Prière avec Marie, mère du Seigneur

Partager Sur

Mémoire des saints Addaï et Mari, fondateurs de l'Eglise chaldéenne. Prière pour les chrétiens d'Irak.


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

L'Esprit du Seigneur est sur toi.
Celui qui naîtra de toi sera saint.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 16,22-34

Alors, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. Les magistrats ordonnèrent de leur arracher les vêtements pour leur donner la bastonnade.
Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au geôlier la consigne de les surveiller de près.
Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.
Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient.
Tout à coup, il y eut un violent tremblement de terre, qui secoua les fondations de la prison : à l’instant même, toutes les portes s’ouvrirent, et les liens de tous les détenus se détachèrent.
Le geôlier, tiré de son sommeil, vit que les portes de la prison étaient ouvertes ; croyant que les détenus s’étaient évadés, il dégaina son épée et il était sur le point de se donner la mort.
Mais Paul se mit à crier d’une voix forte : « Ne va pas te faire de mal, nous sommes tous là. »
Ayant réclamé de la lumière, le geôlier se précipita et, tout tremblant, se jeta aux pieds de Paul et de Silas.
Puis il les emmena dehors et leur demanda : « Que dois-je faire pour être sauvé, mes seigneurs ? »
Ils lui répondirent : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et toute ta maison. »
Ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu’à tous ceux qui vivaient dans sa maison.
À l’heure même, en pleine nuit, le geôlier les emmena pour laver leurs plaies. Aussitôt, il reçut le baptême avec tous les siens.
Puis il fit monter chez lui Paul et Silas, il fit préparer la table et, avec toute sa maison, il laissa déborder sa joie de croire en Dieu.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Nous sommes, Seigneur, tes serviteurs
qu'il nous advienne selon ta Parole.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Souvent, dans les premiers temps du christianisme, nous voyons des gens en prison. Chaque fois que les ennemis de l'Évangile veulent faire taire la prédication, les disciples de Jésus sont mis en prison. Il existe pour ainsi dire une curieuse proximité entre l'Évangile et la prison. C'est peut-être aussi pour cela que Matthieu demande à tout le monde, et pas seulement aux disciples, de visiter les prisonniers. Pour les chrétiens, ce fut une expérience fréquente dans les premières décennies de leur existence. Mais il en alla de même par la suite, et cela devint encore plus massif sous les régimes totalitaires du vingtième siècle, avec les goulags et les camps d'extermination. Il est donc très significatif qu'à notre époque les chrétiens soient encore à l'œuvre pour apporter la consolation à l'intérieur des prisons, surtout là où la vie y est vraiment inhumaine. Paul et Silas avaient non seulement rompu les murs et leurs chaînes, mais ils avaient aussi provoqué un bouleversement dans le cœur du geôlier et de toute sa famille, jusqu'à la convertir à l'Évangile. L'amour transforme même ce qui semble impossible à changer. Et chaque fois que l'Évangile est mis en pratique, nous sommes témoins de bien des miracles auparavant inimaginables. Cette histoire concernant l'entrée de l'Évangile en Europe reprend ce qui arriva à Jésus lui-même, comme pour signifier que l'Évangile rencontre toujours des oppositions, mais qu'il réussira à porter des fruits de libération. Le christianisme exige la lutte, une lutte intérieure d'abord, au niveau du cœur de chacun, car c'est dans le cœur qu'a lieu le premier combat entre notre orgueil et l'Évangile, entre l'amour de soi et l'amour des autres. C'est là que prend racine la transformation du monde. Chaque fois que nous laissons l'Évangile vaincre dans notre cœur, nous en voyons immédiatement les fruits chez ceux qui nous entourent. L'expérience de Paul et de Silas avec le geôlier et sa famille peut devenir aussi notre expérience à nous.