tombé sous les pierres, tous le croient mort et s'en vont en le laissant au bord du chemin. Seuls les disciples restent à ses côtés. Paul avait assisté à la lapidation d'Étienne et voici maintenant qu'il la subit à son tour de la main de ses anciens coreligionnaires. Ressentant la douleur provoquée par les jets de pierre, sa pensée revenait peut-être à Jérusalem, à la lapidation d'Étienne, quand il gardait les vêtements de ceux qui le lapidaient. Le témoignage du premier martyr l'aura sans doute soutenu dans cette épreuve dure et douloureuse. Entouré du réconfort des disciples, l'apôtre se relève. Non seulement il ne s'enfuit pas, mais il entre dans la ville, et, le lendemain, il reprend sa route pour annoncer l'Évangile ailleurs. Cela pourrait nous donner l'impression que Paul se complait dans son héroïsme. En réalité, la seule force qui le soutient est celle de son amour pour le Seigneur, un amour qu'il a mis au-dessus de toute chose, de sa vie même. En cela, il est un exemple extraordinaire pour nous aussi aujourd'hui. L'apôtre nous rappelle que l'amour évangélique, celui qu'a vécu Jésus, passe aussi par la croix. Avec Barnabé, Paul revient à Antioche, la ville d'où ils étaient partis et là, il ne cesse de prêcher l'Évangile afin que la communauté continue de grandir et de s'affermir. Ils reviennent surtout là où " ils avaient été remis à la grâce de Dieu ". Et, en compagnie de tous les frères et sœurs, ils se réjouissent de ce que le Seigneur avait accompli par leur prédication.