Prière avec les saints

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous êtes une race élue,
une nation sainte, un sacerdoce royal,
peuple acquis par Dieu
pour proclamer ses louanges

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 15,1-6

Des gens, venus de Judée à Antioche, enseignaient les frères en disant : « Si vous n’acceptez pas la circoncision selon la coutume qui vient de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés. »
Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là. Alors on décida que Paul et Barnabé, avec quelques autres frères, monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens pour discuter de cette question.
L’Église d’Antioche facilita leur voyage. Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie en racontant la conversion des nations, ce qui remplissait de joie tous les frères.
À leur arrivée à Jérusalem, ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens, et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.
Alors quelques membres du groupe des pharisiens qui étaient devenus croyants intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens et leur ordonner d’observer la loi de Moïse.
Les Apôtres et les Anciens se réunirent pour examiner cette affaire.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Vous serez saints,
parce que je suis Saint, dit le Seigneur.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Le chapitre 15 décrit l'un des moments les plus décisifs de tout le livre des Actes des Apôtres : la recherche d'une solution à la grave question qui agitait la communauté chrétienne, relative au rapport entre judaïsme et christianisme. Cela faisait un moment que ce problème pesait sur la vie des communautés. Mais l'heure était venue d'une décision qui marquerait un tournant au sein du christianisme vers une plus grande universalité et jusqu'aux extrémités de la terre. Le débat tournait autour de cette question : les païens qui se convertissaient à l'Évangile devaient-ils ou non se soumettre à la loi juive ? Paul et Barnabé, qui avaient créé des communautés majoritairement formées par des païens, ne demandaient pas la circoncision à ceux qui adhéraient à la foi chrétienne. Cette pratique causa des tensions dans le rapport entre les communautés issues de la prédication aux païens et les communautés issues du judaïsme. Ce fut un passage particulièrement difficile pour la communauté chrétienne naissante. On courait le risque d'une déchirure. Il fut donc nécessaire de convoquer une assemblée de tous les responsables, à Jérusalem. C'est le premier concile de l'histoire de l'Église. C'est dans ce sens qu'il reste un exemple pour la vie des communautés chrétiennes de tous les temps. La communion dans l'amour et le dialogue fraternel triomphent des individualismes qui, lorsqu'on les laisse faire, séparent et déchirent. Dans la communion, les inévitables difficultés rencontrées en chemin sont dénouées et l'on édifie dans l'unité l'unique corps du Christ. C'est une grande leçon de communion, qui norme la vie de l'Eglise.