Prière pour l’Eglise

Partager Sur


Lecture de la Parole de Dieu

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je suis le Bon Pasteur,
mes brebis entendent ma voix.
Elles deviendront un seul troupeau
et un seul enclos.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Actes des Apôtres 18,1-8

Après cela, Paul s’éloigna d’Athènes et se rendit à Corinthe.
Il y trouva un Juif nommé Aquilas, originaire de la province du Pont, récemment arrivé d’Italie, ainsi que sa femme Priscille ; l’empereur Claude, en effet, avait pris la décision d’éloigner de Rome tous les Juifs. Paul entra en relation avec eux ;
comme ils avaient le même métier, il demeurait chez eux et y travaillait, car ils étaient, de leur métier, fabricants de tentes.
Chaque sabbat, Paul discutait à la synagogue et s’efforçait de convaincre aussi bien les Juifs que les Grecs.
Quand Silas et Timothée furent arrivés de Macédoine, Paul se consacra entièrement à la Parole, attestant aux Juifs que le Christ, c’est Jésus.
Devant leur opposition et leurs injures, Paul secoua ses vêtements et leur dit : « Que votre sang soit sur votre tête ! Moi, je n’ai rien à me reprocher. Désormais, j’irai vers les païens. »
Quittant la synagogue, il alla chez un certain Titius Justus, qui adorait le Dieu unique ; sa maison était tout à côté de la synagogue.
Or Crispus, chef de synagogue, crut au Seigneur, avec toute sa maison. Beaucoup de Corinthiens, apprenant cela, devenaient croyants et se faisaient baptiser.

 

Alléluia, alléluia, alléluia.

Je vous donne un commandement nouveau:
aimez-vous les uns les autres.

Alléluia, alléluia, alléluia.

Paul, quelque peu troublé sans doute par l'expérience d'Athènes, ne pense pourtant pas que les Grecs soient loin de Dieu ou trop satisfaits d'eux même pour laisser passer l'Évangile. Il quitte la capitale et se dirige vers Corinthe, à soixante kilomètres environ d'Athènes, une autre ville grecque cosmopolite, célèbre pour son commerce et pour les jeux qui s'y tenaient, mais aussi pour ses mœurs relâchées. En entrant dans la ville, Paul se rend directement dans les quartiers du port où il rencontre Priscille et Aquila, un couple de juifs chrétiens chassés de Rome par un édit de l'empereur Claude contre les juifs. L'administration romaine ne faisait pas de distinction entre les deux groupes, celui des juifs convertis au christianisme et celui des juifs tout court. Paul logeait chez cette famille et travaillait avec eux pour gagner sa vie. Selon son habitude, le samedi, il se rend dans la synagogue pour expliquer à tous que Jésus est le messie. L'auteur des Actes nous livre une remarque significative au sujet de l'action de Paul : " Paul consacra tout son temps à la Parole ". C'est une indication qui doit interpeller aussi les communautés chrétiennes de notre temps pour leur faire redécouvrir l'urgence de communiquer à nouveau l'Évangile. La perspective missionnaire, tant en occident qu'au-delà de ses frontières, doit retrouver la première place dans la vie des croyants et des Églises, comme c'était le cas à l'époque de Paul. Trop souvent, en effet, nous nous usons à force de rester enfermés à l'intérieur de nos réalités ecclésiales. Il nous faudrait éprouver avec plus de force le souci de communiquer l'Évangile à ceux qui ne l'ont pas encore reçu. Voilà l'urgence à laquelle justement Paul " se consacrait " entièrement. Et les fruits ne manquaient pas ; il y eut même la conversion de Crispus, le chef de la synagogue. Corinthe vit ainsi la naissance d'une communauté nombreuse, formée en grande partie de commerçants, de marins, d'esclaves ou d'esclaves libérés. Une communauté de gens du port, pourrions-nous dire : un groupe extrêmement vivant, dynamique et en même temps complexe, où la vie ensemble ne manquait pas de soulever des problèmes. Cette communauté était en tout cas un signe d'espérance non seulement pour les gens du port, mais aussi pour la ville entière. C'est ce qu'on demande à nos communautés, souvent minoritaires au sein de villes complexes et plurielles : être des maisons de paix et d'amour pour pouvoir humaniser toute la ville.